Molière et le plus vieil herbier français

Ce billet vous propose une véritable enquête à la recherche des ancêtres de Molière. Cette aventure s’articule notamment autour d’herbiers conservés au Muséum national d’Histoire naturelle et d’ouvrages de la BIU Santé Médecine

Une campagne d’exploration sur les ancêtres de Molière

Les originaux des actes anciens rédigés par les notaires parisiens, nommés minutes, sont conservés aux Archives nationales. Au nombre de vingt millions, ils constituent une fabuleuse mine d’informations, devenue plus accessible ces dernières années grâce à la numérisation. Il nous a été ainsi possible de lancer une nouvelle campagne de recherches concernant les ancêtres de Molière. En effet, la dernière, menée par Madeleine Jurgens et Élisabeth Maxfield-Miller dans les années 1950 et 1960, s’était conclue au quatrième trimestre 1972 par un article de la Revue d’Histoire du Théâtre, après avoir culminé en 1963 avec la publication par les Archives nationales de Cent ans de recherches sur Molière, sur sa famille et sur les comédiens de sa troupe.

À l’occasion de ces nouvelles recherches, un des mystères du Muséum national d’Histoire naturelle a pu être récemment éclairci : l’identité de l’auteur du plus vieil herbier français conservé.

Un ami de Jean Poquelin

Tout commence avec le contrat de mariage1 de Jean Poquelin, le grand-père paternel de Molière. Daté de l’après-midi du 4 décembre 1585, il est rédigé dans la maison des parents de la fiancée, à La Licorne, rue de l’Arbre-Sec, bâtiment toujours debout derrière la Samaritaine. Le notaire, Jacques Dunesmes, nomme les témoins présents :

“& consentement assavoir de la part dudit poquelin de honnorables
hommes Nicolas payen marchant maitre tappissier coustepoinctier
a paris oncle du coste pmaternel Et Jehan girault maitre
barbier chirurgien bourgeois de paris amy dudit poquelin”.
Extrait du contrat de mariage, Archives nationales, minutier central, étude LIV, cote 112. Cliché de l’auteur.

Le consentement de l’oncle du fiancé, Nicolas Payen, son plus proche parent, est logique. Jean Poquelin habite chez lui, au milieu de ses enfants, depuis qu’il est devenu orphelin à l’âge de seize ans à Beauvais. En revanche, la présence d’un chirurgien peut surprendre. Nous savons depuis toujours que Molière est issu, aussi bien du côté maternel que paternel, de commerçants des Halles, un milieu a priori bien éloigné du monde de la médecine, mais il donne une telle importance aux médecins dans son œuvre qu’il est tentant d’en savoir plus. Jean Girault est-il un voisin, un simple artisan de quartier qui rase et fait quelques saignées, ou un chirurgien de premier plan ?

Deux pistes de recherche

Jean est un prénom extrêmement répandu à l’époque et Girault un nom également plutôt courant. L’enquête sera longue et difficile. Une première recherche mène à deux pistes, situées à quelques centaines de mètres des Archives nationales. D’abord rue Buffon au Muséum national d’Histoire naturelle, où est conservé le plus vieil herbier français, le deuxième plus vieux au monde, débuté en 1558 à Lyon par un étudiant nommé Jean Girault. Puis 12 rue de l’École de Médecine à la bibliothèque interuniversitaire de Santé Médecine de l’université Paris Cité, où se trouve un exemplaire d’un ouvrage publié en 1610 : La Chirurgie française, par Jacques Dalechamps, augmentée par des annotations, figures et traités de Jean Girault, chirurgien juré fort célèbre à Paris.

Jacques Dalechamps, Chirurgie françoise … avec plusieurs figures des instrumens nécessaires pour l’opération manuelle, Paris, Olivier de Varennes, 1610. BIU Santé Médecine (Medica).

Ces trois Jean Girault, l’auteur de l’herbier, l’ami de Jean Poquelin, et le célèbre chirurgien de 1610, sont-ils un seul et même individu ? Le livre de 1610 ne donne aucune indication biographique sur Jean Girault.

