Séquence interview : Annie Bitbol-Hespériès évoque René Descartes et la médecine (Partie I)

Fidèle lectrice de la BIU Santé Médecine, Annie Bitbol-Hespériès, docteure en philosophie, auteure de plusieurs ouvrages sur René Descartes (1596-1650), collabore à l’édition des Œuvres complètes de Descartes dans la collection Tel Gallimard.

Elle nous fait le plaisir de répondre à nos questions sur L’Homme, La Description du corps humain et autres écrits anatomiques et biologiques, ouvrage paru à l’automne 2023, dont elle a préparé présentation, appareil critique et traduction des inédits latins, sous la direction de Denis Kambouchner.

Dans cette interview foisonnante et passionnante, on découvre entre autres un Descartes féru de médecine, particulièrement intéressé par la question de la circulation du sang, on s’interroge sur le plagiat médical au XVIIe siècle et l’on revient sur la question de la considération que portait le philosophe à l’esprit féminin. Enfin, Annie Bitbol-Hespériès partage ses promenades virtuelles préférées dans Medica, la bibliothèque numérique de la BIU Santé.

Portrait posthume de Descartes par Nicolas de Larmessin, illustrant l’Académie des sciences et des arts, contenant les vies et les éloges historiques des hommes illustres d’Isaac Bullart, 1695. Bibliothèque numérique Medica. Ce portrait s’inspire de celui qui figurait dans l’édition latine de La Géométrie de Descartes.

 

Agnès Sandras (AS)

On connaît le Descartes philosophe mais pas le Descartes passionné de médecine. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi Descartes s’est tourné vers la médecine?

 

Annie Bitbol-Hespériès (ABH)

Vous avez raison, le constat est juste : René Descartes (1596-1650) est connu comme philosophe, ce qui a contribué à faire oublier qu’il a d’abord été un grand scientifique, reconnu comme tel, et qu’il s’est passionné pour la médecine1.

Comment expliquer ce paradoxe ? Il me semble qu’il témoigne d’un double oubli au sujet du premier livre publié par Descartes, le fameux Discours de la méthode, paru à Leyde, sans nom d’auteur, chez l’éditeur Jean Maire, en 1637.

Le premier oubli est celui du titre complet du livre : Discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences. Plus la Dioptrique, les Météores et la Géométrie qui sont des essais de cette méthode.

Or l’oubli du titre complet masque l’enjeu et la richesse de cet ouvrage ambitieux et nécessaire à un moment crucial dans l’histoire des sciences : celui de la révolution scientifique du XVIIe siècle et de l’essor des livres, donc de livres manquant de rigueur scientifique, ou remplis de fausses promesses, comme ceux des alchimistes ou ceux des astrologues.

Revenons à la révolution scientifique et d’abord au mouvement de la Terre autour du Soleil, démontré par Copernic en 1543, confirmé par Kepler et par Galilée. En 1632 à Florence, Galilée a publié en italien le Dialogue sur les deux grands systèmes du monde (Dialogo sopra i due massimi sistemi del mondo), dans lequel il estime « plus vrai » le système du monde de Copernic que celui de Ptolémée (astronome mathématicien de l’Antiquité).

Or ce livre de Galilée a été condamné par le Saint Office de Rome le 22 juin 1633. Cette condamnation a été un choc pour Descartes, qui rédigeait alors, depuis plus de trois ans, – aux Pays-Bas, où il s’était installé -, un livre ambitieux : Le Monde ou traité de la lumière. Dans ce livre en français – et pas en latin – Descartes voulait s’adresser à un large public et lui « expliquer tous les phénomènes de la nature, c’est-à-dire toute la physique », en particulier les nouvelles théories cosmologiques et les lois de la nature. La condamnation de l’héliocentrisme du Dialogo, autrement dit du mouvement de la Terre, « même si on le propose à titre d’hypothèse » surprend Descartes quand il l’apprend, en novembre 1633. Après avoir espéré que Rome revienne sur cette condamnation, Descartes renonce à publier Le Monde.

