Séquence interview : Frédéric Schneeberger explore l’histoire de l’hallucination (Partie 2 : plongée dans les archives du docteur Mourgue : les hallucinations laissent-elles des traces ?)

Dans un précédent billet, Frédéric Schneeberger nous a expliqué sa démarche de chercheur, entre histoire et psychiatrie. Plongeons maintenant avec lui dans les archives du docteur Mourgue…

Isabelle Mette (IM)
Quel a été l’apport de Mourgue à la controverse de son époque sur l’origine des hallucinations ?

Frédéric Schneeberger (FS)
L’apport de Mourgue à cette controverse permettra de répondre de manière plus satisfaisante à votre précédente question sur la nature exacte de la controverse. Non que Mourgue y soit pour quelque chose, à titre personnel. Mais son attitude sera éclairante. On a vu dans la première partie de cette interview en quoi le cadre de la controverse est une sorte de revival pour utiliser un terme à la mode. Maintenant, on va explorer les déplacements qui sont opérés au sein de cette controverse. Parmi d’autres, Mourgue cherche à apporter à ce débat de nouvelles perspectives en y faisant entrer des disciplines en plein essor – embryologie, endocrinologie. Comment s’y prend-il ? D’abord, répétons-le, il récuse comme non-scientifique tout vocabulaire relatif à ce qu’il appelle la psychologie des facultés. Celle-ci postule à tort, selon lui, des entités jugées, toujours par lui, fictives. Lesquelles ? Comme déjà mentionné : le langage, ou la mémoire, ou – plus intéressant pour nos contemporains, au vu des débats actuels sur l’attention et le trouble de l’attention – l’attention. Mourgue estime que ces mots ne recouvrent aucune réalité, car ils sont, au mieux, simplificateurs d’une réalité beaucoup plus complexe. Mourgue n’est pas loin de réserver le même sort au terme d’hallucination. À ceci près, qu’il est d’accord de lui laisser une réalité neurobiologique, à condition de bien comprendre ce qu’il entend, lui, Mourgue, par hallucination. Il opère par réduction, comme, méthodologiquement, on peut être amené à le faire dans une démarche scientifique, encore aujourd’hui, qui opère à partir de certaines définitions pour les retravailler de fond en comble.

C. von Monakow et R. Mourgue , Introduction biologique à l’étude de la neurologie et de la psychopathologie : intégration et désintégration de la fonction, Paris,F. Alcan, 1928.
BIU Santé Médecine. Cliché : Isabelle Mette.

Autrement dit, Mourgue ne cesse de problématiser l’objet de son étude. Comment ? Il désolidarise la définition de l’hallucination, de l’explication que cette définition est susceptible de renfermer. Très classiquement – là aussi, il y aurait toute une histoire à entreprendre, qu’on laissera ici de côté – Mourgue reprend la définition standard de l’hallucination : perception sans objet. Mais, justement, il n’en garde que la définition. Tout phénomène correspondant à cette définition sera dit hallucinatoire, et même hallucination vraie. Par contre, il met en garde contre le fait de prendre cette définition pour une explication du phénomène en question. La perception sans objet devient un critère de sélection strict pour trier les phénomènes tombant sous cette définition, de ceux qui en seront écartés. À ce stade, on peut légitimement se dire que bien peu a été réalisé avec pareille méthodologie. En fait, s’il faut évaluer l’apport de Mourgue en termes de contribution et explication rationnelle du phénomène hallucinatoire – ce qui relève plus du travail homologué de l’historien des sciences ou de l’épistémologue que de celui de l’historien, mais on va tout de même s’y risquer – c’est là qu’il faut chercher. En effet, par cette désarticulation de la définition et de l’explication, Mourgue – d’autres l’avaient déjà fait avant lui – va à nouveau complètement sortir le phénomène hallucinatoire du champ de la psychiatrie. Il ira jusqu’à affirmer que l’hôpital psychiatrique est probablement le lieu de soin le moins indiqué pour observer des hallucinés et des hallucinations ! Simple fanfaronnade ? On voit comment, à distance chronologique si l’on peut dire, son axe d’analyse, sur ce point, est situé en complète opposition à celui dont s’emparera ultérieurement un Henri Ey !