Que savons-nous de l’herbier ? Une note manuscrite de l’auteur sur la première page explique qu’il l’a débuté alors qu’il était étudiant en 1558 à la faculté de chirurgie de Lyon, et qu’il avait pour professeur Jean Canappe, docteur régent de la faculté de médecine. On perd la trace de l’herbier jusqu’en 1721. Un certain Monsieur Boissier, de Lyon, en fait alors don à Antoine de Jussieu, lui-même d’origine lyonnaise et professeur de botanique au jardin du roi à Paris. Le mot collé sur la première page de l’herbier nous apprend que le donateur « souhaite que le témoignage de l’auteur de ce recueil puisse servir de quelque preuve à l’avantage de la faculté de Lyon ». L’herbier reste dans la famille Jussieu jusqu’à son entrée au Muséum par donation en 1858.

Deux intuitions

Jusqu’à présent, l’identité de cet étudiant lyonnais était restée un mystère. Seul un érudit du XIXe siècle, le Dr. Jean-Baptiste de Saint-Lager, avait remarqué qu’un chirurgien parisien du même nom avait, cinquante-deux ans après le début de la confection de l’herbier, participé à la réédition augmentée de l’ouvrage de Dalechamps. En 1886, dans un long article sur l’histoire des herbiers publié dans les Annales de la Société botanique de Lyon, tome 13, il a l’intuition que l’auteur de l’herbier et le chirurgien parisien sont une seule et même personne et se demande si celle-ci est fondée.

D’abord, il remarque que si Jean Girault est resté quelques temps à Lyon pour ses études, puisque les 313 plantes de l’herbier2 proviennent de la région, il n’y est pas resté, car il n’apparaît pas sur la liste des chirurgiens lyonnais.

Ensuite, il constate que les dates rendent l’identification plausible. Jacques Dalechamps ayant enseigné la botanique à Lyon dans les années 15503, il est probable qu’il ait eu pour élève l’auteur de l’herbier commencé en 1558, qui serait né vers 1540. Ce dernier aurait donc tout à fait pu, après la mort de Dalechamps, rendre hommage à son professeur avec une réédition de son œuvre phare augmentée de ses propres recherches. Il aurait eu environ soixante-dix ans en 1610.

Enfin, M. de Saint-Lager consulte trois ouvrages sur l’histoire de la chirurgie publiés au XVIIIe siècle faisant état d’une dynastie de Girault, alliée à la famille Colot, opérateurs du roi aux XVIe et XVIIe siècles, exactement lithotomistes, c’est-à-dire, extracteurs de calculs urinaires, la maladie de la pierre. En 1714, Jean Devaux, dans son Index des plus célèbres chirurgiens parisiens, mentionne un Jean Girault décédé en 1608 : « Joannes Girault, Litothomus famâ infignis, Obiit I. Maii anni 1608 4 ». Dans l’ouvrage posthume de François Colot, Traité de l’opération de la taille, publié en 1727, il est question d’un Restitut Gyrault (sic), époux de la fille de Philippe Colot, puis de son fils Jacques, mais sans donner de dates. Dans L’Origine et progrès de la chirurgie en France, publié en 1744, François Quesnay, évoque un Girault sans donner de prénom ni de date. Aussi, devant l’impossibilité de déterminer le lien de parenté entre Jean et Restitut, M. de Saint-Lager imagine un seul individu au prénom double, Jean-Restitut.

Quiconque s’intéressait à l’histoire de la chirurgie en tentant de démêler l’écheveau des dynasties Colot et Girault était alors confronté à quatre écueils majeurs. Tout d’abord un nombre réduit de prénoms entraînant des confusions. Ensuite, des ouvrages historiques du XVIIIe siècle écrits en dehors de toute rigueur scientifique. Puis, la perte de la source majeure d’information, les registres paroissiaux, tenus depuis 1539 mais partis en fumée dans les incendies allumés par la Commune de Paris en 1871. Enfin, des archives notariales presque inaccessibles jusque dans les années 1930. Avant cette date, il fallait se rendre directement chez les notaires qui les conservaient dans leur étude puisque celles-ci leur appartenaient et étaient sous leur responsabilité. Ils n’avaient d’ailleurs pas l’obligation de les communiquer. L’acte retrouvé, il fallait encore le transcrire et le comprendre.

Si M. de Saint-Lager n’a rien pu prouver, son intuition rejoint la nôtre : l’identification avec l’ami de la famille Poquelin. En effet, cela fait plusieurs mois que nous exhumons une série de documents prouvant des liens entre toutes les branches des ancêtres de l’écrivain et de célèbres chirurgiens.

