“Janvier sobre” : retour sur l’histoire de la tempérance française au XIXe siècle

Depuis quelques années, les médias s’emparent au début du mois de janvier de la question du “dry january”, “janvier sec” ou bien encore “janvier sobre”. 2024 n’a pas fait exception à ce rituel : ce seraient désormais 30 % des Français qui renonceraient à consommer de l’alcool pendant un mois1. La décision relèverait d’un subtil mélange entre bonnes résolutions de début d’année, nécessité de détoxifier son organisme au lendemain d’une période de fêtes, désir de tester sa maîtrise de la volonté et évaluation du rapport personnel à l’alcool. Nombre de ces médias soulignent les origines anglo-saxonnes du “dry january” et certains d’entre eux semblent considérer avec perplexité ses progrès en France depuis une dizaine d’années, comme si une tempérance alcoolique temporaire, même cantonnée à un mois, était peu crédible dans un pays de solide culture viti-vinicole figurant parmi les premiers producteurs de vins, et relevait d’un effet de mode provenant des réseaux sociaux. Plusieurs reportages ont insisté sur la consommation d’alcool comme un marqueur culturel français, rappelant par exemple que le vin s’est longtemps invité dans les cantines scolaires2.

Pourtant, l’abstinence alcoolique n’est pas nouvelle en France, et nombre de médecins ont depuis le XIXe siècle attiré l’attention sur les risques liés à la consommation d’alcool. Grâce à la bibliothèque numérique Medica de la BIU Santé, et à sa grande sœur Gallica (on fêtera prochainement les 20 ans du partenariat Medica/Gallica), penchons-nous sur cette histoire de l’abstinence (ou sobriété) alcoolique liée à la lutte contre l’alcoolisme et voyons comment un long et obstiné travail médico-pédagogique de 1850 à 1914 participe probablement au succès croissant que rencontre le “janvier sobre” et au changement de regard de la société sur l’alcool3.

 

Un peu de vocabulaire médical

L’expression “tempérance alcoolique temporaire” est utilisée depuis une douzaine d’années, en lien avec l’importation du “dry january” en France. Cette expression nouvelle puise ses racines dans un vocabulaire dont les usages ont considérablement changé au XIXe siècle au gré de l’investissement des médecins dans la lutte contre l’alcoolisme.

Le dossier “dictionnaires” de Medica4, la bibliothèque numérique de la BIU Santé, nous permet de retracer l’évolution des termes “tempérance”, “abstinence” et “sobriété” dans une perspective médicale.

Rappelons que la tempérance est une vertu cardinale pour les philosophes grecs puis les théologiens. L’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers en donne cette définition à la fin du XVIIIe siècle :

Tempérance

( Morale ) Vertu qui met un frein a nos appétits corporels ; ses deux branches font la chasteté
& la sobriété, dont les opposés font l’incontinence & la gourmandise. Différence entre la continence & la chasteté. La continence, quoique volontaire, n’est point estimable par elle-même. Raison de sagesse qui doit nous éloigner des appétits sensuels opposés à la tempérance. Voyez Sobriété, Chasteté, Modération5.

Dans les dictionnaires médicaux, la notion de tempérance occupe au XIXe siècle une place intéressante et variable selon les auteurs. Ainsi le Dictionnaire Panckoucke de 1821 lui consacre près d’une dizaine de pages dont la lecture est un vrai régal (voir ici), l’auteur opposant comportements et maladies de l’intempérant, “gonflé chaque jour de nourritures succulentes, échauffé par des boissons spiritueuses” à ceux du tempérant “plus maigre, plus blême (…) le corps évidé, la démarche circonspecte”.

L’Encyclopédie méthodique. Médecine, par une société de médecins de 1830 est moins prolixe (voir ci-dessous), quand certains dictionnaires ne l’évoquent même pas.

Tempérance“, in Moreau, Jacques-Louis (éd.) Encyclopédie méthodique. Médecine, par une société de médecins, Paris, Vve Agasse, 1830. BIU Santé, Medica.

 

C’est au dictionnaire Dechambre semble-t-il que revient de marquer en 1886 l’évolution du rapport à la consommation d’alcool. En effet, si le Dechambre ne propose pas d’article “tempérance”, il consacre en revanche, sous la plume d’Alexandre Layet, pas moins de huit pages aux “sociétés de tempérance” (voir plus loin). Il faut dire que ce même dictionnaire enregistre et soutient la lutte alors très active des médecins contre l’alcool : on y trouve des dizaines de pages sur l’alcoolisme, la dipsomanie, le delirium tremens, etc. Amédée Dechambre fait en effet partie des fondateurs de la Société française de tempérance (cf. infra).

