Le portrait des statues, le statut des portraits : 1 – « La Nature se dévoilant devant la Science… où est passée la Science ? »

“La Nature se dévoilant devant la Science”, hall de l’ancienne Faculté de Médecine, 12 rue de l’École de Médecine, Paris (6e arrondissement). Cliché Séverine Tillequin.

Je suis la première figure féminine que vous rencontrez lorsque vous traversez le grand hall de l’ancienne Faculté de Médecine. Je suis censée symboliser « La Nature » qui « se dévoilerait » devant « La Science ». Cela fait maintenant plus d’un siècle que vous me présentez comme une figure allégorique de votre université et de la Médecine, voire de « la Science » en général ! Et pourtant…

Je ne suis que l’un des exemplaires d’une série de statues réalisées par mon père, le sculpteur Ernest Barrias (1841-1905). Ma grande sœur, la première de cette série, lui avait été commandée treize ans avant mon arrivée dans la Faculté de Médecine de Paris. Cette « première version », comme vous dites, avait été demandée en 1889 par la Faculté de Bordeaux, pour décorer l’entrée de son bâtiment. Elle ne constituait alors qu’un élément dans un vaste projet de décoration. À Bordeaux, placée à gauche de l’escalier extérieur, elle complète une autre statue située à droite, réalisée par le sculpteur Pierre-Jules Cavelier (le maître de mon père), censée représenter « La Science ». En marbre blanc, comme moi, toutes deux datent de 1893.

Ma grande sœur bordelaise est la « version la plus dénudée » de cette « série de Natures » ! Aujourd’hui encore, les visiteurs de l’université de Bordeaux peuvent voir d’un côté une « figure féminine jeune et dénudée dansant sur son socle » qui symbolise « la Nature » et de l’autre une « figure féminine d’âge mûr, rigide sous ses grands vêtements »1, symbole de « la Science2» ! La jeune immature et inconsciente face à la « vieille » sage et instruite ! Comment voulez-vous faire reculer les préjugés avec des caricatures pareilles ?

(À gauche) « La Nature » devant la Faculté de Bordeaux (in Dr. CLAQUE et L. BERNARD, « Esthétique Mammaire à travers l’Histoire », La parfumerie moderne, Lyon, vol. 32, 1938. BIU Santé Pharmacie. Banque d’images et de portraits  ; (À droite) « La Science » devant la Faculté de Bordeaux (Auteur Jérôme K. (pseudonyme), Blog Histoire et monuments de Bordeaux” Quoi, Qui, Où, Quand, Comment, Combien, Pourquoi…? “, CC.) .

À vrai dire, ce « dévoilement » impudique fait écho à un aphorisme du philosophe grec Héraclite, datant du Ve siècle avant notre ère : « φυσις κρυπεσται φιλει (phusis krupestai philei )», qui signifie littéralement « La Nature, le Vivant » (« Phusis ») « aime » ( « philei ») « se cacher, disparaître » (« krupestai »). Les hellénistes vous feront remarquer au passage que le terme « Phusis » traduit ici par « La Nature, le Vivant » est à l’origine du nom français de l’une de vos plus importantes sciences, point de départ de la plupart des disciplines actuelles… la « Physique » ! Je corresponds donc à une version un peu plus « politiquement correcte » de cette image de la Nature jouant à cache-cache avec son foulard, un exemple parmi d’autre de cette métaphore de marbre reprenant l’image des déesses antiques du Vivant. J’illustre cette théorie du « Voile d’Artémis/Isis » développée par le philosophe Pierre Hadot3. Suis-je l’Artémis d’Héraclite ou l’Isis des Égyptiens ? Mon bout de tissu symbolise-t-il les ailes plumées de l’Égyptienne ou le manteau de chasse de l’Européenne ? On notera au passage que cette reprise « revue et corrigée » aura rendu l’image encore plus floue…4

Malheureusement, si je vous parais plus présentable, mes principaux symboles de la « Nature », qui figuraient clairement aux pieds de notre « première version » sont maintenant cachés dans mon dos. Seul un petit scarabée-pendentif est visible côté face. Quant aux pauvres champignons, ils ont été oubliés !

Fougères, ammonite… Mes symboles de « La Nature » sont désormais beaucoup moins visibles que ceux de notre « première version » (À gauche) Auteur Jérôme K. (pseudonyme), Blog Histoire et monuments de Bordeaux” Quoi, Qui, Où, Quand, Comment, Combien, Pourquoi…? “, CC. (À droite) Cliché : S. Tillequin).

La première de ma série fut commandée deux ans plus tard, en 1895, par le Conservatoire national des Arts et Métiers (CNAM). Cette nouvelle sœur en marbre et onyx polychromes portait une robe de lapis-lazuli et des bijoux en malachite. Une robe multicolore, une écharpe, des bijoux brillants et un superbe socle en granit… Avec mon marbre blanc monochrome, j’ai toujours eu un complexe d’infériorité ! De plus, tout comme la grande sœur bordelaise, elle a vu du pays : d’abord présentée au Salon de Paris de 1899 puis au Grand Palais lors de l’Exposition universelle de 1900, elle a été placée dans l’escalier d’honneur de l’École des Arts et Métiers, réaffectée en 1903 au Musée du Luxembourg, enfermée en 1931 dans son Dépôt de marbre, renvoyée au CNAM… pour finir au Musée d’Orsay où elle est exposée (vous pouvez la voir ici) depuis 1986 !