Weygandt, G., Atlas manuel de psychiatrie; Paris, Baillière, 1904

Pour revenir à l’apport de Mourgue à cette controverse, en sortant ainsi l’hallucination du champ de la psychiatrie, qu’a-t-il comme objectif ? En fait, paradoxalement, il renverse les perspectives et les priorités. L’hallucination que tout sujet peut vivre – entendre quelqu’un qui frappe à la porte, ouvrir la porte et constater que personne n’était là pour frapper à la porte – c’est l’exemple que Mourgue reprend, à partir de son expérience personnelle d’interne de garde à Château-Picon qui se relève la nuit en ayant entendu quelqu’un frapper à la porte de sa chambre de garde et constatant par la suite que personne n’était là – devient le modèle de l’hallucination vraie, soit l’élément hallucinatoire de base sur lequel la neurobiologie doit se pencher. Dans la représentation communément admise, l’hallucination, dans laquelle est prise la personne qui perd la tête, est sciemment écartée par Mourgue de l’investigation neurobiologique au profit de celle dont nous venons de parler ci-dessus. L’hallucination « folle » est donc jugée, par lui, en somme, comme un cas tout à fait particulier, voire annexe, presque sans intérêt. Ce drôle de geste, une fois admis, autorise le psychiatre Mourgue à analyser l’hallucination en termes de mouvements posturaux, commandés par diverses dérégulations – du système nerveux autonome (qui commande entre autres la respiration, la fréquence cardiaque) ; du système vestibulaire (organe sensoriel situé dans l’oreille interne ; impliqué dans l’équilibre postural et, en cas de défaut, impliqué dans certaines formes de vertige). L’hallucination, on le voit, est référée à des processus biologiques internes, qui déterminent les conditions formelles hypothétiquement requises pour qu’elle apparaisse, sans que l’on ne soit beaucoup plus avancer sur le sens de celle-ci. Évidemment, tant qu’il s’agit d’hallucinations telles que décrites par Mourgue comme hallucination vraie – les seules qu’il admette – la question de la production de leur sens devient secondaire, comparativement à des hallucinations de plus forte intensité – qu’il laisse de côté – où des menaces ou des insultes peuvent être entendues par la personne qui y est sujette…

« Hystéro-épilepsie : hallucinations. Surprise »
Iconographie photographique de la Salpêtrière : service de M. Charcot, 1877.

IM
Que contiennent les archives de R. Mourgue que vous avez consultées à la bibliothèque universitaire de médecine d’Université Paris Cité et que révèlent-elles plus particulièrement ?

FS
Sans revenir en détails sur ce que j’ai déjà mentionné rapidement auparavant – notamment sur la trajectoire professionnelle de Mourgue que l’on peut estimer particulière rapportée à celle, dans le même contexte, de ses confrères français, telle que celle d’un Pierre Quercy, plus standard, si on veut – les archives en question révèlent d’abord que Raoul Mourgue a été un formidable correspondant. Il a, hypothèse hautement probable, beaucoup écrit, puisque les archives ne contiennent que les lettres adressées directement à son attention (correspondance passive) par ses correspondants. Mourgue entretenait des correspondances épistolières régulières avec différents médecins, dans la recherche médicale, philosophique et biologique. Il a même été approché par une association de biologie théorique basée aux Pays-Bas qui lui proposait d’en devenir membre, au vu des travaux qu’il avait effectués dans ce domaine. Ce n’était donc pas, ou pas seulement, un biologiste du dimanche. Je tiens à le préciser, car pendant longtemps, pour ma part, je n’arrivais pas à évaluer de façon plus fine cet aspect. Que Mourgue ait eu de réelles connaissances en philosophie de la biologie, c’était difficile de le nier. Mais la biologie elle-même, exercée par lui, quel écho pouvait-elle avoir dans les milieux autorisés ? Le fonds permettait d’y apporter un début de réponse. La biologie, chez Mourgue, est très présente, embryologie comprise – soit la science du développement d’un être vivant en gestation, du stade cellulaire à l’être globalement formé avec l’ensemble de ses organes – elle est un axe de recherche privilégié par lui, et a intéressé les milieux concernés.

Fonds Mourgue, MS 2544, notes manuscrites concernant le laboratoire de psychologie appliquée.
BIU Santé Médecine. Cliché : Isabelle Mette.

