Séquence interview : Frédéric Schneeberger explore l’histoire de l’hallucination (Partie 3 : l’hallucination, de l’analyse clinique à la critique sociale)

Dans les deux précédents billets, Frédéric Schneeberger nous a expliqué sa démarche de chercheur, entre histoire et psychiatrie, puis son enquête au cœur des archives du docteur Mourgue, neuropsychiatre qui a étudié pendant des années le phénomène des hallucinations. Il nous explique dans ce dernier épisode les enjeux encore actuels autour des hallucinations.

Isabelle Mette (IM)
Quel rôle ont joué les intellectuels non médecins dans cette controverse sur l’hallucination ? En particulier Jean-Paul Sartre ?

Frédéric Schneeberger (FS)
Les plus connus ont joué un rôle stimulateur. Sur le plan historique, il faut tenir compte d’un léger décalage dans le temps au niveau de la réception, le temps de la formation et le temps d’asseoir une maturité intellectuelle suffisante, puisque leur activité a débuté légèrement après les débats survenus dans les années 1920 et 1930. Mais on ne peut pas dire qu’ils aient eu un temps de retard, ce serait leur faire un mauvais procès. Des philosophes comme Maurice Merleau-Ponty (1908-1961) ou Jean-Paul Sartre (1905-1980) n’ont pas hésité à s’informer et à faire un effort d’assimilation certain des théories médicales, avec un accent mis sur les plus modernes ou contemporaines d’entre elles, avant de les analyser pour en relever les apories ou les contradictions conceptuelles – c’est très clair avec Merleau-Ponty, dans les pages qu’il y consacre dans son œuvre La phénoménologie de la perception (1945).

Robinet, André, Merleau-Ponty, Presses Universitaires de France, Paris : Baillière, 1904

Le terme d’intellectuels non médecins est déjà une manière de les qualifier qui est significative. En effet, vous avez raison de pointer du doigt le fait qu’un partage socio-professionnel s’opère ici. On pourrait proposer la dichotomie suivante : intellectuels non médecins versus médecins philosophes, ou médecins psychologues. Il ne faut pas oublier que les médecins dont on parle avaient plus qu’un simple intérêt pour la philosophie. Beaucoup avaient des formations très exigeantes dans ce domaine. Tous étaient agrégés de philosophie après avoir étudié à l’École Normale Supérieur (ENS), pensons à Pierre Janet, grande figure de la psychologie française déjà rencontrée ici, Georges Dumas (1866-1946), Henri Wallon (1879-1946), nommé Professeur au Collège de France. Mourgue lui-même était licencié ès philosophie. Les trois précédents, d’ailleurs, sont communément considérés plus comme des psychologues que, à l’inverse de Mourgue, comme des psychiatres. À l’époque pour être psychiatre, il fallait passer un concours médical (« Concours de l’Adjuvat ») qui, une fois obtenu, donnait le titre de Médecin des Asiles. Titre médical à visée administrative car nécessaire pour devenir médecin-chef ou directeur médical d’une telle institution. Mourgue l’a obtenu en 1920.

Professeur Dumas : photographie de presse, Agence Rol, 1926

Toujours est-il qu’on peut faire une distinction entre ceux (les médecins) qui travaillent et gagnent leur vie ainsi, qui observent et essaient de comprendre à partir d’une pratique médicale de tels phénomènes hallucinatoires (parmi bien d’autres) et ceux qui le font à partir de lectures, de présentations de cas en amphithéâtre – c’était à la mode à l’époque – et d’échanges plus ou moins informels ou par lectures interposées de leurs travaux respectifs avec des amis eux-mêmes médecins. En vous parlant ainsi, c’est évidemment à Sartre que je pense en premier, avec son ami et condisciple à l’ENS Daniel Lagache (1903-1972), agrégé de philosophie, devenu par la suite psychiatre et psychanalyste.