Louis-Ernest Barrias (1841-1905). “La Nature se dévoilant devant la Science“. Statuette, plâtre polychrome. 1899. Esquisse préparatoire au marbre polychrome conservé au musée d’Orsay. Paris, musée Carnavalet. Licence CC0.

C’est en 1899 que mon père obtint du Ministère de l’Instruction publique5 l’autorisation de réaliser « des réductions des plus luxueuses en divers matériaux » de notre nouvelle version. C’est ce qui explique que vous pouvez retrouver aujourd’hui mon « portrait miniature » dans plusieurs institutions de France et même du monde ! Une statuette en bronze, marbre et pierres précieuses au Musée Bertrand à Châteauroux, dans l’Indre, une au Musée des Beaux-Arts de Nice, une au Museum of Fine Arts de Boston, une autre en bronze et pierres précieuses à la National Gallery of Art de Washington… Sans compter toutes celles qui se cachent encore aujourd’hui dans des propriétés privées : l’une d’elles a encore été mise en vente en décembre 20226 !

Quant à notre « brouillon » à toutes, il est actuellement conservé au Musée Carnavalet à Paris (voir plus haut), tout comme celui de notre première version (voir la galerie d’images ci-dessous).

=> Cliquez sur les images de la galerie pour les agrandir.

Je ne suis donc qu’une copie en marbre blanc, une « fausse jumelle » comme diraient vos biologistes, de cette deuxième version : le clone monochrome de cette sœur exposée au Musée d’Orsay ! Nous avons également une troisième sœur exilée au Canada, à l’Institut-Hôpital neurologique de Montréal (à défaut, d’avoir des couleurs, cette « vraie jumelle » aura au moins pu découvrir le « Nouveau continent » !), une autre en marbre au Musée de Grenoble, une autre encore au Musée des Beaux-Arts de Bordeaux

The entrance foyer of the Montreal Neurological Institute and Hospital in Montreal“, Himetop -The History of Medicine Topographical Database. Licence CC3.0.

Je ne suis donc qu’un exemplaire parmi d’autres de cette « Nature » « se dévoilant » … non pas devant une « Science » d’âge respectable mais devant le groupe des dix-huit « grands médecins » masculins de l’entrée de l’ancienne faculté de médecine de Paris ! Dix-huit hommes face à une petite danseuse ! Pas une seule personnalité féminine ! Que faites-vous de Madeleine Brès, la première femme médecin française ? De Marie-Louise Lachapelle, sage-femme réputée ?

Me reconnaissez-vous ? Ce cliché pris de dos par un auteur inconnu date de 1908… « Faculté de médecine de Paris : grand escalier conduisant à la bibliothèque et à la salle du conseil », Banque d’images et de portraits de la BIU Santé.

L’image-mise-en avant est “La Nature se dévoilant devant la Science”, hall de l’ancienne Faculté de Médecine, 12 rue de l’École de Médecine, Paris (6e arrondissement). Cliché  Élise Porez.



Citer ce billet
Séverine Tillequin (2024, 20 février). Le portrait des statues, le statut des portraits : 1 – « La Nature se dévoilant devant la Science… où est passée la Science ? ». Panacée. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1ya

  1. Statue de la nature“, Blog HISTOIRE ET MONUMENTS DE BORDEAUX” Quoi, Qui, Où, Quand, Comment, Combien, Pourquoi…? “, consulté le 17/01/2024. []
  2. Statue de la science“, Blog HISTOIRE ET MONUMENTS DE BORDEAUX” Quoi, Qui, Où, Quand, Comment, Combien, Pourquoi…? “, consulté le 17/01/2024. []
  3. Pierre Hadot, Le voile d’Isis : essai sur l’histoire de l’idée de nature, Paris, Gallimard, 2004. Cf. N. Comtois, « Prométhée ou Orphée ? L’Histoire de l’idée », https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/23467/comtois.pdf et J.-B. Marongiu « Critique. Un pensant naturel. Une histoire de l’idée de nature, à lire comme un traité de savoir-vivre et mourir », https://www.liberation.fr/livres/2004/04/08/un-pensant-naturel_475317/ []
  4. La distinction entre la déesse égyptienne https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010335902 et la gréco-romaine https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010270732 semblait pourtant visible si l’on en croit les collections « grands musées » comme le Louvre… []
  5. Ancêtre du Ministère de l’Éducation nationale. []
  6. Voir https://www.gazette-drouot.com/article/la-nature-devoilee-par-louis-ernest-barrias/41386, consulté le 16/01/2024. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28/02/2024

    […] à la découverte des premiers billets publiés : vous ferez ainsi plus ample connaissance avec la statue de la nature se dévoilant devant la science. Vous apprendrez que Descartes était un anatomiste passionné et que la bibliothèque Henri-Piéron […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search