Pour étayer encore un peu plus cette hypothèse, autre exemple que l’on doit aux fonds d’archives : Mourgue sera invité à la commémoration anniversaire de Hans Driesch (1867-1941), philosophe et biologiste allemand, connu pour ses travaux dans le domaine du développement de l’embryon par épigenèse : cela correspond à une description et conception du développement d’un être vivant, étayées par des expériences en laboratoires, impliquant multiplications et différenciations cellulaires. Par ces exemples, je souhaite attirer l’attention sur le fait que ce fonds d’archives est susceptible d’intéresser des historiens des sciences et de la biologie en particulier. À l’heure actuelle, dans le domaine de la neurologie comportementale et de la psychologie, Mourgue intéressera également – pour se cantonner aux correspondances allemandes – historiens et philosophes – phénoménologues compris – qui font de la recherche dans des disciplines – qui paraissent ésotériques au néophyte, ce qui est compréhensible – mais qui présentent un réel regain d’intérêt à l’heure actuelle avec : la neuropsychiatrie (d’obédience holistique), l’histoire des idées en psychologie (d’obédience gestaltique).

En effet, en référence à ses mouvements de pensée, Mourgue a correspondu avec le neurologue germano-américain Kurt Goldstein (1878-1965), le psychiatre et historien de la médecin Walther Riese (1890-1976), les psychologues de la psychologie de la forme Kurt Koffka (1886-1941) et Max Wertheimer (1880-1943). Même si ces correspondances sont parfois des échanges courtois ou des invitations comme on l’a vu précédemment, on ne peut pas les réduire à de simples mondanités, surtout quand on connaît un peu – sur le plan psycho-biographique – la personnalité de Mourgue qui les abhorrait (l’usage de ce verbe n’est, dans son cas, sans doute pas excessif).

Pour élargir encore un peu l’horizon jusque vers nous, on se souviendra que le philosophe français Michel Foucault (1926-1984) est crédité de la traduction en français (1958), en collaboration avec le germaniste Daniel Rocher, de l’ouvrage Cycle de la structure dont l’auteur est le médecin allemand Viktor von Weizsäcker (1886-1957) avec lequel Mourgue entretient également une petite correspondance. D’ailleurs, entre parenthèses, en termes de réception ante et post mortem cette-fois de ses publications, il n’est pas rare que Mourgue soit cité, surtout dans son travail en collaboration avec von Monakow, plus que pour ses travaux sur l’hallucination, par des philosophes français d’envergure : Gaston Bachelard (1884-1962) et Georges Canguilhem (1904-1995), respectivement dans leurs ouvrages La formation de l’esprit scientifique (1938) et Le Normal et le Pathologique (1943). Foucault lui-même rédigera à la fin du petit opuscule intitulé Maladie mentale et psychologie (1954) une brève liste chronologique de dates jugées importantes pour l’histoire de la psychiatrie, liste dans laquelle, en regard de l’année 1928, date de publication de leur ouvrage commun, prennent place nos deux auteurs Mourgue et von Monakow !

Un autre philosophe français du temps de Foucault s’est penché sur le travail de Mourgue en collaboration avec von Monakow, c’est Gilles Deleuze (1925-1995), qui les mentionne dans Différence et répétition (1968) ainsi que dans l’Anti-Œdipe (1972), ce dernier ouvrage ayant été co-écrit avec le psychanalyste Félix Guattari (1930-1992). Que l’on me comprenne bien, en vous disant tout cela, je ne cherche pas à faire de Mourgue une référence incontournable – malheureusement tombée dans l’oubli – ou encore l’interlocuteur privilégié de penseurs, chercheurs et savants actuellement encore étudiés ou inspirant de nouvelles recherches dans divers domaines. Ce serait une erreur de lecture sur le plan historique que de situer Mourgue pareillement, ou du moins une manière d’écrire l’histoire très décomplexée vis-à-vis du style hagiographique ! En quoi cette brève histoire de la réception de Mourgue chez des philosophes – même importants – me demanderez-vous peut-être, concerne le contenu des archives que nous évoquons ici ? Cette réception permet de situer et de positionner Mourgue de manière plus précise sur l’échiquier intellectuel auquel il a, par ailleurs, participé, à son échelle, de son vivant.