Le terme d’abstinence a eu moins de succès dans les dictionnaires médicaux du XIXe siècle. Il y désigne généralement une privation volontaire, notamment d’aliments. Si dans la première moitié du siècle, l’origine religieuse est rappelée (voir ici), elle est ensuite le plus souvent oubliée ou passée sous silence.

Abstinence“, Dictionnaire de médecine, chirurgie…; 21e éd. par A. Gilbert Paris, Baillière, 1908. Medica (BIU Santé).

 

Quant à la sobriété, on ne la trouve plus après 1830 dans les dictionnaires numérisés par Medica. Elle figurait alors dans un dictionnaire qui en faisait un usage plus que déconcertant pour nous aujourd’hui, puisqu’il opposait une soi-disant sobriété de l’homme éclairé à un penchant inné des “sauvages” et des “masses” pour l’alcool (voir ici) !

Enfin, comme on l’a déjà souligné avec l’exemple particulièrement éloquent du Dechambre, les dictionnaires médicaux enregistrent le terme nouveau d’alcoolisme, forgé par le Suédois Magnus Huss dans Alcoholismus chronicus, eller Chronisk alkoholssjukdom (1849), traduit en allemand en 1852 à défaut de l’être en français6. Le docteur Renaudin consacre à Huss un long article (« De l’alcoolisme chronique par M. le docteur M. Huss »), dans les Annales médico-psychologiques en janvier 1853, et l’Académie de Médecine lui décerne en 1854 un prix de pathologie interne. Dès 1855, le concept nouveau d’alcoolisme est enregistré dans le Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des sciences accessoires et de l’art vétérinaire.

Le Larousse médical illustré de 1924, dictionnaire qui met à la portée du grand public les avancées médicales tout en faisant de la pédagogie, permet de mesurer le chemin parcouru de 1850 à 1920 contre l’alcoolisme mais aussi les préjugés qui subsistent. Alors qu’en 1850 les médecins considéraient que l’alcoolisme touchait davantage les pays d’Europe du Nord et des populations défavorisées, et établissaient un distinguo entre alcools forts et vins7, en 1924 il est désormais reconnu que toutes les boissons alcoolisées comportent des dangers. En revanche, le préjugé d’une maladie qui toucherait plus particulièrement des populations défavorisées demeure. On retrouve notamment dans le discours antialcoolique les notions de “taré” et “dégénéré”, notions qui ont marqué la psychiatrie du XIXe siècle8, la “dégénérescence” étant supposée expliquer des prédispositions à l’alcoolisme …

On distingue quelquefois trois formes d’alcoolisme : l’œnolisme, dû à l’abus du vin, l’éthylisme, dû à l’abus des alcools, et l’absinthisme, dû à l’abus des boissons alcooliques renfermant des essences (absinthe, apéritifs, liqueurs). Mais cette classification n’a qu’une valeur théorique, attendu que l’alcoolique consomme presque toujours simultanément des boissons fermentées, des boissons distillées et des boissons à essences et que, d’ailleurs, les essences sont en si petite quantité par rapport à l’alcool que ce dernier tient manifestement la première place dans la production des troubles et des accidents. Beaucoup de causes ont été invoquées pour expliquer la fréquence croissante de l’alcoolisme : a) la fabrication industrielle des alcools, qui les met à la portée des bourses les plus modestes ; b) les préjugés [beaucoup de personnes croient que l’alcool donne de la force, et les ouvriers en abusent pour résister aux fatigues de leurs durs métiers] ; c) la misère [on boit pour oublier, dit-on, parce qu’on est malheureux; mais l’alcoolisme est bien plutôt la cause que l’effet du paupérisme] ; d) la profession [deux catégories de professions sont particulièrement atteintes par l’alcoolisme : d’une part, les débitants, garçons de café et placiers, qui boivent pour plaire à leur clientèle et, d’autre part, les carriers, manieurs de pâtes, forgerons, chauffeurs, qui boivent parce que le métier leur donne soif] ; e) l’état politique. [« Les pays de suffrage universel, affirmait Lancereaux, sont les plus mal partagés au point de vue de l’alcoolisme » ; et Gambetta disait déjà : « Les débitants sont les grands électeurs de la République. » C’est la « bistrocratie », suivant la pittoresque expression de L. Jacquet, qui, par son influence électorale évidente, a empêché le Parlement de voter les mesures destinées à endiguer l’alcoolisme] ; f) l’hérédité, qui est probablement la cause est la plus active. [K. Pearson a montré que les 4/5 des alcooliques sont des tarés héréditaires ; on devient alcoolique, surtout parce qu’on est déjà un dégénéré9.]

