Le portrait des statues, le statut des portraits : 2 – « Quel statut pour Antoine-François de Fourcroy (1755-1809) ? »

Deux représentations d’Antoine-François de Fourcroy sont aujourd’hui visibles au Musée d’Histoire de la Médecine : une huile sur toile exécutée par Anicet Charles Gabriel Lemonnier en 1810, posée sur la mezzanine en haut à gauche (qui sert de réserve) et un buste de marbre exécuté par Pierre Cartellier d’après le modèle d’Antoine-Denis Chaudet, réalisé également au début du XIXe siècle. Les discussions entre ces deux portraits face à face entraînent parfois des tensions…

Photo-montage réalisé par Séverine Tillequin. Musée d’Histoire de la Médecine.

LE BUSTE : Je suis à moi seul la meilleure représentation de l’illustre Antoine-François de Fourcroy. Avec sa biographie magnifiquement synthétisée dans mon cartel, je montre d’emblée au visiteur toute la carrière de cet homme, qui fut tout d’abord médecin, puis chimiste, avant d’être l’un des fondateurs de l’Éducation et l’Enseignement moderne !

Cartel de présentation du buste d’Antoine-François de Fourcroy (photographie Séverine Tillequin). Musée d’Histoire de la Médecine.

LE TABLEAU : Peuh ! Un cartel ? Qui peut résumer sa gloire à un bout de papier ? Moi je montre Monsieur de Fourcroy à l’apogée de sa carrière : dans sa tenue d’académicien, entouré de ses écrits et de ses prix et médailles successifs, arborant sa légion d’Honneur…

LE BUSTE : Peut-être mais toi, tu n’en as même pas, de cartel : tu es dans la réserve !

LE TABLEAU : Et alors ? Je suis en hauteur, tout le monde me voit ! Toi, tu te perds parmi la collection de bustes de la salle ! Mon uniforme, mes médailles et mes œuvres sont bien plus parlants qu’un morceau de pierre monochrome taillé ! La légende que m’a attribuée Noé Legrand1 résume à elle-seule l’essentiel : « Directeur de l’Instruction publique, Réorganisateur de l’Ecole de Santé » !

Reproduction du portrait d’Antoine-François de Fourcroy dans le premier inventaire du Musée, d’après Legrand Noé, Les collections artistiques de la faculté de Médecine de Paris, Masson, Paris, 1911. BIU Santé Médecine.

LE BUSTE : Au contraire, je reste à la hauteur du public, dans les collections permanentes, en compagnie des bustes des autres « grands noms » de la médecine ! Ton titre le limite à sa carrière politique ! Il passe totalement sous silence ses années d’enseignement de la médecine et de la chimie, ses recherches qui aboutirent à l’Analyse chimique de l’eau sulfureuse d’Enghien-Les-Bains en 1788, son écriture de…

LE TABLEAU : Concernant l’auteur, je suis plus visible que toi ! Regarde tous les volumes qui entourent mon personnage !

LE BUSTE : Certes… Mais on ne peut y lire aucun titre ! Moi, sur mon côté gauche, les visiteurs peuvent admirer une petite liste de ses écrits et ses exploits : Elémens de Chimie, Philosophie chimique, Dictionnaire de chimie, Analyse des eaux, Analyse des calculs urinaires, Tableaux synoptiques de chimie, Synthèse des connaissances chimiques…

Photo de la liste du buste, côté droit, et des livres du tableau (photographies Ophélie Louis). Musée d’Histoire de la Médecine.

LE TABLEAU : Facile à dire ! Cette liste n’est même pas complète, c’est loin d’être une bibliographie ! Il manque Entomologia parisiensis ; sive catalogus insectorum quae in agro Parisiensi reperiuntur de 17852 de 1785, la…

LE BUSTE : L’Entomologie parisienne n’est pas une œuvre de médecine ! Cette thématique est d’ailleurs plutôt anxiogène : S’ils peuvent nous causer des troubles les plus divers, les insectes ne fonctionnent pas comme l’être humain ! De plus, le titre est en latin ! Qui parle encore latin ?