Maintenant, le contenu des archives donne surtout une bonne image de son travail dans le domaine de la publication médicale. Mourgue était rompu à l’exercice puisqu’il a participé au comité de rédaction de la revue médicale L’Encéphale entre 1919 et 1928, ce que le fonds reflète très bien par la documentation qui s’y trouve. Les archives en question conservent une partie non négligeable de cet emploi avec beaucoup d’échanges épistolaires entre les personnes concernées par la publication de leurs articles dans cette revue. Il y a ici une dimension passionnante qui intéresse l’histoire sociale des transferts de savoir, étant donné que ces échanges épistolaires peuvent concerner les modalités de publications scientifiques de l’époque avec les critères de publication et le renseignement sur la longueur maximale autorisée des articles, sur les reproductions (schémas, photographies) à ajouter, et le coût financier généré par de telles démarches. Transfert de savoir également quand la correspondance concerne la demande d’autorisation de reprendre de tel auteur telle image de tel article pour son usage propre – la plupart du temps pour l’insérer, à son tour, au sein d’un article scientifique, avec mention de l’emprunt. Le fond d’archives est également source d’étonnement (historique).

L’Encéphale : Journal de Psychiatrie publié et dirigé par A. Antheaume et M. Klippel, 25 janvier 1906.

Un exemple : le médecin Gheorghe Marinescu (1863-1938), internationalement reconnu pour ses travaux, est un familier de la revue L’Encéphale où son nom est retranscrit souvent en Marinesco (c’est une autre orthographe usuellement admise) et dans laquelle il publie régulièrement à la même période que Mourgue. Pourtant, dans les archives on ne trouve qu’une correspondance entre eux très ténue, une carte et une lettre. Le travail de secrétaire de rédaction, tel que celui que Mourgue exerçait, consistait aussi à réclamer à d’autres revues l’acheminement de leurs numéros, de façon à garantir – pourrait-on dire aujourd’hui – la circulation des savoirs. Cette pratique est, quant à elle attestée, par une lettre rédigée et signée de la main de Mourgue en juin 1921, à l’attention du fondateur genevois des Archives de psychologie, Édouard Claparède (1873-1940). Cette lettre est, quant à elle, conservée à la Bibliothèque de Genève, au département des manuscrits. Elle fait partie du fonds intitulé : « Papiers Edouard Claparède » ([cote : Ms. Fr. 4005, f. 310]) Dans celle-ci, Mourgue s’étonne que plus aucun envoi n’ait été effectué depuis l’année 1919, et demande à Claparède de bien vouloir acheminer à L’Encéphale l’ensemble des numéros manquants sur les années écoulées. Mourgue ajoute que la revue L’Encéphale a toujours été, quant à elle, régulière dans les expéditions de ses propres numéros à leur adresse.

Touchant encore à ce travail de fourmi de secrétaire, à la lecture des quelques feuillets écrits, gardés ici et là, de la main de Mourgue lui-même, et conservés dans les archives qui nous concernent, à Paris, on constate à nouveau une écriture tellement déliée qu’il faut s’en accommoder pour la déchiffrer. Au siège du comité de direction de L’Encéphale, le secrétaire Mourgue travaille avec André Antheaume (1867-1927). Entre parenthèses, la direction éditoriale verra également y siéger des figures importantes comme Henri Claude (1869-1945), ainsi que le mentor de Mourgue, Édouard Toulouse, déjà mentionné ici.

Dans son travail, Antheaume demandera à Mourgue de s’appliquer au niveau de la calligraphie. Par cette demande, il répond sans doute à certaines plaintes formulées par notre médecin nîmois – que l’on infère puisqu’il n’en reste aucune trace dans la correspondance. En effet, Antheaume explique à Mourgue que les erreurs typographiques des noms d’auteurs retrouvées dans les publications sont de la faute de ce dernier. Au vu du ton employé par lui pour rédiger ses récriminations envers son secrétaire, on dirait que Mourgue ne se sent pas du tout responsable ! À ce sujet, le psychiatre André Antheaume (1867-1927) qui siège au comité de direction de L’Encéphale – en seront également, durant cette période d’activité, le professeur de psychiatrie Henri Claude (1869-1945) et le mentor de Mourgue, Édouard Toulouse déjà mentionné ici – s’en ouvre à Mourgue directement, en lui demandant de s’appliquer au niveau de la calligraphie, tout ceci en réponse à de possibles plaintes – que l’on infère puisqu’il n’en reste aucune trace – formulées par celui-là même à l’endroit des erreurs typographiques des noms d’auteur laissées dans la revue, pour lesquelles il semble aucunement se sentir responsable – au vu du style employé par le directeur Antheaume pour rédiger ses récriminations envers son secrétaire.