 

Une lutte polymorphe contre les dangers de l’alcool au XIXe siècle

L’État français s’engage tardivement contre l’alcoolisme au XIXe siècle. Les médecins qui dénoncent le nombre croissant de victimes de l’alcool parmi les populations des asiles d’aliénés10 trouvent toutefois une oreille attentive chez les philanthropes déjà sensibles aux combats des pays étrangers contre l’alcoolisme.

Il ne s’agit pas de lutter uniquement contre une maladie mais aussi de mettre fin aux désordres engendrés par des consommations excessives permises par la diversification de boissons alcoolisées à bas prix : conjoints et enfants martyrisés, familles appauvries par l’argent dépensé dans les cabarets, faits divers sanglants, patrons contraints de faire tourner à moitié leurs ateliers suite à des “saint Lundi” trop fréquents…

Louise Robinovitch, “Rapport entre la criminalité des enfants et l’alcoolisme des parents“, XIII° congrès international de médecine. Section de psychiatrie
Volume 8. – Paris : G. Masson, 1900. Medica (BIU Santé Médecine).

Après la défaite de 1870, s’ajoutent le spectre d’une dénatalité liée à l’alcool qui empêcherait la France d’envisager une revanche et la peur d’une ivresse criminelle lors des soulèvements populaires avivée par les plus conservateurs des témoins de la Commune. Très présent dans les assemblées politiques afin de mieux faire avancer ses combats, notamment en matière d’hygiène11, le corps médical soutient une floraison de lois concernant l’alcool (pas moins de neuf entre 1871 et 1875 !). Les motivations de leurs collègues députés sont multiples : lutter contre les divers méfaits de l’alcoolisme sous l’influence des ligues contre l’ivrognerie récemment fondées, créer de nouvelles taxes pour renflouer le Trésor public mis à mal par la guerre contre la Prusse12. Notons notamment la loi de janvier 1873 qui organise la répression de l’ivresse publique, appelée aussi loi Théophile Roussel (du nom du médecin qui présente le projet à l’Assemblée en 1871) et plus connue des contemporains sous le vocable de “loi contre l’ivrognerie“.

 

Albert Robida, “Le démon de l’ivrognerie“, couverture de cahier d’écolier. Gazette des hôpitaux civils et militaires (Lancette française), 1900, tome 73e année. Medica (BIU Santé Médecine).

Toutefois, certains combats s’avèrent compliqués. Ainsi, la lutte contre l’absinthe, apéritif à haute teneur en alcool et comportant une molécule dangereuse à forte dose, la thuyone, prend une cinquantaine d’années entre le moment où les médecins commencent à repérer les ravages occasionnés par la fameuse “fée verte”, et la loi qui en prohibe la production en 191513. À cette occasion, les parlementaires médecins reçoivent l’appui des puissants syndicats viticoles, soucieux de l’effondrement de leur production face à une absinthe en plein développement, maintenant encore pour de longues années le mythe des boissons fermentées bénéfiques pour la santé, notamment le vin, et à opposer aux boissons provenant de la distillation industrielle.

=> cliquez sur l’image ci-dessous pour lire dans Le Matin du 15 juin 1907 l’article”tous pour le vin – contre l’absinthe” (Gallica – BnF)

 

 

De plus les médecins ne parviennent pas à obtenir la diminution du nombre de cafés, cabarets, et autres lieux où l’on boit de l’alcool. Bien au contraire : en 1880, la loi sur les débits de boissons, plus libérale que celle de 1851 qu’elle abroge, entraîne une augmentation importante de ce type de lieux. On en compte 482 704 en 1913, soit 1 pour 80 habitants, contre 350 000 en 187914.

 

Guerre à l’apéritif !” Page 30 de L’Alcool, Paris, Union française antialcoolique, 1899. BIU Santé Médecine (Medica).