C’est dans son ouvrage L’imaginaire, publié en 1940, au chapitre intitulé La vie imaginaire, troisième sous-chapitre : « Pathologie de l’imagination », que Jean-Paul Sartre problématise l’hallucination, de manière ramassée. Pour comprendre plusieurs de ces points complexes, je ne peux que renvoyer aux travaux de philosophie, tels que ceux développés par Grégory Cormann, Vincent de Coorebyter, ou encore de Philippe Cabestan et Gautier Dassonneville, spécialistes reconnus de ces questions. Chez Sartre, la terminologie d’image, d’imaginaire, d’imagination, mériterait de longs développements. Cette terminologie n’est ni neutre ni utilisée comme on peut l’employer, au quotidien. Pour en donner un aperçu, l’imagination est, chez lui, une fonction qu’il appelle la grande fonction irréalisante de la conscience. Pour l’image, c’est son statut qu’il veut réhabiliter, contestant qu’on en fasse quelque chose de moins consistant que la réalité, un dégradé de réalité. L’enjeu, chez Sartre, est toujours d’articuler ces diverses dimensions à la conscience en acte. Mais, d’un point de vue de l’histoire de la médecine – et de l’histoire de la psychologie – Jean-Paul Sartre a joué un rôle paradoxal, dans le débat sur les hallucinations, et, de ce fait, intéressant. Il a rapatrié philosophiquement l’hallucination dans la sphère de l’imaginaire (au sens commun), comme on l’a vu à l’instant. En incluant de la sorte l’hallucination dans celle de l’imagination (au sens commun aussi), Sartre fait signe sans aucun doute vers des théories philosophiques passées, mais également, de manière plus surprenante, vers des sphères d’intérêt et des conceptions médicales récemment renouvelées – le rapprochement en question concerne le domaine étudié, non le contenu des théories respectives – comme celle d’Ernest Dupré (1862-1921).

En effet, après la mort de Dupré paraît en 1925 grâce au dévouement de l’un de ses élèves un recueil réunissant mémoires et articles portant le titre suivant Pathologie de l’imagination et de l’émotivité. En passant, disons que Dupré a connu Mourgue puisqu’il a présidé sa thèse. Par ailleurs, dès L’Imagination, livre publié l’année 1936, Sartre travaille ce qu’il appelle lui-même le problème de l’image. À ce stade, on voit déjà assez bien en quoi sa démarche est opposée à celle de Mourgue, ne serait-ce qu’au sujet du statut accordé à l’image. Sartre, d’ailleurs, cite Mourgue très à propos, dans L’imaginaire. Il le discute dans le contexte des mouvements, ou plutôt dans l’hypothèse que l’image n’apparaîtrait qu’en mouvement, qu’à la faveur ou du moins soutenue par les mouvements physiques produits par celui qui les exécute. Pour le mentionner de cette manière, on peut exclure une lecture superficielle.

IM
Ces controverses ont-elles eu un impact sur les méthodes de soin et la prise en charge des patients ? Sur la représentation que la société et les non spécialistes pouvaient se faire de ce phénomène ? Sur l’histoire de la folie ?

FS
Mourgue lui-même sera un bon guide pour tenter des prémices de réponses à l’ensemble de vos questions. Concernant l’histoire de la folie, le positionnement théorique de Mourgue vis-à-vis du phénomène hallucinatoire a pour conséquence de le sortir complètement du domaine de la psychiatrie. Mourgue le revendique. Comme déjà dit, il affirme que les vrais cas d’hallucination – pour toutes les raisons que l’on a invoquées, et d’autres encore – sont plus susceptibles d’être observés par un médecin travaillant dans un hôpital général que dans un asile psychiatrique. Avec pareille assertion, Mourgue, à son propre regard, reste un acteur de la cause scientifique de l’explication de l’hallucination. Et l’explication est de nature biologique. Par contre, vue de notre temps, une telle assertion paraît être également un bon marqueur – à l’échelle d’un individu pris dans son contexte social – d’une action qui se frotte à certaines représentations alors encore en jeu – l’hallucination comme signe ou motif d’internement – pour les transformer en simple événement – l’hallucination comme processus biologique presque blanc, neutre.