Dans le Discours de la méthode, publié un peu plus de trois ans après ce renoncement, Descartes évoque ce traité que « quelques considérations [l’] empêchent de publier ». Il est essentiel de noter que Descartes avait étendu le traité du Monde à l’étude de L’Homme, et qu’il avait commencé, fin 1629, à « étudier l’anatomie ».

Lorsque Descartes envisage de publier, le premier texte qu’il met au net est La Dioptrique, qui ne contient pas seulement des chapitres, – appelés Discours -, sur les lois de la réflexion et de la réfraction, et sur la taille des verres, mais qui contient d’importants Discours sur « les sens en général », « les images qui se forment sur le fond de l’œil », avec une dissection d’œil, et l’explication de la vision qui met l’accent, de manière novatrice, sur l’importance des nerfs optiques. Descartes décide ensuite d’ajouter un autre texte scientifique, Les Météores, où il explique notamment l’arc-en-ciel, « merveille de la nature », puis il rassemble des textes mathématiques qui s’inscrivent dans La Géométrie, troisième « essai » de la méthode.

Ces trois Essais prouvent que Descartes est bien un grand scientifique.

Descartes rédige ensuite un Discours de la méthode, qui va prendre place au début de la publication de 1637.

J’en viens donc au second oubli, qui concerne le contenu même du Discours de la méthode. En effet, ce texte extraordinairement riche ne contient pas seulement, outre le fameux énoncé « Je pense, donc je suis », des rappels biographiques, une morale « par provision » ; ce Discours de la méthode contient, dans sa cinquième partie, une explication du mouvement du cœur et de sa cause, et une approbation de la découverte de la circulation du sang. Descartes cite en marge le nom latin du médecin anglais William Harvey, Hervaeus et le titre en abrégé de son traité en latin : De motu cordis, Du mouvement du cœur.

Descartes est inscrit dans la science de son temps, celle des découvertes majeures qui concernent Le Monde ainsi que L’Homme, celle aussi des controverses qui accompagnent ces découvertes.

J’ai dit que fin 1629, dans le cadre de la rédaction du Monde, Descartes avait décidé d’ajouter une partie sur L’Homme, et, dans une perspective d’abord scientifique, de « commencer à étudier l’anatomie ».

Nous savons par la correspondance de Descartes, par les lettres qu’il adresse au Père Mersenne, qu’au printemps 1630, il étudie « […] en chimie et en anatomie » et […] apprend tous les jours quelque chose [qu’il] ne trouve pas dedans les livres2». Plus tard, il précise qu’il a lu « Vezalius et les autres », autrement dit André Vésale (1514-1564) et les autres, et appris « plusieurs choses plus particulières […] en faisant [lui-] même la dissection de divers animaux ». Il ajoute : « J’ai été un hiver à Amsterdam que j’allais quasi chaque jour en la maison d’un boucher pour lui voir tuer des bêtes, et je faisais apporter de là en mon logis les parties que je voulais anatomiser plus à loisir ». Descartes résidait alors dans la Kalverstraat, rue des Veaux, autrement dit celle des Bouchers, qui le fournissaient en organes frais.

La démarche cartésienne est cohérente : en médecine comme en physique, Descartes travaille sur des sources récentes, celles issues de l’année 1543 et actualisées, autrement dit : de Copernic à Galilée, pour la physique et la mécanique céleste, dans Le Monde.

Pour écrire L’Homme, Descartes lit « Vésale et les autres ».

La référence à Vésale est essentielle, parce que son livre en latin sur La Fabrique du corps humain (De humani corporis fabrica) est un manifeste méthodologique. Selon Vésale, la connaissance de l’anatomie relève d’une méthode nouvelle, la dissection, qu’il pratique lui-même lors de leçons publiques ou privées. Avec Vésale, l’étude de la « nature de l’homme » doit être recentrée sur le corps humain, ce qui n’allait pas de soi : dans la Physiologia de Fernel (1554), seul le livre I (Sur la description des parties du corps humain, De partium corporis humani descriptione) était consacré à ce sujet, les suivants étant consacrés aux éléments (le corps de l’homme, composé de l’assemblage des quatre éléments), aux tempéraments, aux esprits et à la chaleur naturelle (« Qu’il y a dedans nous et dedans tous les vivants une certaine chaleur et qu’elle est divine »), aux facultés de l’âme (combien de sortes d’âmes, combien de parties de l’âme et de facultés de l’âme), aux fonctions et humeurs et à la génération.

