La testothèque historique de la bibliothèque Henri-Piéron

La bibliothèque Henri-Piéron conserve un fonds ancien de tests psychologiques et d’outils d’aide à l’orientation scolaire et professionnelle. Ce fonds, qui couvre plus d’un siècle de pratique, est nommé « testothèque historique ». Il est destiné aux chercheurs intéressés par l’évolution de la mesure en psychologie. Partons à sa découverte !

Les tests sont précieusement conservés dans leurs malles d’origine… Testothèque de la bibliothèque Henri-Piéron. Cliché Cervanne Courlet.

Historique de l’usage des tests en psychologie

Les premières tentatives de mesure de facultés humaines sont apparues à la fin du XIXe siècle, avec le développement de la psychologie scientifique et le recours de plus en plus systématique à l’expérimentation. En parallèle, le développement de l’industrie et de l’enseignement primaire dans la plupart des pays occidentaux pousse les pouvoirs publics à chercher des moyens de différencier les personnes selon leurs capacités, pour leur proposer un emploi ou un enseignement adapté. Les outils psychométriques, permettant de situer les individus par rapport à un échantillon de référence, vont répondre à ces nouveaux besoins.

Des premiers tests d’intelligence sont développés à la fin du XIXe siècle mais ils se révèlent peu concluants lorsqu’ils sont mis en pratique : entre 1894 et 1898 par exemple, le psychologue américain James Mc Keen Cattell (1860-1944) tente d’appliquer ses mental tests à des étudiants s’apprêtant à entrer à l’Université de Columbia, dans l’objectif de faciliter leur orientation. Mais aucune corrélation solide n’est établie entre efficience aux tests et efficience universitaire.

Chronomètre électrique pour mesurer la vitesse des impressions nerveuses“, du Dr d’Arsonval, in Catalogue des instruments de précision construits par Charles Verdin , ca 1890-1895. Bibliothèque numérique Medica.

 

Il faut attendre 1905 et le développement de la première échelle métrique d’intelligence, par Alfred Binet (1857-1911) et Théodore Simon (1873-1961) pour que l’usage de tests connaisse un véritable succès et des résultats probants. Cette échelle est créée à l’origine pour distinguer les élèves ayant besoin d’un enseignement spécialisé, dans un contexte de discussions en France sur la nécessité de classes de perfectionnement. Elle est composée de plusieurs épreuves de difficulté croissante, qui font appel à la compréhension, au jugement, au raisonnement. Les âges évalués vont de 3 à 13 ans. Pour situer les enfants les uns par rapport aux autres, Binet et Simon élaborent le concept d’âge mental qui consiste à comparer le plus haut niveau d’épreuve réussi par l’élève, et l’âge moyen des élèves l’ayant également réussie.

Plus tard, de nombreuses nouvelles méthodes voient le jour et les échelles d’intelligence sont constamment améliorées, diversifiées. Les tests ne se limitent plus à la seule notion d’intelligence mais sont élargis à de nombreux autres domaines : la personnalité, la psychomotricité, les intérêts professionnels… Sans cesse renouvelés et perfectionnés au cours du dernier siècle, ils sont encore employés aujourd’hui ; que ce soit en psychologie clinique, ou pour détecter des troubles mentaux, pour faciliter l’orientation professionnelle, etc.

Qu’est-ce qu’un test exactement ?

Un test sert à effectuer un diagnostic. Il comporte quatre composantes essentielles :

  • Il est standardisé : toutes les personnes qui passent le test doivent le faire dans des conditions strictement identiques, mêmes épreuves, même temps de passation…
  • Il permet de se situer par rapport à un panel de participants, au moyen d’un étalonnage. Le test doit avoir une bonne « sensibilité », c’est-à-dire que suffisamment de profils peuvent être différenciés parmi les répondants
  • La validité : on vérifie que le test mesure bien et précisément ce qu’il est censé mesurer
  • La fidélité : quelles que soient les circonstances de la passation, les résultats au test d’une personne doivent rester les mêmes. C’est pourquoi on utilise parfois la méthode du « test-retest », qui consiste à faire passer plusieurs fois le test à un échantillon de personnes pour s’assurer que les résultats varient peu

Les tests peuvent se présenter sous de nombreuses formes : questionnaires à choix multiples, tests de performance avec des objets à manipuler, à déplacer, tests verbaux ou non-verbaux, tests avec chronométrage ou non… Les critères d’élaboration d’un test doivent favoriser la plus grande neutralité possible mais les tests ne sont pas une science exacte et des biais cognitifs peuvent exister.

Leur usage est encore parfois controversé, entre conviction des uns de l’intérêt de ces méthodes et de leur praticité, et critique des autres sur le risque de réduire les humains à des critères de mesure subjectifs, en les « objectivant » et en les chiffrant au risque de perdre de vue leur singularité. Certains tests sont élaborés et proposés de sorte à ce que les critères de standardisation, d’étalonnage, de validité et de fidélité ne soient pas prioritaires sur ce qui est appelé « clinique de la passation » et sur la dimension subjective des sciences humaines.

La psychométrie a une longue histoire et la testothèque historique de la BU Piéron témoigne de ces évolutions.