Introduction biologique à l’étude de la neurologie et de la psychopathologie, R. Mourgue, Paris : F. Alcan, 1928.
Page de titre. BIU Santé Médecine. Cliché : Isabelle Mette.

Maintenant affirmer que Raoul Mourgue a transformé par ses recherches les représentations sociales en question, de telle manière à ce que l’institution psychiatrique qu’il critique en tienne compte et modifie son propre cadre de traitement, je ne suis absolument pas en mesure de l’étayer, documents d’archives à l’appui. Donc, actuellement, la question reste ouverte. Par contre, ce genre d’assertion telle que celle évoquée ci-dessus et tenue par Mourgue est un bon pourvoyeur de paradoxe que l’historien, quand c’est possible, se doit de relever. Pour le dire simplement, et avec un peu d’humour, je dirais que Mourgue a sans doute été victime, dans sa personne, d’une identification à sa profession plus intense qu’il n’aurait été prêt à l’admettre lui-même. En effet, Mourgue a tenu prioritairement à s’adresser à ses confrères médecins. La « biologisation » de la psychiatrie était, pour lui, une nécessité sociale. On peut dire qu’il s’est donné beaucoup de mal pour convaincre sa corporation des justesses de son analyse, c’est-à-dire que l’hallucination bien comprise n’a strictement rien à voir avec le cadre ou les institutions psychiatriques de son temps qui étaient censées s’en occuper et les prendre en charge. La « biologisation » de la psychiatrie, chez Mourgue, s’unit à une normalisation du phénomène de l’hallucination.

Antonin Artaud : autoportrait en Marat. Dessin d’Antonin Artaud, 1930.

Le sociologue américain Howard Becker aurait sans doute parlé au sujet de Mourgue « d’entrepreneur de morale ». En quel sens ? À l’intérieur de sa corporation – à son échelle – Mourgue promeut une nouvelle norme sociale de conduite vis-à-vis de l’hallucination, celle qui dit que c’est un phénomène biologique quasiment banal, en choisissant comme modèle d’hallucination, comme on l’a vu, la moins hallucinante qui soit, si on me permet ce jeu de mots. Ce qui confine au paradoxe, c’est que déjà bien antérieurement à la période d’activité dans laquelle Mourgue s’inscrit, des études de grande ampleur avaient été menées au sein des populations de divers pays. L’une d’elles, que Mourgue mentionne dans la bibliographie de sa Neurobiologie de l’hallucination, a été menée à bien par la « SRP » [« Society for Research in Psychopathology »] à la fin du XIXe siècle. Elle recensait dans la population générale britannique les personnes sujettes à des phénomènes sensoriels proches de ceux décrits au niveau médical comme fausses perceptions et troubles hallucinatoires. L’étude était entre autres motivée par l’idée que de tels phénomènes ne devaient pas être rares. On voit en quoi pareille démarche consonne avec ce que nous venons d’avancer ci-dessus. Le médecin Mourgue la mentionne, et n’en fait objectivement strictement rien.

IM
Le débat sur les hallucinations est-il clos aujourd’hui ? 

FS
La réponse est non. Récemment, lors du congrès international de L’Encéphale qui s’est tenu en janvier 2024 à Paris, pour ne prendre qu’une session parmi d’autres, il s’agissait par exemple de mieux comprendre l’usage des drogues psychédéliques, leur indication en fonction des pathologies psychiatriques avérées et des buts thérapeutiques visées. Le débat sur les hallucinations s’est donc déplacé. Englobées sous le registre des modifications de l’expérience sensorielle, ici favorisée par une substance délivrée sous contrôle médical, les hallucinations prennent place à côté d’autres phénomènes psychocorporels dont l’intérêt est relevé justement en regard de certains soins à prodiguer.