Andreae Vesalii », gravure sur bois illustrant le De humani corporis fabrica BIU Santé

« Andreae Vesalii », gravure sur bois illustrant le De humani corporis fabrica d’André Vésale (1543). Medica.

Vésale ne traite ni du cosmos, ni des éléments, ni des saisons, et ne consacre pas de livre particulier à l’âme et à ses facultés. Dans la dédicace de la première édition à Charles Quint, Vésale entend restaurer « la science perdue des parties du corps humain (emortuam humani corporis partium scientiam…, ». Il ne pouvait que s’éloigner, au fil de ses observations, des vues de Galien encore enseignées partout dans les facultés de médecine. À Padoue où il demeura jusqu’en 1543, il eut plusieurs élèves remarquables ; parmi eux, le célèbre Fabrice d’Acquapendente (en latin, Hieronymus Fabricius ab Aquapendente, 1533-1619), qui y enseigna durant plus de quarante ans, et compta parmi ses étudiants Caspar Bauhin (1560-1624), plus tard professeur à Bâle, et William Harvey (1578-1657), plus tard professeur à Londres et médecin du roi Charles Ier, à qui l’on doit la découverte de la circulation sanguine et la démonstration du mouvement du cœur.

Descartes a aussi lu les traités « des autres » anatomistes qui ont suivi Vésale et l’ont actualisé, grâce à l’essor des dissections. Il s’agit précisément des traités de Fabricius d’Acquapendente, et notamment les traités embryologiques de ce grand professeur padouan : celui Sur la formation du fœtus, (De formato fœtu), paru à Venise en 1604, et celui Sur la formation de l’œuf et du poulet (De formatione ovi et pulli), publié à Padoue en 1621, deux ans après la mort de l’auteur. Descartes a pratiqué des expériences de dissection de fœtus d’animaux et refait les traditionnelles expériences sur les œufs couvés pour voir le premier organe à apparaître. Les fragments latins traduits, annotés et publiés avec L’Homme et La Description du corps humain dans le volume II des Œuvres complètes en témoignent.

Mais surtout, Descartes a étudié l’anatomie en lisant un traité en format réduit, mais volumineux (1 314 pages hors index), s’inspirant de Vésale, actualisé et recomposé suivant l’ordre de la dissection dans un « théâtre anatomique » : le Theatrum anatomicum de Caspar Bauhinprofesseur de médecine à Bâle, publié à Francfort en 1605, augmenté et réédité en 1620-1621 sous un autre format. Bauhin regroupe les planches de Vésale de façon pertinente et expose des découvertes permises par l’essor des dissections. Il diffuse ainsi, par exemple, dès 1605, deux ans après leur publication, puis à nouveau en 1620-1621, sous un autre format, la découverte des valves des veines par le célèbre Fabricius d’Acquapendente, dont il a été l’élève, avant Harvey.

Dans L’Homme, Descartes veut aborder les questions les plus complexes en médecine et les plus controversées : le mouvement du cœur et la génération, autrement dit la conception, le développement et la vie du fœtus dans l’utérus maternel, – dans la matrice, comme on disait alors. Comme le mouvement du cœur, et tout aussi inaccessible à la vue, la question de la génération est alors un des grands « mystères », un des grands « secrets » de la Nature dans les traités de médecine. Autant que le mouvement du cœur, le « mystère » de la génération est « impénétrable », « incompréhensible » et « admirable ». Il échappe à l’entendement humain. La génération ne peut susciter que l’admiration, faute de pouvoir être comprise. Les traités de médecine qui abordent la question s’accordent tous sur ce point et en appellent à l’autorité de Galien. N’a-t-il pas déclaré que ce thème « dépasse l’entendement humain » ?