 

Plus tardives que dans les pays anglo-saxons, sur lesquels elles prennent partiellement modèle, des associations françaises se créent pour lutter contre l’alcoolisme. Citons entre autres “l’Association française contre l’abus des boissons alcooliques” (1872) qui devient rapidement la “Société [Française] de Tempérance” et l’”Union française antialcoolique ou Société contre l’usage des boissons spiritueuses” (1892). La première s’appuie sur des savants de renom comme Claude Bernard, Louis Pasteur, Émile Littré et publie bientôt un bulletin (La Tempérance) . La seconde, fondée par l’aliéniste Paul-Maurice Legrain et son épouse, attire docteurs et instituteurs15.

En 1903, le premier congrès national antialcoolique conclut à la nécessité d’une fédération qui prend la forme en 1905 de la “Ligue nationale contre l’alcoolisme16”. Des associations de tempérance nées à l’étranger, comme la Croix-Bleue fondée par des protestants suisses, connaissent également le succès.

Affiche de la Croix-Bleue, “L’alcool tue“, sd. Medica (BIU Santé Médecine)

Le premier congrès national français contre l’alcoolisme de 1903 rappelle l’importance de l’action législative et le rôle des médecins. Il souligne également l’existence de formes de lutte déjà engagées à l’étranger ou en France et à étendre : nouveaux acteurs de la lutte contre l’alcool, possibilité de publicités antialcooliques17

Le rôle éducatif et préventif que peut jouer l’armée est considérable, mais les femmes sont laissées de côté puisque le service militaire est obligatoire pour les hommes. Or le constat est sans appel au tournant des années 1900 : les femmes sont aussi touchées par l’alcoolisme, notamment avec le développement des liqueurs apéritives industrielles ; les enfants sont habitués dès leur plus jeune âge à consommer vin, bière et cidre, voire des spiritueux.

Poulbot, “Six sous d’absinthe et un sou de pain. Casse pas la bouteille !!!…“, L’Assiette au beurre, 6 octobre 1906. Gallica (BnF).

L’école est donc sollicitée officiellement dans la lutte antialcoolique par un arrêté de 1897 qui ajoute aux programmes d’études des divers établissements d’enseignement primaire et secondaire “les dangers de l’alcoolisme au point de vue de l’hygiène, de la morale, de l’économie sociale et politique”. Une classification des boissons est ainsi établie : “1° L’eau ; 2° Boissons aromatiques (thé, café) ; 3° Boissons fermentées (cidre, bière, vin) ; action des boissons fermentées ; effets nuisibles de l’abus de ces boissons sur la santé ; 4° Boissons distillées (alcool) : effets nuisibles de leur usage habituel ; 5° Boissons distillées additionnées d’essences (absinthe) : graves dangers de leur usage. L’ivresse et l’alcoolisme. Influence de l’alcoolisme des parents sur la santé des enfants18”. Les instituteurs et institutrices, qui avaient déjà commencé à combattre le fléau de l’alcoolisme, adhèrent à cet arrêté mais avec peu de moyens. La pédagogie est essentiellement axée sur des leçons de morale et des images très binaires opposant les corps sains aux corps malades, les familles “dégénérées” aux familles vertueuses19 et ne rencontre pas toujours le succès escompté auprès des populations concernées.

 

 

Bons points distribués dans les écoles. “Le premier pas / Mauvaises habitudes / L’alcoolique sujet de scandale / Sur le chemin de la folie“, Gazette des hôpitaux civils et militaires, 1900, tome 73e année. Medica (BIU Santé Médecine).

 

Les dangers de l’alcoolisme : lectures scolaires, maximes, problèmes, sujets de rédaction par Jules Steeg, Paris, F. Nathan,1896. Gallica (BnF). Page 153.

Les femmes s’engagent également dans le combat antialcoolique, notamment dans les sociétés de tempérance venues des États-Unis et de l’Angleterre20. Ces dernières ont expérimenté avec succès des “cafés de tempérance” d’où les spiritueux – et parfois les boissons fermentées – sont bannis et remplacés par des boissons sans alcool.

 

[Extrait] “Deuxième congrès international contre l’abus des boissons alcooliques (tenu à Zurich les 9, 10 et 11 septembre 1887“, La semaine médicale, 1887, p. 359. Medica (BIU Santé Médecine).

En France, les “cafés de tempérance” et “restaurants de tempérance” ne connaissent pas un succès durable21. La presse (sauf les journaux médicaux) en fait plutôt un objet d’amusement voire d’agacement.

 

Les débits de boissons non alcooliques“, Le Concours médical, 1932, p.2433. Medica (BIU Santé Médecine).