Mais on peut répondre oui à la question s’il s’agit de débat médical mené par des médecins proposant des théories médicales à son sujet. L’hallucination comme objet d’étude a fait éclater le carcan des spécialistes patentés qui se penchaient à son chevet. Mais votre question dessine en elle-même une problématique et pourrait faire l’objet d’une recherche en soi. Sur le plan historique, pour reprendre un protagoniste déjà mentionné, Jean Paulus, lui, situe de la manière suivante le contexte du débat des années 1920 et 1930 au sujet de l’hallucination, après l’avoir au préalable réinscrit dans une histoire longitudinale. Paulus prend pour ainsi dire deux pôles médicaux de référence : Pierre Janet d’un côté et De Clérambault de l’autre, tous deux médecins – Janet étant au bénéfice, en sus de celle-ci, d’une autre formation, philosophique celle-là, très poussée, très exigeante, comme on l’a vu. Entre ces deux pôles, Paulus situe différents acteurs qu’il dénomme psychologues.

À ce titre, Mourgue, médecin psychiatre, est considéré par Paulus, comme psychologue, ce qui n’est pas le moindre des paradoxes. La manière de procéder de Paulus est intéressante, car elle donne une perspective au débat et une représentation de celui-ci. Mais il y en a d’autres que celle construite par Paulus, évidemment. Votre manière de formuler la question le montre bien. En effet, dans cette controverse, on pourrait dire que les médecins ont constitué autour d’eux un cercle : ils sont devenus – ou se sont crus – les experts patentés de tels phénomènes, même s’ils passaient une partie de leur temps à critiquer les théories des confrères, en général jugées comme par hasard moins pertinentes que celles qu’ils avaient à cœur de défendre. Si les débats purement médicaux semblent révolus, par contre l’histoire de ces débats reste un chantier assez vaste pour les historiens de la médecine du futur.

IM
Que nous apprend-il sur la science en train de se faire, sur les rapports entre science et société, sur le rapport entre savoirs, croyances et expériences, et peut-être sur la promiscuité et les interférences entre rationalité et phénomènes paranormaux ?

FS
Les questions que vous posez sont les éléments mêmes qui soutiennent un travail historique, du moins tel que je peux le concevoir. Autrement dit, les questions viennent du présent. Sur le plan méthodologique, le problème serait de presser le pas et d’hâtivement leur coller des réponses correspondant aux enjeux de notre temps – ou de ceux que l’on suppose tels. L’histoire (la discipline historique) est ce questionnement insistant, problématique, impliquant savoirs, croyances et expériences. Les rapports entre eux sont mouvants. On pourrait dire que faire l’histoire c’est tenter d’en parcourir – à ces différents rapports – les lignes. Par exemple, les liens entre soin psychique et guérison (au sens religieux). Sur le plan de l’histoire de la psychiatrie, l’historien Hervé Guillemain a abordé le sujet sous différents angles.

L’hallucination, dans le champ médical, côtoie, par exemple, encore du temps de Mourgue, la question de la vision (au sens religieux, voire mystique). Même chez Mourgue. Dans son travail, c’est la partie congrue, mais elle est là. Au vu de tout ce que l’on a dit sur lui, ses conceptions et ses théories, ce n’est pas loin d’être une incongruité. Ce serait bien de terminer comme cela. Le problème – hallucination, chez Mourgue, l’iceberg, il est de nature biologique. Mais l’introduction de la biologie dans le domaine psychiatrique, par contre, ne dépend pas de lui. Elle ne peut de toute façon pas dépendre de la volonté d’un seul individu. Par contre, historiquement avéré, le cadre biologique est très important, à son époque. On en attend beaucoup. Un psychiatre comme Joseph Grasset (1849-1918) – il a été le psychiatre de l’homme de théâtre et écrivain Antonin Artaud (1896-1948) – en attendait beaucoup. Édouard Toulouse aussi. Mais l’iceberg est aussi un arbre. Il cache la forêt. Ici, en l’occurrence, les rapports problématiques, du point de vue des médecins d’abord, entre hallucination et vision.