Descartes a lu les meilleurs auteurs, fait des expériences, seul ou avec des médecins, mais en juin 1632, après avoir « délibéré » pendant « un mois », il décide de renoncer à décrire « comment se fait la génération des animaux dans (s)on Monde […] à cause que cela (lui) tiendrait trop de temps ». Il n’a pas pu faire assez d’expériences, mais les Premières pensées en latin sur la génération montrent que des éléments fondamentaux sont acquis : « la semence d’un seul ne suffit pas à la génération », il faut le concours de deux semences, mâle et femelle, point novateur alors que l’existence d’une semence femelle était discutée et que l’utérus – la matrice – était comparée à une terre féconde et le mariage à « un labourage conjugal ». Selon Descartes, il faut ensuite une agitation du mélange des semences et une dilatation (« raréfaction ») par l’action de la chaleur. La comparaison avec une fermentation fait perdre à la chaleur de la semence mâle, le sperme son origine mystérieuse.

Que de questions dans les Premières pensées sur la génération des animaux, sur ce qu’on peut imaginer de la vie intra-utérine, des mouvements dans le corps du fœtus, du lien entre la mère et l’enfant qu’elle porte, mais déjà une conviction : le corps peut être expliqué, depuis son origine, par matière et mouvements et cesser d’être objet d’admiration.

 

AS

La médecine du XVIIe siècle est-elle suffisamment rigoureuse pour cet esprit exigeant ? Quelles thématiques l’intéressent plus particulièrement ?

ABH

La médecine du XVIIe siècle n’est pas suffisamment rigoureuse pour cet esprit exigeant.

Une belle page du Discours de la méthode (6e partie) l’indique clairement, tout en mettant l’accent sur l’importance de la conservation de la santé, la médecine « science si nécessaire », l’indispensable recours aux expériences et le lien entre progrès dans les connaissances et travail collectif. Descartes écrit :

« qu’il est possible de parvenir à des connaissances qui soient fort utiles à la vie, et qu’au lieu de cette philosophie spéculative, qu’on enseigne dans les écoles, on en peut trouver une pratique […]. Ce n’est pas seulement à désirer pour l’invention d’une infinité d’artifices, qui feraient qu’on jouirait, sans aucune peine, des fruits de la terre et de toutes les commodités qui s’y trouvent, mais principalement aussi pour la conservation de la santé, laquelle est sans doute le premier bien et le fondement de tous les autres biens de cette vie ; car même l’esprit dépend si fort du tempérament, et de la disposition des organes du corps que, s’il est possible de trouver quelque moyen qui rende communément les hommes plus sages et plus habiles qu’ils n’ont été jusques ici, je crois que c’est dans la médecine qu’on doit le chercher. Il est vrai que celle qui est maintenant en usage contient peu de choses dont l’utilité soit si remarquable ; mais, sans que j’aie aucun dessein de la mépriser, je m’assure qu’il n’y a personne, même de ceux qui en font profession, qui n’avoue que tout ce qu’on y sait n’est presque rien, à comparaison de ce qui reste à y savoir, et qu’on se pourrait exempter d’une infinité de maladies, tant du corps que de l’esprit, et même aussi peut-être de l’affaiblissement de la vieillesse, si on avait assez de connaissance de leurs causes, et de tous les remèdes dont la nature nous a pourvus. Or, ayant dessein d’employer toute ma vie à la recherche d’une science si nécessaire, et ayant rencontré un chemin qui me semble tel qu’on doit infailliblement la trouver, en le suivant, si ce n’est qu’on en soit empêché, ou par la brièveté de la vie, ou par le défaut des expériences, je jugeais qu’il n’y avait point de meilleur remède contre ces deux empêchements que de communiquer fidèlement au public tout le peu que j’aurais trouvé, et de convier les bons esprits à tâcher de passer plus outre, en contribuant, chacun selon son inclination et son pouvoir, aux expériences qu’il faudrait faire, et communiquant aussi au public toutes les choses qu’ils apprendraient, afin que les derniers commençant où les précédents auraient achevé, et ainsi, joignant les vies et les travaux de plusieurs, nous allassions tous ensemble beaucoup plus loin que chacun en particulier ne saurait faire.

Même je remarquais, touchant les expériences, qu’elles sont d’autant plus nécessaires qu’on est plus avancé en connaissance. »

On comprend mieux l’importance du lien entre médecine et méthode et celle aussi d’une lecture décisive qui a orienté les thématiques que Descartes va ensuite privilégier et notamment la défense de la circulation du sang, découverte par Harvey.