Moloch, “Les cafés de tempérance“, La Chronique amusante, 24 mars 1898. Gallica (BnF).

 

Ces efforts sont mis à mal par la Première Guerre mondiale. La consommation d’alcool (le “pinard” et la “gnôle” des “poilus”) est importante. Après l’avoir encouragée comme ferment de sociabilité dans les tranchées et élément désinhibiteur lors des assauts, l’état-major s’inquiète de son rôle dans des bagarres et surtout lors des mutineries de 191722. En 1918, le rhum est présenté comme un remède miracle contre la Grande Grippe à l’arrière comme sur le front … Pour éviter les ruptures de stock, il est alors vendu en pharmacie23 ! Du reste, le “militantisme antialcoolique se structure, non sans mal, dans une France où l’alcool est aussi une puissante industrie24”. La tâche est d’autant plus complexe que les producteurs et vendeurs utilisent à leur tour les ressorts publicitaires pour persuader les acheteurs du peu de dangerosité de leurs boissons alcoolisées25

Les médias des XXe et XXIe siècles se sont approprié les représentations du XIXe, y compris dans leur dimension moralisante26. Il n’est donc pas surprenant que la parenthèse mensuelle de l’abstinence alcoolique rencontre le succès : outre les raisons évoquées en introduction, le “dry january” permet aujourd’hui à un imaginaire collectif façonné par cent cinquante ans de lutte contre l’alcoolisme de composer avec sa mauvaise conscience.

 

=> Pour aller plus loin : outre les articles et ouvrages cités dans ce billet, on pourra entre autres consulter ou écouter :

 

L’image-mise-en-avant est extraite de l'”Ivresse de Silène” par Carle Van Loo (1705-1765), publié par
la Revue Chanteclair, 21e année, Edition Romainville : Carnine Lefrancq, 1926. On la retrouvera en entier ici.

 



Citer ce billet
Agnès Sandras (2024, 21 janvier). “Janvier sobre” : retour sur l’histoire de la tempérance française au XIXe siècle. Panacée. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1y4