Chez Mourgue, qui n’y accorde que peu d’importance, cette question surnage quand même. Pourquoi ? Autre exemple : l’hallucination et la guerre1. Mourgue a traversé la première guerre mondiale en jeune interne en psychiatrie. Mais de ce rapport – connu de son temps – ne subsistent que d’infimes bribes écrites du moins. Pourquoi ? Là commence l’histoire, avec du gravillon.

« Hôpital militaire Buffon », Paris, s.d.

Bibliographie :

Colin, H, Mourgue, R. (1917). Sur les pseudo-hallucinations chez deux délirants mystiques. Annales médico-psychologiques, 73 (8), pp. 568-576.

Mourgue, R. (1919). Étude critique sur l’évolution des idées relatives à la nature des hallucinations vraies. Imprimerie de la faculté de Médecine, Jouve et Cie Editeurs.

Colin, H., Mourgue, R. (1920). Note sur le diagnostic des hallucinations vraies. Annales médico-psychologiques, 76 (12), pp. 442-450.

Mourgue, R. (1931). Le Problème biologique de l’hallucination. Annales médico-psychologiques, 89 (2), pp. 301-309.

Monakow, C. von, Mourgue, R. (1928). Introduction biologique à l’étude de la neurologie et de la psychopathologie – intégration et désintégration de la fonction. Librairie Félix Alcan.

 Mourgue, R. (1932). Neurobiologie de l’hallucination : essai sur une variété particulière de désintégration de la fonction. Maurice Lamertin.

Sur l’hallucination :

Blom, J.D. (2010). A dictionary of Hallucinations. Springer.

Ey, H. (1934). Hallucinations et délire – les formes hallucinatoires de l’automatisme verbal (réédition L’Harmattan 1999). F. Alcan.

Ey, H. (2012). Traité des Hallucinations (première édition, édition Masson, 1973). Cercle de recherche et d’édition Henri Ey.

Janet, P. (1932). L’hallucination dans le délire de persécution. Revue de la France et de l’Etranger, 57(113), pp. 61-98.

Janet, P. (1932). Les croyances et les hallucinations. Revue de la France et de l’Etranger, 57 (113), pp. 279-331.

Janet, P. (1932). Les sentiments dans le délire de persécution. Journal de psychologie normale et pathologique, 29, pp. 161-195, 196-240, 401-460.

Lanteri-Laura, C. (1991). Les hallucinations. Masson.

Lhermitte, J. (2004). Les Hallucinations, clinique et physiopathologie. L’Harmattan.

Paulus, J (1941). Le problème de l’hallucination et l’évolution de la psychologie d’Esquirol à Pierre Janet. Librairie E. Droz.

Quercy, P. (1930). L’hallucination – Philosophes : Théorie de la perception, de l’image et de l’hallucination chez Spinoza, Leibniz, Bergson – Mystiques : Sainte Thérèse : ses misères, sa perception de Dieu, ses visions. Librairie Félix Alcan.

Quercy, P. (1930). L’hallucination – études cliniques. Librairie Félix Alcan.

Quercy, P. (1936). Les hallucinations. Librairie Félix Alcan.

Quercy, P. (1925). La sensation, l’image et l’hallucination chez Taine. L’année psychologique, 26, pp. 117-150

  1. Cf. La clinique des délires de guerre (1870-1940), Hervé Guillemain et Stéphane Tison : https://books.openedition.org/pur/46228?lang=fr . Dans Le feu et la folie, Laurent Vissière et Marion Trévisi (dir.). Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2016 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Isabelle Mette (30 mai 2024). Séquence interview : Frédéric Schneeberger explore l’histoire de l’hallucination (Partie 3 : l’hallucination, de l’analyse clinique à la critique sociale). Panacée. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qzm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search