 

Henri Piéron et la constitution de la première testothèque de l’Institut de psychologie

Henri Piéron (1881-1964) est l’un des fondateurs de la psychologie en tant que discipline académique en France. Contemporain d’Alfred Binet, il a exercé de nombreuses fonctions universitaires et a largement participé à la reconnaissance institutionnelle de la psychologie, notamment en créant le premier institut de psychologie de France en 1920. La même année est créée l’Association internationale de psychotechnique, à laquelle il participe également, et dont il devient président en 1949. Il s’agit de l’une des plus anciennes associations internationales de psychologues professionnels. À une époque où de plus en plus d’outils et de méthodes psychométriques sont édités, l’association se constitue pour réfléchir à des règles et protocoles dans le domaine et pour harmoniser les pratiques. Un de ses objectifs principaux est de lutter contre les mauvais usages : lors du 9e congrès de Berne, les 12 et 17 septembre 1949, les membres de l’association émettent le vœu que, dans chaque pays membre, soit organisée et contrôlée la fonction de psychotechnicien « considérant que dans de nombreux pays, toute liberté est donnée à des ignorants et à des charlatans de s’intituler psychotechniciens, et de s’introduire auprès de collectivités et des familles pour donner des conseils en ce qui concerne des organisations d’entreprises, des choix d’employés ou d’apprentis, des directives d’avenir pour des enfants et des adolescents1 »

L’association se réunit pour la première fois à Genève en septembre 1920. Au cours des années suivantes, de plus en plus de professionnels rejoignent les congrès organisés par l’association. Dans la perspective de constituer l’organisme de référence en matière de psychotechnique, plusieurs commissions sont mises en place dont une commission chargée de la « centralisation de tous les tests », pilotée par Henri Piéron. Il met en place un système d’échanges de tests entre institutions françaises et étrangères, afin que chaque pays puisse bénéficier des innovations des autres et constituer des collections de référence en la matière. En France, c’est l’Institut national d’orientation professionnelle (INOP, devenu par la suite INETOP – Institut national d’étude du travail et d’orientation professionnelle), créé par Henri Piéron en 1928, qui est destinataire principal des tests étrangers. La bibliothèque de l’Institut de psychologie, devenue par la suite bibliothèque Henri-Piéron, s’étoffe elle aussi d’un fonds exceptionnel de tests en langue française, anglaise, allemande, espagnole, des années 1920 aux années 1950. Certains documents rares sont à signaler, comme une édition des planches de Rorschach, datant de 1921.

=> Dans le document ci-dessus (cliquez dans le cadre pour afficher l’image), on peut voir une imitation du test de Rorschach avec un texte d’accompagnement à visée parodique. Par tradition déontologique, les tests de Rorschach ne sont pas mis à disposition du grand public afin de ne pas perturber le bon déroulement de ces tests. Nous ne reproduisons donc pas non plus les planches conservées par la testothèque historique.

L’association internationale de psychotechnique change de nom en 1955, pour devenir « association internationale de psychologie appliquée », et rassemble des professionnels de plus de 80 pays.

Portrait de Rorschach extrait de son ouvrage Psychodiagnostik,1932. Cote 029542. Collection BIU Santé Médecine (banque d’images en ligne).

 

Enrichissement et mise en valeur de la testothèque historique

À la suite d’Henri Piéron, la bibliothèque de l’Institut a continué de rassembler des tests, notamment grâce à divers dons de psychologues créateurs de tests, d’enseignants-chercheurs, de professionnels de l’orientation. Ces documents ont été triés, reconditionnés et inventoriés pour être mis à disposition du public, et ils sont encore voués à être enrichis par de futurs dons. L’inventaire de la testothèque est disponible sur la page Calames d’Université Paris Cité.

 

Bibliographie sélective

Huteau M. Les tests d’intelligence. Nouvelle édition. Paris: la Découverte ; 2006.

Bernaud JL. Introduction à la psychométrie. Paris: Dunod ; 2007

Guyot Denise, Simonnet Robert, Turbiaux Marcel. Un siècle de psychométrie et de psychologie : établissements d’applications psychotechniques. Paris: L’Harmattan ; 2008

Musée d’histoire naturelle, Somogy éditions d’art. La mesure de l’homme : instruments et tests du Musée d’histoire naturelle de Lille. Lille Paris: Musée d’histoire naturelle de Lille Somogy ; 2002

Martin O. La mesure de l’esprit : origines et développements de la psychométrie, 1900-1950. Paris Montréal (Québec): l’Harmattan ; 1997

Archives

BU Piéron :

1FP Carton 34 Congrès internationaux de psychotechnique

1FP Carton 35 Psychotechnique

Sitographie

Inventaire Calames des fonds Piéron :

http://www.calames.abes.fr/pub/ms/FileId-2384

Outils de l’INETOP recensés par le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) :

https://oppio.cnam.fr/medias/fichier/base-excel-cr-conatif-edition-septembre-2018_1537185811023-pdf?INLINE=FALSE

https://oppio.cnam.fr/medias/fichier/base-cognitif-septembre-2018_1537282207895-pdf?INLINE=FALSE

https://oppio.cnam.fr/medias/fichier/base-excel-cr-methodes-educatives-septembre-2018_1537185566004-pdf?INLINE=FALSE

L’image mise-en-avant provient du Dépliant – Programme des travaux présentés à la 7e conférence internationale de psychotechnique, Moscou, 8-13 septembre 1931. Bibliothèque Henri-Piéron, 1 FP 34.



Citer ce billet
Cervanne Courlet de Vregille (2024, 8 février). La testothèque historique de la bibliothèque Henri-Piéron. Panacée. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1y8

  1. BU Piéron : 1FP Carton 34 « Congrès internationaux de psychotechnique ; 9e congrès international de psychotechnique, Berne, 12-17 septembre 1949. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29/02/2024

    […] dévoilant devant la science. Vous apprendrez que Descartes était un anatomiste passionné et que la bibliothèque Henri-Piéron recèle une extraordinaire testothèque historique et des fonds sur l… Enfin, vous pourrez vous faire votre opinion sur le « dry january » : trouve-t-il ses racines […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search