Revenons à la fin de l’année 1632. Descartes affirme avoir rédigé dans L’Homme ce qui concerne les fonctions « qui appartiennent à la vie : comme la digestion des viandes, le battement du pouls, la distribution de l’aliment, etc., et les cinq sens ». Il ajoute notamment à son correspondant, le Père Mersenne : « j’ai vu le livre De motu cordis dont vous m’aviez autrefois parlé et je me suis trouvé un peu différent de son opinion, quoique je ne l’aie vu qu’après avoir achevé d’écrire de cette matière3

Autrement dit, Descartes a lu le traité de Harvey sur le mouvement du cœur, qui est aussi le traité où Harvey démontre le mouvement circulaire du sang, deux mouvements associés à la vie. Ce traité est l’Exercitatio anatomica de motu cordis et sanguinis in animalibus, un Exercice ou une Étude anatomique au sujet du mouvement du cœur et du sang chez les êtres vivants, publié à Francfort en 1628. Un titre modeste, un format modeste : 72 pages, pour un traité qui, – nous le savons maintenant -, fonde la médecine moderne. Un traité d’une grande rigueur avec deux démonstrations qui reposent sur de nombreuses expériences.

Il s’agit d’une lecture décisive pour Descartes, d’une part, sur un sujet réputé inaccessible à l’entendement humain : le mouvement du cœur, et d’autre part, sur un thème inconnu : la circulation du sang. Avec Harvey, la question des mouvements invisibles à nos yeux dans l’homme, l’être humain, devient centrale.

Le désaccord de Descartes avec Harvey porte sur l’explication de la cause du mouvement du cœur et donc sur les nouvelles définitions de la diastole et de la systole données par le médecin anglais. Selon Harvey, qui redéfinit les notions de systole et de diastole, l’expulsion du sang se fait en systole, au moment où la cavité cardiaque se contracte sous l’effet d’une « force pulsifique » qui représente la contractilité ; or Descartes refuse cette nouvelle explication qui fait intervenir une propriété que rien n’explique. Si l’expulsion du sang par le cœur ne peut s’expliquer que par un phénomène naturel affectant le sang lui-même ; et si ce phénomène doit s’apparenter à une ébullition ou à une fermentation résultant de la production de chaleur dans le cœur, alors l’expulsion du sang coïncidera avec la phase de dilatation (diastole) et non de contraction. Avec Descartes, la chaleur du cœur perd de son mystère, elle n’est plus une chaleur « divine » ou « stellaire », comme le montrent les comparaisons avec l’ébullition et la fermentation.

La chaleur du cœur est alimentée par le sang. Mais Descartes doit faire de nouvelles dissections pour vérifier les preuves anatomiques données par Harvey à l’appui de sa démonstration de la circulation du sang, qui est vivement contestée en Europe et que la Faculté de médecine de Paris continuera à refuser jusque dans les années 1670. Rappelons qu’il a fallu l’intervention du roi Louis XIV pour confier à un chirurgien, Pierre Dionis (1643-1718), l’enseignement de l’anatomie selon la circulation du sang et les nouvelles découvertes, au Jardin du Roi (notre Jardin des Plantes). Dionis commencera à enseigner en 1673, plus de 35 ans après le Discours de la méthode, et il fera passer le mécanisme cartésien dans le traité issu de ses cours. 1673, c’est aussi l’année où Molière crée Le Malade imaginaire. N’oublions pas Molière et sa satire des médecins, Diafoirus père et fils, qui ne croient pas à la découverte de la circulation du sang. N’oublions pas que le jeune Thomas Diafoirus offre à sa fiancée Angélique une thèse contre les circulateurs, et qu’il veut l’emmener à un spectacle rare : la dissection d’un corps féminin.

 

Cœur avec ses valvules et poumon “, gravure illustrant le De homine figuris de Descartes, 1664. Medica.