Un cousin par alliance de la famille de Molière

Les archives notariales maintenant classées et réunies en un même lieu, il est possible de reprendre l’enquête et de confronter ces deux intuitions à la réalité. De nos jours, nous nous identifions par notre nom, notre prénom, notre date et notre lieu de naissance, ce qui nous rend unique. Au XVIe siècle, les notaires notent le titre, le prénom, le nom, le métier, l’adresse et assez souvent l’identité du conjoint, puisqu’à Paris, la plupart des époux sont en communauté de biens. Ils indiquent très rarement l’âge, et presque jamais le lieu de naissance. Face à des enfants portant le même prénom que leurs parents, exerçant le même métier et résidant dans la même maison, ils ajoutent le jeune, le moyen, ou l’ancien. Le glissement de ces termes avec le temps aggrave encore la confusion des identités déjà accentuée par le choix des grands-parents, oncles, tantes, cousins et cousines, comme parrains et marraines donnant leur prénom. C’est pourquoi la meilleure identification possible est la signature, qui est cependant rare jusqu’en 1579, date où elle devient obligatoire sur les minutes notariales.

Par chance, Jean Girault a apposé sa signature après sa note manuscrite au début de l’herbier, ce qui permet de débuter l’enquête par ce biais. Malheureusement, les signatures de certains témoins, dont celle de Girault, manquent sur le contrat de mariage de Jean Poquelin de 1585 ; soit il est parti avant la fin de la rédaction de l’acte, soit le notaire s’est contenté devant la famille de rédiger un brouillon, en demandant à ceux qui pouvaient de passer plus tard à l’étude pour signer la minute. Il faut chercher d’autres actes concernant Jean Girault, et pour y parvenir, déterminer la nature exacte de son lien avec le grand-père de Molière.

La réponse apparaît en effectuant des recherches sur Nicolas Payen. Sur son contrat de remariage5 du 17 novembre 1587, la liste des témoins indique :

                                                     “Et de la part dudit
Nicolas payen de honorable homme Jehan girault
cirrurgien Jure & bourgeois de paris beau frere
dudit nicolas payen”. Contrat de remariage. Archives nationales, minutier central, étude LXXXVII, cote, 59 folio 302. Cliché de l’auteur.

Jean Girault est donc le beau-frère de Nicolas Payen, l’oncle de Jean Poquelin. S’il n’a une fois de plus pas signé le contrat, une piste de recherche se révèle : il apparaît certainement sur d’autres actes concernant la famille Payen. Nicolas habite au cœur des Halles, rue de la Lingerie et ses notaires habituels sont maître Chapellain, derrière le chevet de l’église Saint-Eustache, et maître Chartain, au début de la rue Saint-Honoré. Leurs archives sont alors méthodiquement dépouillées.

La preuve

Cinq mois après son remariage, Nicolas Payen meurt et son inventaire après décès est rédigé par maître Chartain. À part sa fille aînée, émancipée par son mariage, ses enfants devenus orphelins étaient mineurs. Le conseil de famille dut élire leur tuteur, en l’occurrence leur beau-frère, ainsi qu’un tuteur subrogé, Jean Girault, leur oncle maternel. C’est à ce titre, et également en tant qu’exécuteur testamentaire du défunt, que Jean Girault signe l’inventaire après décès6, à la date 6 avril 1588, et le 27 juin suivant, à la fin de sa rédaction.

Archives nationales, minutier central, étude LXXXVII, cote 66, folio 326. Cliché de l’auteur.

Dans les mois, et même les années qui suivent, puisque les enfants restent alors mineurs jusqu’à l’âge de vingt-cinq ans, Jean Girault est appelé à signer de nombreux actes les concernant, et encore plus après le décès de leur tuteur principal.

Il est enfin possible de valider notre intuition en comparant les signatures avec celle de l’herbier. Au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, Cécile Aupic, responsable de sa conservation, nous autorise à le consulter et le photographier le 4 février 2022.

Herbier de Jehan Girault. Avec l’autorisation du Muséum.

Il n’y a plus aucun doute, les signatures, bien identifiables, sont identiques. L’auteur de l’herbier est bien l’ami du grand-père de Molière.