LE TABLEAU : La langue latine reste symbole de prestige et de sérieux, même chez nos visiteurs du vingt-et-unième siècle !

LE BUSTE : Tiens donc ! Toi qui évoquais tout à l’heure de sa carrière politique, faisait-il des discours en latin devant ses concitoyens ?

LE TABLEAU : Ne change pas de sujet ! Cette liste est loin d’être complète ! Concernant l’analyse des eaux, que tu viens d’évoquer , ses travaux sur Enghien, ou encore les articles sur Saint-Amand et Barèges rédigés pour l’Encyclopédie méthodique de Vicq-d’Azyr ont ainsi précédé le Traité complet des eaux minérales de France publié quatre ans plus tard. De même, les termes concernant la chimie restent très confus : « Elémens de chimie » évoque en réalité les Elements d’histoire naturelle et de chimie, vaste œuvre en onze volumes rédigés entre 1786 et 1791 !

LE BUSTE : Quel est l’intérêt de recopier onze fois le même titre ?

LE TABLEAU : Cela montrerait l’ampleur, l’importance de son travail (comme les piles de livres qui m’entourent) ! Ce n’est pas tout : « philosophie chimique » évoque en réalité la Philosophie chimique : Vérités fondamentales de la chimie moderne, disposées dans un nouvel ordre, quatre volumes rédigés de 1792 à 1805…

LE BUSTE : Ces titres sont trop longs ! Ils ne tiendraient pas ou seraient illisibles ! C’est parce que je présente aux visiteurs un résumé synthétique ! Inutile de rentrer dans le détail !

LE TABLEAU : En parlant de synthèse, tu restes bien prétentieux, à évoquer le « Dictionnaire de chimie » : Là encore, il n’a fait que compiler les travaux de ses prédécesseurs et contemporains ! Quant au Système des connaissances chimiques et de leurs applications aux phénomènes de la nature et de l’art de 1802 il s’agit d’une co-production avec Guyton de Morveau, Lavoisier et Berthollet ! Une œuvre collective, tout comme la traduction remise à jour de l’Essai sur les maladies des artisans, traduit du latin de RAMAZZINI, avec des notes et des additions de 1777 !

LE BUSTE : C’est juste un travail de recherche repris dans l’Encyclopédie des Sciences médicales par Antoine Laurent Jessé Bayle en 1834! Monsieur De Fourcroy n’était pas un traducteur ! Tu es bien placé pour m’accuser de prétention, avec tes décorations en tous genres ! Moi au moins, je reste dans la sobriété scientifique, comme la plupart des portraits de Fourcroy, d’ailleurs !

Portrait d’Antoine-François de Fourcroy in CORLIEU Auguste, Centenaire de la Faculté de médecine de Paris (1794-1894), Imprimerie nationale, Paris, 1896 . BIU Santé Médecine.

LE TABLEAU : Si tu tiens à te limiter au domaine scientifique, tu pourrais être encore plus synthétique, au lieu de cette présentation confuse des seuls travaux de chimie ! D’ailleurs, même tes symboles prêtent à confusion : Quel est cet étrange ballon à fond rond recyclé en bâton d’Esculape3 ?

Détail du buste montrant le bâton d’Esculape, visible sur le côté gauche (photographie Ophélie Louis). Musée d’Histoire de la Médecine.

LE BUSTE : Un tableau académique comme toi n’a décidément aucun sens pédagogique ! Il s’agit là encore d’une synthèse entre ses recherches en chimie, en médecine et en pharmacie !

LE TABLEAU : Concernant la pharmacie, où se trouve L’Art de connoître et d’employer les médicaments dans les maladies qui attaquent le corps humain de 1785 ? Et les discours ? Et les rapports ? Si certaines de ces œuvres restent purement politiques, d’autres ont pour thématique l’hygiène collective ! Il a même fait voter la loi sur les poids et mesures !