Anecdote, de notre point de vue d’aujourd’hui, oui, assurément, mais pas seulement, puisque la correspondance donne à voir, par les traces laissées, au laser, la matérialité des pratiques (ici, le processus de publication, impliquant la transmission et l’information manuscrite, semble-t-il, des noms d’auteur) et la portée des gestes que ces mêmes pratiques informent jusqu’à leurs conséquences (ici, la déformation des noms d’auteur). Sur le plan d’une histoire sociale de la médecine, ce fonds permet donc de mettre en évidence l’importance encore considérable, en tant que technique, de la communication manuscrite, à côté de la machine à écrire et de la technique dactylographique déjà bien implantées, dans la préparation de certaines publications médicales, ce qui contraste assurément avec notre propre époque et nos pratiques actuelles.

Fonds Mourgue, MS 2544, correspondance de Mourgue avec Monakow
BIU Santé Médecine. Cliché : Isabelle Mette.

Mais l’intérêt du fonds ne s’arrête pas là. Il concerne également Mourgue et l’hallucination. Pour ne prendre qu’un seul aspect, il faut savoir que le nom de Mourgue a refait surface dans la littérature sur l’hallucination il y a déjà quelques années. En effet, Jan Dirk Blom, dans son abécédaire très complet sur l’hallucination, paru en anglais sous le titre A Dictionary of Hallucinations (2010), mentionne dès sa préface l’ouvrage de Mourgue. Plutôt que d’insister sur les aspects théoriques, cliniques et neurobiologiques que Mourgue avait travaillés à ce sujet, Blom met l’accent sur la base bibliographique constituée par Mourgue et reprend à cet effet explicitement l’avertissement et les explications données par Mourgue lui-même. Pour constituer sa bibliographie, celui-ci a sélectionné exactement mille quatre-vingt-un écrits (de diverses langues, une majorité en français, anglais, allemand et italien) dûment répertoriés par ordre alphabétique de noms d’auteurs, après avoir pris connaissance d’une littérature de plus de sept mille titres. Mourgue parle d’une bibliographie critique. En soulignant cet effort, Blom ne reconnaît pas à Mourgue seulement une capacité de travail individuel que l’on peut juger phénoménale, mais renseigne sur une attitude scientifique de plus en plus courante à l’époque de Mourgue dans le domaine de la neuropsychiatrie : une professionnalisation, une internationalisation et une standardisation du travail en fonction de l’identification et de la spécification d’un objet de recherche donné par un consensus entre médecins, en l’occurrence, ici, le phénomène hallucination et des problématiques connexes à celui-ci et discutés par la communauté scientifique (implication du système neuro-végétatif (système autonome) ; phénomènes moteurs afférents à l’hallucination, etc.). En miroir, le fonds d’archives met lui-même en exergue, de par sa propre existence et au travers des choix de classification opérés pour le constituer, cette même pratique et cette même culture de l’échange et du consensus à trouver au sein d’une communauté de chercheurs donnés, puisque les correspondances proviennent de nombreux pays, dont le fonds tient tout à fait compte, comme déjà dit, dans sa structuration.

Relativement à l’édition de la Neurobiologie de l’hallucination, et sans m’étendre ici dans la formulation d’hypothèses que la présence d’une telle archive suscite immanquablement, le fonds contient une copie du contrat d’édition (à compte d’auteur) entre Mourgue et l’éditeur Lamertin. Le titre de l’ouvrage a été modifié directement sur la page, passant de cet intitulé :

« Le problème biologique de l’hallucination » à cet autre, par biffures et rajouts : « Neurobiologie de l’hallucination ». Ce sera le titre presque définitif, puisque sur la publication apparaît un sous-titre à la terminologie biologique et neuropsychiatrique technique : « Essai sur une variété particulière de désintégration de la fonction. »

[Photographie de Sigmund Freud], Zentralblatt für Psychoanalyse, Wiesbaden,. F. Bergmann, 1911.