L’analyse de l’herbier

L’herbier peut-il nous en dire plus ? Composé de 81 feuillets de papier, il mesure 32,5 cm sur 22 cm. Sa reliure, en parchemin, comporte une inscription en latin très effacée qui mériterait une étude approfondie. Son sens général doit être « mon propriétaire est Jean Girault ». La troisième ligne est peut-être : « Automne 1558 ».

Sur la première page, est écrit « Craincte de dieu, » et dans la marge à gauche, peut-être une date, le 24 septembre, notée « 24 7b ».

Au-dessous, le texte et la signature de Girault :

Ce present livre a este commence par moy Jehan girault
le 6 jour d oust 1558 estant pour lors prieur des estudiantz
en chirurgie soubz Monsieur noster magnus magister Jehan Canappe
docteur regent en la faculte de medecine lecteur aux
chirurgiens a lyon                     Eris mihi magnus Apollo7

Au-dessous, est collée la feuille de papier écrite par Boissier en 1721. Elle cache malheureusement un texte dont on devine par les quelques lettres qui dépassent qu’il doit dater du XVIe siècle.

À droite, commence la table alphabétique des plantes avec l’indication du chiffre du folio correspondant à chaque espèce. Au-dessous de la table, est écrit dans une écriture de la seconde moitié du XVIe siècle : « Francois G Girault / Francois / Francois Girault Bon Garson / Francois Girault Bon Garson ».

                              Détail de la table                                                                   François bon garçon         

Sur les feuillets suivants, les plantes sont cousues au moyen d’un gros fil et étiquetées.

Planche 23 de l’herbier de Jehan Girault. Photographie par Françoise Bouazzat. © MNHN – F. Bouazzat
D’autres planches sont visibles sur le site du Muséum

Sur une feuille, on trouve un conseil médical :

“la racine de palida8 est souveraine aux crevasses & fentes des pieds et des coudes”

L’étude de l’herbier nous apprend donc que Jean Girault a probablement débuté la collecte de plantes le 6 août 1558, a commencé sa confection le 24 septembre suivant, est resté quelques mois sur place et l’a donné plus tard à François, vraisemblablement un de ses fils ou petits-fils. Nous avons aussi la preuve que l’herbier avait une finalité thérapeutique.

Une enquête de topographie historique

Le plaisir de la découverte de la signature est immense, mais les perspectives le sont encore plus. Si ce Jean Girault est bien devenu le célèbre chirurgien parisien, et s’il est resté proche de la famille de Molière, cela confortera notre intuition que l’environnement familial des Poquelin est beaucoup plus marqué par la médecine que nous l’imaginions.

Il est donc nécessaire de trouver des actes notariés concernant directement les affaires de Jean Girault, et non plus seulement celles de ses neveux, en retrouvant son notaire habituel. S’il y a cent vingt-deux études historiques à Paris, à l’époque qui nous intéresse, les notaires sont encore bien plus nombreux, pour une population de deux cents à trois cent mille habitants. Déterminer l’adresse précise de Jean Girault permettra de circonscrire les recherches. Les minutes concernant ses pupilles le localisent Vieille rue du Temple, soit l’actuelle rue Vieille-du-Temple, dans le Marais, mais sans aucune autre indication. C’est vague compte tenu de la longueur de cette artère.

La recherche historique est affaire de persévérance et de heureux hasards. Pour écrire la biographie des grands-parents de Molière, qui résident tous quatre aux Halles, nous dépouillons méthodiquement les minutes d’une douzaine d’études du quartier. Celle de maître Fanin est un peu excentrée, à l’ouest, rue des Prouvaires. Cette rue débouche par le sud sur le transept de l’église Saint-Eustache, soit assez loin du Marais. Une de ses minutes attire notre attention : pour une raison obscure, le 17 octobre 1581, Ancelot Fanin s’éloigne de son étude et se rend chez un apothicaire, Dominique Lardier, au coin des rues Vieille-du-Temple et Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie. Il y rédige une constitution de rente9 – c’est-à-dire un emprunt – effectuée par Jean Girault et sa femme. Il s’agit bien de notre homme : il est barbier-chirurgien, habite rue Vieille-du-Temple et son épouse porte le même nom de famille que la femme de Nicolas Payen. Les époux donnent comme garantie un bien immobilier, en l’occurrence ici leur résidence principale.

