La carte de Cassini à la bibliothèque universitaire des Grands Moulins : voyages à travers un objet extraordinaire

La « carte de Cassini », objet d’art, monument, prouesse scientifique et artisanale, a été acquise dans une réédition hors-normes que l’on peut admirer à la BU des Grands Moulins. Elle y fera l’objet d’une présentation le 3 juin 2024 à 18 heures par Loïc Boissier, cartographe, Théodore Lillo, éditeur de Conspiration|Éditions et Denis Savoie, historien des sciences spécialisé en astronomie (pour plus de renseignements voir ici).

Un royal objet…

Il se murmure que l’exemplaire original rehaussé à l’aquarelle conservé par la Bibliothèque nationale de France (BnF), qui a servi à cette réédition, aurait été fabriqué pour la reine Marie-Antoinette et quelques nobles fortunés. Conservée dans un coffret, cette luxueuse carte de voyage aurait pu rivaliser avec la vaisselle ou les écritoires que la suite royale transportait lors de ses déplacements.

Le format hors normes (ouvert : 117 x 66,5 cm) et l’attention portée à la reproduction contemporaine de cette carte sous forme de volume en font un véritable objet d’art. Mais sa fonction première était pratique et scientifique.

…et un objet pratique

Un des buts ouvertement assignés à la carte de Cassini est l’administration du royaume. Il s’agit de connaître parfaitement coins et recoins du royaume afin de lever les impôts, faciliter les déplacements des représentants royaux et de l’armée, etc. Elle a été très utilisée dans des éditions moins luxueuses et plus faciles à transporter.

=> quelques exemples tirés de Gallica (BnF). Cliquez sur les images pour mieux les voir.

Une prouesse à tous égards

Éditée au XVIIIe siècle, la carte de Cassini est la première représentation cartographique du royaume français en son entier. L’ensemble des 181 planches assemblées mesure onze mètres de largeur et douze de hauteur. On imagine sans mal le travail des graveurs et dessinateurs pour aboutir à ce résultat d’une extraordinaire précision et d’une grande délicatesse ! Routes, divisions du territoire, moulins, églises, bois, etc. sont figurés dans le plus grand détail et de manière intelligible pour qui utilise la carte.

Graveurs et dessinateurs n’ont pas inventé les lieux cartographiés. Il a fallu quatre générations de mathématiciens, topographes et astronomes pour relever et cartographier ainsi l’entièreté du royaume de France.

Une incroyable famille

Une famille a eu dans cette extraordinaire aventure un rôle prééminent. Il s’agit de la dynastie Cassini.

Jean-Dominique (dit Cassini Ier, 1626-1712), Italien attiré en France par Colbert, est entre autres fonctions prestigieuses le premier directeur de l’Observatoire de Paris.

Son fils Jacques (Cassini II, 1677-1756) lui succède en tant que directeur de l’Observatoire. Comme son père il est académicien et rédige de nombreuses observations.

Son petit-fils César-François (Cassini III ou Cassini de Thury, 1714-1784), est également astronome. Il s’intéresse à la cartographie et est le concepteur de la fameuse carte.

Son arrière-petit-fils Jean-Dominique (Cassini IV, 1748-1845) reprend le flambeau de l’astronomie et de la cartographie. C’est d’ailleurs lui qui mène à terme le chantier de la désormais célèbre carte !

NB : la BIU Santé Médecine et la BIU Santé Pharmacie conservent des ouvrages anciens des Cassini, notamment La meridienne de l’Observatoire royal de Paris vérifiée dans toute l’étendue du royaume par de nouvelles observations pour en déduire la vraye grandeur des degrés de la Terre, tant en longitude qu’en latitude, & pour y assujettir toutes les opérations géométriques faites par ordre du roi, pour lever une carte générale de la France par M. Cassini de Thury, de l’Académie royale des sciences avec des observations d’histoire naturelle faites dans les provinces traversées par la meridienne, par M. le Monnier, de la même Académie, Docteur en médecine. Suite des mémoires de l’Académie royale des sciences, année M.DCC.XL et les Eléments d’astronomie. Par Mr Cassini Maître des Comptes, de l’Académie Royale des Sciences, & de la Société Royale de Londres

=> Pour aller plus loin, vous pouvez entre autres :

L’image-mise-en avant est extraite de la Carte générale de la France. 133, [Île-de-Ré]. N°133. Flle 86 / [établie sous la direction de César-François Cassini de Thury], numérisée par Gallica (BnF).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Agnès Sandras (3 juin 2024). La carte de Cassini à la bibliothèque universitaire des Grands Moulins : voyages à travers un objet extraordinaire. Panacée. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rs3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search