Descartes est un des premiers en Europe à comprendre l’importance de la découverte fondamentale de la circulation du sang, mais il réalise aussi que la partie de L’Homme dans le traité du Monde est à reprendre, à compléter et à modifier et que cette reprise exige de nouvelles dissections. Dans ses dissections, il se montre très attentif à la structure du cœur, à ses valvules, à l’épaisseur différente des parois des ventricules et il dissèque des cœurs à différents stades de leur développement, car le cœur est un organe évolutif. Descartes dissèque aussi des fœtus d’animaux à divers stades de leur développement. S’il avait hésité sur l’une des grandes questions de l’embryologie : celle du premier organe à apparaître, donc du principe de vie, il confirme les expériences de Harvey : le cœur est le premier organe à apparaître dans l’embryon, il est « premier vivant », « principe de vie » (primum vivens, vitae principium).

La controverse opposant les tenants d’Aristote (384-322 av. J.-C.) à ceux de Galien (129-216), Aristote partisan de la priorité de formation du cœur, Galien défendant celle du foie, est tranchée et Descartes ne variera plus sur ce point. C’est un thème capital dans les conceptions médicales de Descartes, qui rompt avec la tripartition galénique des « facultés » en l’homme : faculté animale, liée à l’anima : l’âme logée dans le cerveau ; faculté vitale, dans le cœur ; et faculté naturelle, dans le foie.

C’est un moment décisif dans l’histoire de la médecine. Avec Harvey, repris par Descartes, on comprend l’importance de la découverte des valves des veines. Harvey écrit que leur découvreur, son maître à Padoue, Fabricius d’Acquapendente, n’a pas compris leur fonction. Dans son traité de 1628 sur le mouvement du cœur et du sang, Harvey démontre que les valves des veines, comme les valves du cœur, fixent le sens du mouvement sanguin.

Puisqu’il y a un « mouvement défendu » : celui de la Terre, Descartes va défendre, à partir du Discours de la méthode, deux autres mouvements qui se déroulent, non dans le monde, mais dans l’homme : le mouvement du cœur, en discutant Harvey, et le mouvement du sang, en approuvant les preuves fournies par Harvey.

Le Discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences innove, après Harvey, en choisissant, dans la 5e partie, le cœur et son mouvement, alimenté par la circulation du sang, comme objet d’étude privilégié. Ce choix est audacieux. En effet, le cœur, organe « principal » du corps depuis Aristote, dispute au cerveau, voire à une partie du cerveau, le rôle de médiateur entre l’âme et le corps. Et son mouvement, réputé n’être accessible qu’à « Dieu ou Nature », vient d’être démontré, avec celui du sang, par Harvey, dans un traité controversé.

Le cœur, organe important, est complexe à étudier. Les anatomistes s’émerveillent devant la structure complexe du cœur, ainsi que devant les particularités anatomiques du cœur embryonnaire et les « vestiges » qui en résultent : foramen ovale (fosse ovale, trou dit de Botal) et canal artériel. Les anatomistes questionnent par exemple, le rôle actif ou non, des poumons, ainsi que du cœur, chez l’embryon ; autrement dit ils s’interrogent sur leurs mouvements pendant la vie intra-utérine, puisque les nouveau-nés naissent avec un cœur et des poumons complètement formés.

Harvey apporte sur ces points complexes des nouveautés que Descartes reprend dans le Discours de la méthode, et qu’il détaille dans La Description du corps humain, après avoir refait les expériences de Harvey. Descartes a lu Bauhin, lequel consacre un chapitre à l’union des vaisseaux du cœur dans le fœtus, qui disparaît après la naissance. Descartes a compris Harvey qui étudie les rapports entre le cœur et les poumons. Harvey démontre que les poumons ne fonctionnent pas avant la naissance, alors que le cœur fonctionne et il explique le rôle du foramen ovale, qui témoigne de la communication des oreillettes droite et gauche, et du canal artériel qui témoigne d’une communication entre l’aorte et l’artère pulmonaire. Ces structures existent pendant la vie prénatale et se ferment après la naissance, quand le nouveau-né commence à respirer.