                                “sur une maison contenant troys
corps d hostel courtz au meilleur10 le lieu comme
Il se comporte Assise A paris en ladite Vieille
Rue du temple en laquelle lesdits Vendeurs11 sont demeurant
& A eulx appartenans de leurs conquestz Tenant d une part
A mademoiselle de flesselles d autre part A monsyeur
Datechy & a michel Charles tamponnet & par derriere
Audit syeur Datechy & par devant sur ladite Vieille Rue
du temple Vis a Vis de ladite Rue ste croix de
La bretonnerye”.
Constitution de rente, Archives nationales, minutier central, étude XXXVI, cote 46, folio 124. Cliché de l’auteur.

La découverte de cette adresse, au débouché de la rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, oriente les recherches vers les études les plus proches. Malheureusement, les premières liasses dépouillées ne donnent aucun résultat, ce qui est mauvais signe. En effet, si de nos jours, nous allons surtout chez le notaire pour un achat immobilier ou une succession, au XVIe siècle, en l’absence de système bancaire, on s’y rendait bien plus régulièrement, souvent plusieurs fois par an, pour prêter ou emprunter, ou pour de multiples autres raisons, par exemple signer un contrat de bail ou d’apprentissage.

Il est donc probable que Jean Girault ait fait appel comme la plupart des habitants du Marais, aux notaires de la rue Saint-Antoine et, plus encore, à ceux situés derrière l’Hôtel de Ville : près de la Porte Baudoyer se trouvait la plus forte concentration d’études de Paris. C’est un vrai cauchemar pour la recherche car à cette époque, peu de notaires ont constitué de répertoire, et quand le nom de Girault y apparaît et que nous cherchons la minute correspondante, la déception est souvent au rendez-vous tant ce nom de famille est courant. Il faut donc méthodiquement dépouiller d’énormes liasses annuelles de plusieurs centaines de minutes.

Ce travail fastidieux est pourtant source de plaisirs réguliers. Un acte notarié concerne souvent deux personnes et on a une chance sur deux de faire appel au notaire de l’autre partie. Il n’est donc pas rare de découvrir par hasard des minutes traitant des affaires des ancêtres de Molière dans des études éloignées du quartier des Halles. Tout comme un acte concernant Jean Girault s’est retrouvé chez maître Fanin devant l’église Saint-Eustache.

Un célèbre chirurgien

Plusieurs années de recherche livrent une belle moisson de documents. En effet, Jean Girault a bien fréquenté les notaires proches de la Porte Baudoyer. Dans ces mêmes études, de nombreux actes concernant son fils montrent qu’il a habité avec son père, puis juste à côté. C’est ainsi qu’a pu être découvert le notaire de proximité qui, bien des années après, a rédigé l’inventaire après décès du fils ; cette minute permet d’ailleurs de remonter à son contrat de mariage, rédigé dans une étude de la rive gauche, avec la fille de Philippe Colot, un chirurgien du roi.

Cette découverte clôt enfin l’enquête et répond aux interrogations de M. de Saint-Lager. Si elle invalide son intuition sur le double prénom – en réalité Restitut est le fils de Jean -, elle prouve en revanche que l’auteur de l’herbier est bien devenu le célèbre chirurgien fondateur de la dynastie des Girault alliée à celle des Colot, et donc l’auteur posthume de la réédition de 1610 de l’ouvrage de Dalechamps. Il est maintenant possible de reconstituer presque l’intégralité du parcours de Jean et de Restitut Girault.

Nouvelles perspectives sur l’environnement familial de Molière

Les conséquences de cette révélation sur la nature du milieu socio-culturel de la famille de Molière s’avèrent être considérables. En posant la question de la persistance de l’amitié entre Jean Poquelin et Jean Girault12, nous avons été amenés à relier, de fil en aiguille, les multiples liens découverts entre toutes les branches des ancêtres de Molière et des chirurgiens ainsi que leurs libraires-imprimeurs, puis de là entraînés dans l’étude de leurs rapports conflictuels avec la faculté de médecine de Paris. Nous sommes ainsi en mesure de beaucoup mieux cerner l’image que Molière a dû recevoir des médecins dans son enfance.

Sa famille se révèle donc être beaucoup plus intellectuelle qu’on ne l’avait supposé jusque-là, bien éloignée de l’image laissée en 1705 par J.-L. Le Gallois de Grimarest, son premier biographe, et immortalisée en 1978 par Philippe Caubère et Ariane Mnouchkine, avec notamment un père au caractère austère et étriqué.