Il y aurait encore beaucoup d’aspects à développer sur ce fonds, méritant une analyse détaillée. Dans tous les cas, nous ne pouvons pas achever ce rapide tour d’horizon sans mentionner le rapport de Mourgue à la théorie freudienne, du moins à certains de ses développements, puisqu’il en est contemporain. D’abord, dans l’évolution intellectuelle de Mourgue, on peut dire qu’il marque à son endroit des hésitations et des réserves (tout comme von Monakow), tout en exprimant, parfois, un jugement presque laudatif sur elle (contrairement, pour le dire très vite, à Monakow). Remarquons toutefois que les deux étaient bien renseignés sur le sujet, sans pour autant qu’ils l’aient (la psychanalyse), à notre connaissance, pratiquée activement, cliniquement s’entend. Bien sûr, dans sa Neurobiologie de l’hallucination, de manière sporadique, Mourgue se lance, à propos d’hallucinations justement, dans une interprétation de type freudienne référée au patient qui en a été sujet. Là où le fonds d’archives entre assurément en jeu, c’est dans la possibilité qu’il offre de faire une analyse historique encore bien plus nuancée de cette situation. En effet, on pourrait estimer – ce que j’ai initialement pensé – que Mourgue, en homme de sciences cultivé, se tenait informé. Et que c’était plus par habitude – habitude prise d’être à l’affût de toute nouvelle connaissance à prendre – que par réel intérêt que, pour lui, la psychanalyse était accueillie. En tout cas, la seule lecture des discussions théoriques de Mourgue articulées autour de la psychanalyse n’exclut pas cette hypothèse. De plus, pour revenir à l’explication des hallucinations, sur le plan théorique encore, c’est évident qu’avec sa manière de vider complètement le sens des propos tenus par les hallucinés, pour ne tenir compte, au final, que des conditions biologiques d’émergence de tels phénomènes, cela n’encourage pas à un rapprochement immédiat entre méthode neurobiologique et analyse freudienne ! Il y faudrait quelques détours, historiquement tout à fait envisageables, du reste – Sigmund Freud (1856-1939) lui-même recourait au savoir biologique dans ses études sur le fonctionnement du psychisme humain, et n’était donc pas du tout rétif à des emprunts ainsi qu’à l’application de ce même savoir à la discipline dont il poursuivait – avec d’autres – l’édification, bien au contraire.

Le fonds – à sa façon – reflète la complexité de ses relations, puisque Mourgue a correspondu avec des figures majeures du mouvement psychanalytique, comme l’Allemand Max Eitingon (1881-1943) ou encore le Britannique Ernest Jones (1879-1958), entre autres, biographe de Freud, et à qui ont été attribuées des responsabilités et des fonctions institutionnelles importantes au sein du mouvement freudien.

Sur un tout autre plan, j’en termine en mentionnant encore que le fonds permet, au-delà de la relation bien connue entre Mourgue et von Monakow, d’établir le réseau tissé par Mourgue avec différents acteurs professionnels et médicaux exerçant la psychiatrie en Suisse. Comme stagiaire, à l’automne 1925, Mourgue a travaillé deux mois à l’hôpital psychiatrique de Malévoz dans le canton du Valais, hôpital alors dirigé par André Repond (1886-1973). Sur le plan biographique, hésitant à migrer aux États-Unis à Baltimore, il aurait même été question qu’il s’établisse finalement dans le canton de Vaud près de Lausanne, toujours en Suisse, pour exercer à l’hôpital psychiatrique de Cery. Tout cela, c’est le fonds qui l’atteste et le livre, et bien d’autres choses encore sur lesquelles d’autres chercheurs auront envie de se pencher assurément.

Consulter la troisième et dernière partie de l’interview.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Isabelle Mette (21 mai 2024). Séquence interview : Frédéric Schneeberger explore l’histoire de l’hallucination (Partie 2 : plongée dans les archives du docteur Mourgue : les hallucinations laissent-elles des traces ?). Panacée. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11p1w


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search