L’approbation cartésienne de la circulation du sang, authentique découverte de Harvey, repose sur des preuves anatomiques que Descartes a vérifiées et qu’il énonce dans le Discours de la méthode. Descartes a observé cette évolution du cœur, en disséquant des cœurs d’animaux de plus en plus jeunes, comme il a examiné les valves cardiaques dans ses dissections, dont les comptes rendus figurent dans les fragments latins des Excerpta anatomica, traduits dans le volume II-2 des Œuvres complètes qui vient de paraître. Mais contrairement à Harvey, Descartes n’admire pas ces artifices de Nature, avec un N majuscule, la Nature « déesse » qu’il a rejetée dans Le Monde, au chap. VII, comme il rejette l’admiration au début des Météores, deuxième Essai de la méthode. Descartes voit dans les replis de peaux que sont les valves et valvules l’action de la matière sur la matière. Descartes ne reprend pas non plus la référence à Aristote qui fondait, chez Harvey, la définition de la circulation du sang et il fait silence sur la comparaison, banale en anatomie, et encore présente dans le traité de Harvey, du cœur avec le soleil.

Le Discours de la méthode n’est pas le seul texte où Descartes cite Harvey. En effet, Descartes cite à nouveau Harvey avec éloge pour la circulation du sang dans les Passions de l’âme, parues en 1649, alors que Descartes se trouve à la Cour de la reine Christine, à Stockholm, où il meurt à 54 ans le 11 février 1650, quatre mois après son arrivée. Le nom de Harvey y figure sous sa forme latinisée, Herveus, et Descartes déplore les résistances à l’adoption de la circulation du sang. Dans les Passions de l’âme, Descartes confirme l’importance des mouvements du cœur et du sang, dont dépend « tout le bien du corps ».

Descartes détaille notamment ces points fondamentaux dans le traité contemporain de la rédaction des Passions de l’âme : La Description du corps humain. Descartes a emporté ce texte à Stockholm, parmi ses papiers « les plus importants » et il figure dans l’inventaire dressé après sa mort, contrairement à L’Homme. La Description est une version remaniée, complétée et actualisée de L’Homme, qu’il s’agissait de refaire, comme Descartes l’écrit notamment à la princesse Élisabeth de Bohême.

La Description du corps humain traite de la connaissance de soi, dénonce « l’ignorance de l’anatomie et des mécaniques », poursuit le dialogue avec Harvey sur le mouvement du cœur et réaffirme, en la détaillant, son approbation de la circulation du sang, qu’il faut défendre, vingt ans après la brillante démonstration du médecin anglais, et dix ans après son approbation publique dans le Discours de la méthode. La Description aborde aussi la question de la génération et met en avant la primauté de formation du cœur dans l’embryon.

 

AS 

À la lecture de votre ouvrage, on découvre que Descartes a tenu à ce que son traité comporte des illustrations ingénieuses et pédagogiques. Les ouvrages de médecine contemporains comportaient-ils tous ce type d’images ?

ABH

Oui, vous pensez aux illustrations de L’Homme. Descartes a compris l’importance des images dans les sciences, et pas seulement en médecine. Pensons aux figures de La Dioptrique et à celles du traité des Principes de la philosophie.

La bibliothèque médicale de Descartes comporte de nombreuses images anatomiques de grande qualité, les meilleures alors disponibles, celles qu’on trouve dans les superbes livres de « Vésale et les autres », autrement dit les traités de Vésale, de Fabricius d’Acquapendente, et de Caspar Bauhin, notamment.

La réserve de la BIUS possède de superbes exemplaires de ces ouvrages magnifiques : d’abord le traité de Vésale sur la Fabrique du corps humain, la célèbre Fabrica, dans les deux éditions de 1543 et 1555, auxquelles il faut ajouter un des rares exemplaires complets dans le monde, de l’Epitome, le résumé de la Fabrica de 1543, avec des planches recomposées.

Et il faut compléter par les éditions des traités superbement illustrés de Fabricius ab Aquapendente, notamment ses traités embryologiques. Celui Sur la formation du fœtus, De formato foetu, montre l’utérus féminin et le développement du fœtus humain, mais aussi les vaisseaux ombilicaux, le placenta, et des fœtus de plusieurs mammifères animaux avec leurs membranes. Celui sur la formation du poulet dans l’œuf comporte aussi des illustrations. Il faut également citer le traité sur les « petites portes des veines » : le De venarum ostiolis, dont Bauhin reprend des planches en consacrant l’expression de valvules des veines dans son Theatrum anatomicum, éditions de 1605 et 1620-1621, superbement restaurées par la BIU Santé.