Pour aller plus loin :

– On trouvera ici les herbiers historiques numérisés par le Muséum d’Histoire naturelle

– On découvrira ici les divers documents numérisés dans Medica par la BIU Santé et on pourra lire Philippe Bonnichon, Marine Fontaine, Jacqueline Vons, « La Chirurgie Françoise de Jacques Dalechamps, commentateur de Paul d’Égine », Histoire des sciences médicales, 2018, 52 (1), p.91-98

– On explorera dans Gallica (BnF) un ensemble de ressources sur Molière réuni par la Bibliothèque-musée de la Comédie-Française, la Bibliothèque municipale de Versailles et la Bibliothèque nationale de France, avec le concours de l’équipe scientifique du site Théâtre classique

Références
CELLIER L. 2024 – Le journal des Poquelin. Mémoires des grands-parents paternels de Molière, tome 1 : Jean, L. Cellier, Paris
COLOT F. 1727 – Traité de l’opération de la taille, J. Vincent, Paris
DALECHAMPS J. 1610 – La Chirurgie française, augmentée par des annotations, figures et traités de Jean Girault, chirurgien juré fort célèbre à Paris, O. de Varennes, Paris
DEVAUX J. 1714 – Index des plus célèbres chirurgiens parisiens. S. Ganeau, Paris
JURGENS M., MAXFIELD-MILLER É. 1963 – Cent ans de recherches sur Molière, sur sa famille et sur les comédiens de sa troupe, SEVPEN, Paris
JURGENS M., MAXFIELD-MILLER É. 1972 – “Les origines beauvaisiennes de Molière”, Revue d’Histoire du Théâtre, quatrième trimestre 1972, p. 331-339, Paris
LE GALLOIS DE GRIMAREST J.-L. 1705 – La vie de Mr de Molière, Réimpression de l’édition originale, 1877, I. Lisieux, Paris
QUESNAY F. 1744 – L’Origine et progrès de la chirurgie en France, C. Osmont, Paris
SAINT-LAGER J.-B. 1885 – Histoire des herbiers, J-B Baillière et fils, Paris.
SAINT-LAGER J.-B. 1885. 1886 – “Histoire des herbiers”, Annales de la Société botanique de Lyon, tome 13, 1885. 1886, p. 1 – 120

L’image mise-en-avant provient de la planche 23 de l’herbier de Jean Girault (Photographie par Françoise Lopez, MNHN).

  1. Archives nationales, minutier central, étude LIV, cote 112. []
  2. Saint-Lager donne la liste de ces plantes. []
  3. Jacques Dalechamps a d’ailleurs consacré une grande partie de sa vie à son fameux ouvrage sur la botanique : Historia generalis plantarum, paru après son décès. []
  4. Voir Liste funèbre des chirurgiens de Paris, qui sont morts depuis l’année 1315 jusqu’à l’année 1722, avec le génie et les mœurs de ceux qui se sont le plus distinguez dans leur profession. On y a joint quelques remarques sur les principaux évènemens qui sont arrivez dans l’ancien Collège ou depuis son union avec la Compagnie des chirurgiens-barbiers et la réponse à l’auteur d’une description de Paris sur un article de cette liste. Traduction faite sur l’édition latine de la même liste, imprimée à Trévoux, en 1714  à la page 86. []
  5. Archives nationales, minutier central, étude LXXXVII, cote, 59 folio 302. []
  6. Archives nationales, minutier central, étude LXXXVII, cote 66, folio 326. []
  7. « Tu seras pour moi le grand Apollon », Bucoliques de Virgile. []
  8. Plante à déterminer ; peut-être l’iris pallida, dont la racine est connue pour ses vertus apaisantes. []
  9. Archives nationales, minutier central, étude XXXVI, cote 46, folio 124. []
  10. Lire « au milieu ». []
  11. Les « vendeurs » sont les emprunteurs qui constituent et « vendent » la rente au prêteur. []
  12. Laurent Cellier, Le journal des Poquelin. Mémoires des grands-parents paternels de Molière, tome 1 : Jean, Paris, 2024. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Laurent Cellier (1 juillet 2024). Molière et le plus vieil herbier français. Panacée. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11x1r


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search