LE BUSTE : Je préfère rester en dehors du politique ! Tu valorises une carrière politique qui n’est pas des plus prestigieuses : Avant d’être élu à la puis au Comité de Salut public et au Conseil des Anciens, Antoine de Fourcroy fut professeur de médecine à l’École royale de Maison Alfort entre 1783 et 1787, professeur de chimie au Jardin du Roi de 1784 à la Révolution…

LE TABLEAU : Et alors ? S’il fut élu, ce n’est pas sans raisons ! Il contribua ainsi à la création de nombreuses « grandes écoles » et lycées encore réputés aujourd’hui4. D’ailleurs, où pouvait-il enseigner avant la Révolution, si ce n’est dans les écoles royales comme celle de Maison Alfort ? (Qui reste une école aujourd’hui d’ailleurs…)

LE BUSTE : Une école vétérinaire, oui ! Il est vrai qu’il étudia les insectes… Il n’empêche, il termina comte d’Empire ! Il fut royaliste, avant d’embrasser la cause révolutionnaire, puis de rallier les Napoléoniens ! Un bel exemple politique !

LE TABLEAU : C’est parce qu’il a toujours fait passer les sciences (que tu prétends défendre) avant la politique et étudiait la médecine en vue de l’intérêt général ! Il n’y a que les imbéciles qui ne changent jamais d’avis…

(LES AUTRES OBJETS : Silence ! On ne s’entend plus dans ce musée !)

 

=> Pour aller plus loin, on pourra entre autres :

  • Voir sur place le buste et le portrait au Musée d’Histoire de la Médecine : voir ici.
  • Découvrir des éléments biographiques sur Antoine-François de Fourcroy dans la base biographique de la BIU Santé (ici) ; dans l’Encyclopédie Universalis (ici), sur Wikipédia (ici). La notice IdRef est ici. On peut aussi lire ces deux articles de la Revue d’Histoire de la Pharmacie :
  • Lire des textes d’Antoine-François de Fourcroy et des documents portant sur lui : ici dans Medica, bibliothèque numérique de la BIU Santé ; ici dans Gallica, bibliothèque numérique de la BnF ; et dans Archive.org, bibliothèque numérique d’œuvres multimédia libres de droit.
  • Voir des portraits d’Antoine-François de Fourcroy, en utilisant la banque d’images et de portraits de la BIU Santé : voir ici.
  • Consulter un ensemble de textes de la Convention consacrés à l’Éducation numérisé ici dans Gallica et la loi relative aux poids et mesures (an III) numérisée par Archive.org ici.
  • Visiter ici le site de l’École vétérinaire de Maisons-Alfort.
  1. Noé Legrand réalisa le premier inventaire des collections de la Faculté de Médecine en 1911, cf. Legrand Noé, Les collections artistiques de la faculté de Médecine de Paris, Masson, Paris, 1911 []
  2. (titre français) Entomologie parisienne ; ou catalogue des insectes repérés dans la campagne Parisienne https://archive.org/details/b28756642 []
  3. Le Bâton d’Asclepios ou Esculape, attribué au dieu gréco-romain de la médecine, est constitué d’un bâton long autour duquel s’enroule une couleuvre. Il ne doit pas être confondu avec le Caducée, symbole des pharmaciens, bâton ailé surmonté de deux serpents, qui est un symbole du Dieu Hermès. []
  4. Antoine-François de Fourcroy participa, entre autres au vote du Décret du 3 brumaire an IV consacré à l’organisation de l’instruction publique, puis de la loi du 11 floréal an X, Loi générale sur l’instruction publique. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Séverine Tillequin (17 juin 2024). Le portrait des statues, le statut des portraits : 2 – « Quel statut pour Antoine-François de Fourcroy (1755-1809) ? ». Panacée. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11u5d


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search