Notons que les planches sur les valves des veines des bras sont les seules illustrations dans le traité de Harvey de 1628.

Rappelons aussi qu’au XVIIe siècle, on continue à discuter de l’utilité des images dans les traités de médecine, comme c’est le cas dans l’Anthropographie de Riolan fils, par exemple, dans la belle édition française des Œuvres de 1629, dont la BIUS possède un exemplaire.

Et L’Homme, que Descartes a remanié avant de l’abandonner, tout en ayant laissé faire des copies, a été publié, plus de dix ans après sa mort, avec des illustrations.

 

Vous trouverez ici la suite (seconde partie) de cet entretien.

 

=> Pour aller plus loin, on peut lire et écouter entre autres :

– Sur la vie et les œuvres de Descartes, et le contexte historique, scientifique, philosophique :

Adrien Baillet, La vie de monsieur Descartes, introduction et annotation par Annie Bitbol-Hespériès, Paris, Les Belles Lettres, collection Encre marine, 2022, dirigée par Jacques Neyme. Édition critique de la grande édition de la biographie de Descartes en deux tomes, publiée en 1691 à Paris chez Daniel Horthemels.

– Sur les Œuvres de Descartes :

Geneviève Rodis-Lewis, L’Œuvre de Descartes, Paris, Vrin, 1971, réédition en collection de poche chez Vrin.

Denis Kambouchner, Descartes n’a pas dit, Paris, Les Belles Lettres, 2015, réédition 2023 ; et La question Descartes, Paris, Gallimard, Folio, 2023

Sur les œuvres de Descartes et leurs études, voir le Bulletin cartésien publié chaque année dans le premier numéro de la revue les Archives de Philosophie. Bulletin cartésien du Centre d’études cartésiennes de Sorbonne Université, dirigé par Vincent Carraud ; secrétaire scientifique du Bulletin : Dan Arbib.

Voir ici le site des Archives de Philosophie.

Le Bulletin cartésien est accessible en ligne sur le site Cartesius de l’université du Salento (Università del Salento).

Podcasts de l’émission Les Chemins de la philosophie, présentée par Adèle van Reeth, épisodes consacrés à Descartes en décembre 2012, série de quatre émissions : Descartes sur table.

Podcast de l’émission Concordance des temps, présentée par Jean-Noël Jeanneney, Descartes, symbole national et universel, 11 mai 2011, avec François Azouvi, auteur de Descartes et la France.

Podcast des épisodes consacrés à Descartes dans l’émission Avec philosophie, présentée par Géraldine Muhlmann, en février 2023

Podcast de l’épisode « Descartes métaphysicien, savant et anatomiste », Le « vrai » métier des philosophes, diffusion du 24 août 2023, Nassim El Kabli.

L’heure philo, émission de Patricia Martin du 8 septembre 2023 avec Denis Moreau sur Cogito ergo sum : Je pense, donc je suis, Descartes l’a-t-il réellement écrit ainsi ? entretien avec Denis Moreau.

 

=> Pour retrouver les œuvres de René Descartes dans le catalogue des bibliothèques d’Université Paris Cité, c’est ici.

On pourra également identifier des ouvrages portant sur René Descartes, sa philosophie, etc., présents dans les bibliothèques d’Université Paris Cité, en utilisant la recherche par sujets. Par exemple:

[Cite]

L’image mise en avant au début de ce billet est une gravure extraite de De homine figuris (1664) de Descartes et illustre sa démonstration de la fonction des nerfs de transmission de l’information au cerveau.

 

 

 

 

 

  1. On trouvera à la fin de l’interview (partie II) une fiche biographique de Descartes. Chaque œuvre citée de Descartes ou d’un autre auteur comporte un lien cliquable si elle est numérisée. Pour lire des ouvrages de Descartes dans les bibliothèques de Paris Cité on se servira du catalogue : voir ici. []
  2. Lettre du 15 avril 1630. []
  3. Lettre de novembre ou décembre 1632. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Agnès Sandras (25 janvier 2024). Séquence interview : Annie Bitbol-Hespériès évoque René Descartes et la médecine (Partie I). Panacée. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1y5


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search