  1. Cyrille Ardaud, “Dry january : quels sont les effets d’un mois sans alcool sur notre organisme ?“, France Bleu, 28 décembre 2023. []
  2. Voir à propos de l’interdiction de l’alcool dans les cantines scolaires, L’INA éclaire l’actu: “1956, interdiction de l’alcool dans les cantines scolaires“. []
  3. “Le « Dry January », un signe de l’évolution des mentalités sur l’alcool”, Le Quotidien du Médecin, 22 janvier 2021. []
  4. Ce dossier de Medica, bibliothèque numérique de la BIU Santé, contient 49 dictionnaires de médecine, de médecine vétérinaire, de botanique, de matière médicale et de thérapeutique, du XVIIIe siècle à la première partie du XXe siècle : 453 volumes, 331.643 pages interrogeables par mots-clés. La Bibliothèque nationale de France a fourni une partie des images numérisées. []
  5. L’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. 2 /, par une société de gens de lettres. Mis en ordre & publié par M. Diderot…, & quant à la partie mathématique, par M. d’Alembert… À Paris, chez Briasson, 1751-1780. []
  6. Voir Henri Bernard, “Alcoolisme et antialcoolisme en France au XIXe SIECLE (Autour de Magnus Huss).” Histoire, Économie et Société, vol. 3, no. 4, 1984, pp. 609–28. []
  7. Le vin a longtemps été considéré comme “la plus saine, la plus hygiénique des boissons”, face à une eau porteuse de microbes divers, comme le notait Louis Pasteur (Études sur le vin, ses maladies, causes qui les provoquent, procédés nouveaux pour le conserver et pour le vieillir, Paris, Imprimerie impériale, 1866), à condition de ne pas être frelaté. Voir Olivier Serra, « Vin et hygiénisme dans le discours parlementaire au temps de l’agrarisme triomphant », Parlement[s], Revue d’histoire politique, vol. 28, no. 2, 2018, pp. 191-204. []
  8. Voir Jacques Hochmann, « La dégénérescence, origine et conséquences d’une théorie dommageable », Boris Cyrulnik éd., La Folle histoire des idées folles en psychiatrie, Odile Jacob, 2016, pp. 151-172. Victoria Afanasyeva, “La théorie de la dégénérescence en images“, octobre 2023. Blog Histoire(s) du mouvement antialcoolique en France. []
  9. Article “Alcoolisme“, Larousse médical illustré, 1924. []
  10. Voir Claude Quétel et Jean-Yves Simon, “L’aliénation alcoolique en France (XIXe siècle et 1ère moitié du XXe siècle)“, Histoire, économie et société, 1988, 7ᵉ année, n°4. Toxicomanies : alcool, tabac, drogue. pp. 507-533. []
  11. Voir Pierre Guillaume, Le rôle social du médecin depuis deux siècles. 1880-1945, Paris, CHSS, 1996 ; Jacques Léonard , La médecine, entre les savoirs et les pouvoirs. Histoire intellectuelle et politique de la médecine française au XIXe siècle, Paris, Aubier, 1981 ; Jack D. Ellis Jack, The Physician-Legislators of France. Medicine and Politics in the Early Third Republic. 1870-1914, Cambridge, CUP, 1990. []
  12. Damien Gros, « Les lois relatives à l’alcool », Naissance de la Troisième République (sous la direction de Damien Gros), Presses Universitaires de France, 2014, pp. 355-375. []
  13. Voir Marie-Claude Delahaye, “Grandeur et décadence de la fée verte”, Histoire, Économie et Société, Vol. 7, No. 4, Toxicomanies : alcool, tabac, drogue (4e trimestre 1988), pp. 475-489. []
  14. Jacqueline Lalouette, “Les débits de boissons urbains entre 1880 et 1914”, Ethnologie Française, vol. 12, no. 2, 1982, pp. 131–36. []
  15. Voir Thierry Fillaut, “De la tempérance à la consommation à faible risque (1880-2010) : Survol historique des normes en matière de prévention de l’alcoolisme en France”, Actes du Colloque Alcool et Normes (défi brestois), oct 2011, Landerneau, France. pp. 12-18. []
  16. Voir Didier Nourrisson, “Aux origines de l’antialcoolisme”, Histoire, Économie et Société, 1988, 7 (4), pp 491–506. []
  17. Dr P. Reille, “Premier congrès national contre l’alcoolisme“, Annales d’hygiène publique et de médecine légale série 4, n° 01. – Paris : Jean-Baptiste Baillière, 1904. []
  18. Juste Baudrillard, “Antialcoolique (Enseignement)“, Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson, 1911. []
  19. Voir Sophie Ientile, « L’alcool, voilà l’ennemi » ou comment l’école de la IIIe République en France lutte contre l’alcoolisme”, De re medica, News from the Osler Library of the History of Medicine, 2017. []
  20. Voir Victoria Afanasyeva, « Pratiques de mobilisation des femmes pour la cause antialcoolique en France : militantes, enseignantes, femmes de plume (1873-1903) »Genre & Histoire [En ligne], 19 | Printemps 2017. []
  21. Voir Victoria Afanasyeva, “Cafés sans alcool à Paris : œuvre de tempérance par et pour des étrangers à la fin du XIXe siècle“, Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, 2019, 50, 17-31. []
  22. Voir François Cochet, « 1914-1918 : l’alcool aux armées. représentations et essai de typologie », Guerres mondiales et conflits contemporains, vol. 222, no. 2, 2006, pp. 19-32 ; Stéphane Le Bras, “L’ivresse dans l’armée française pendant la Grande Guerre. Un mal pour un bien ?”, in M. Lecoutre (dir.), L’ivresse entre le bien et le mal, de l’Antiquité à nos jours, Peter Lang, , pp. 167-186, 2018. []
  23. Voir Agnès Sandras, “L’humour face aux épidémies – Partie II. Rire au moment où se conjuguent la Grande Guerre et la grippe dite espagnole (1918), L’Histoire à la BnF, avril 2020. []
  24. Didier Nourrisson, “1872-1950 : les combats perdus de l’antialcoolisme”, L’Histoire, novembre 2023. []
  25. Voir Myriam Tsikounas, “Quand l’alcool fait sa pub : Les publicités en faveur de l’alcool dans la presse française, de la loi Roussel à la loi Évin (1873-1998)”,Le Temps des médias, 2004, 2, 99-114. []
  26. Voir Myriam Tsikounas, « Les représentations de l’alcoolique, des clichés du xixe siècle aux médias actuels », Henri Gomez éd., Les représentations de l’alcoolique, Images et préjugés, Érès, 2015, pp. 16-44. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/03/2024

    […] historique et des fonds sur la métapsychie. Enfin, vous pourrez vous faire votre opinion sur le « dry january » : trouve-t-il ses racines dans l’antialcoolisme du XIXe siècle […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search