Séquence interview : Frédéric Schneeberger explore l’histoire de l’hallucination (Partie 1 : qu’est-ce qu’une hallucination ?)

Phénomène longtemps considéré comme mystérieux, voire surnaturel, l’hallucination est revisitée au XIXe siècle grâce aux progrès de la médecine et de la neurologie en particulier. Mais le débat sur sa nature exacte et son origine est relancé dans l’entre-deux-guerres, opposant médecins, psychiatres, psychanalystes et philosophes. Parmi les questions débattues, se pose celle de l’existence de l’hallucination. Relève-t-elle d’une croyance, d’un phénomène biologique ?

Un médecin en particulier va s’illustrer au sein de cette polémique : le docteur Raoul Mourgue (1886-1950), dont les archives sont conservées à la BIU Santé Médecine d’Université Paris Cité. De passage à Paris pour les consulter, M. Frédéric Schneeberger a accepté de nous parler de son travail de chercheur et de l’enquête historique qu’il mène depuis six ans sur le sujet des hallucinations.

________________________

Isabelle Mette (IM)
Vous avez d’abord fait des études en médecine : quel était votre domaine de spécialité ? Comment êtes-vous passé de la médecine à l’Histoire de la médecine ? Comment êtes-vous venu à cette idée de thèse ?

Frédéric Schneeberger (FS)
Médecin psychiatre et psychothérapeute, mon travail consiste actuellement à recevoir en consultation des personnes en souffrance psychique. Le cadre de traitement s’effectue dans une pratique médicale en libéral, d’abord située dans la ville de Lausanne en Suisse, actuellement dans les Alpes helvétiques à Sion. Pour des raisons personnelles que j’ignore, mais assurément stimulé par des enseignants déjà à l’école obligatoire, je me suis occupé de lectures scientifiques et médicales : neurologie, neurochirurgie, neuropathologie et psychiatrie rencontraient mon désir de comprendre et d’analyser – plutôt que de savoir et d’érudition -, à côté de mon intérêt pour les mathématiques, la philosophie et le théâtre. Ces divers intérêts se sont confirmés par la suite. Puis est venu l’âge de faire des choix. Après mes études médicales effectuées à l’Université de Lausanne, la psychiatrie m’a semblé, à tort ou à raison, la discipline ouvrant des horizons sur ces différents questionnements.

En résumé, faire de la médecine et faire de l’histoire de la médecine sont devenus rapidement – pour moi – indissociables. Je comprenais mieux la physiologie ou la neurophysiologie quand on me renseignait sur les problématiques et les techniques à disposition pour y répondre, selon les époques concernées. Travaillant dans un service de psychiatrie infanto-juvénile, l’idée de la thèse m’est venue par certains patients et une équipe de psychologues et infirmiers / infirmières en charge de leurs soins. Je me souviens d’une situation clinique où certains points de référence vacillaient. Les soignants s’interrogeaient sur un jeune patient en particulier : est-ce que cet enfant parlait de ce qu’il avait vécu, vu, entendu, à un moment donné dans sa vie quotidienne ? Ou bien les propos tenus réservaient-ils une part à son imagination ? Où essayait-il encore simplement de nous raconter et partager une histoire – au sens de récit, narration.

Ces questions cliniques m’ont incité très naïvement à consulter l’histoire de la sémiologie médicale à ce propos, relativement à la situation d’enfants. Que disait-on dans la littérature médicale sur les hallucinations chez de très jeunes patients ? Au sens médical, la sémiologie est la discipline clinique qui tente de répertorier les signes, attitudes, comportements d’un être humain, comme une douleur par exemple, que l’on estimera suffisamment significative, pertinente pour entrer dans la description d’une maladie et/ou l’exclure. La question était naïve car elle renvoyait elle-même à une autre série de questions qui renvoyaient elles-mêmes à de toutes autres questions. Faire une thèse n’est venu qu’après. En effet, la thèse consiste à défendre de manière argumentée et donc rationnelle une position qui découle de la recherche en question. Mais c’est bien sur ce terreau d’échanges et de discussions, de doutes surtout, que l’idée de la thèse est venue.

Chercheur associé à l’Institut des Humanités en Médecine de Lausanne (IHM-CHUV-UNIL), je réalise depuis 2018 une thèse en histoire de la médecine sous la direction du Prof. Vincent Barras, intitulée « Halluciner avec Raoul Mourgue. De Bordeaux à Zürich. 1915-1932 ».

Fig. 102 à 105. [Facies myopathiques d’un enfant de 13 ans]
Sémiologie des affections du système nerveux, Dejerine, Joseph-Jules, Paris: Masson, 1914

IM
En quoi consiste le travail de recherche en histoire de la médecine : quelles sources avez-vous consultées, comment avez-vous construit votre enquête historique ?

FS
Ce sont des questions très importantes que vous soulevez. La recherche en histoire de la médecine est effectivement un travail. Au préalable, mentionnons ceci. Matériellement parlant, comme pour tout chercheur, quelle que soit la discipline, la question est donc également celle du financement de la recherche. Question épineuse à laquelle le chercheur, en sus de sa recherche, sera confronté un jour ou l’autre, comme à cette autre : quels temps (de recherche) prévoir et réserver dans l’agenda. Mais le sujet à lui seul mériterait de très longs développements. Les politiques de la recherche présentent déjà des particularités en fonction du pays où cette recherche s’effectue. Je ne pourrais en parler que relativement à ma propre expérience ou de celles de quelques collègues, ce qui est bien insuffisant au vu de l’étendue de la question.

Maintenant, sur le plan méthodologique – c’est le sens de votre question –, faire de l’histoire de la médecine c’est d’abord faire de l’histoire, au sens de la discipline historique. Comme vous l’avez bien précisé dans votre question, faire de l’histoire c’est d’abord établir et circonscrire les sources – écrits, articles, livres, objets matériels d’investigation médicale, de laboratoire, etc. Dans le cas d’une recherche sur l’hallucination, les sources écrites par des médecins – mais pas uniquement par eux – sont pléthoriques. En Europe, au moins depuis le XIXe siècle, les hallucinations ont été de très grandes pourvoyeuses de théories médicales à leur sujet. Qu’est-ce qu’une hallucination ?

Quels en sont les mécanismes ou les conditions d’émergence ? Qui en fait l’expérience ? Êtres humains – enfants, femmes, hommes –, groupes sociaux (la question de l’hallucination collective), autres êtres vivants ? Parmi bien d’autres, publiées sous format d’articles dans des revues plus ou moins spécialisées ou faisant l’objet d’études entières (monographie) au sein d’ouvrages spécialisés, des théories médicales, psychologiques, philosophiques, associées parfois à des considérations théologiques, se sont attelées à esquisser des débuts de réponses.

Au fil de cette recherche, j’ai resserré la problématique autour de la figure de Raoul Mourgue. Relativement à l’hallucination, il est évident que j’aurais pu choisir d’autres médecins de son temps. Hormis de très grandes références historiques de la psychiatrie française comme Pierre Janet (1859- 1947) ou Gaëtan Gratien de Clérambault (1872-1934), encore discutés et repris aujourd’hui, et pour n’en citer que trois – pour ne pas allonger la liste indéfiniment – parmi bien d’autres, le neurologue français Jean Lhermitte (1877-1959) et le psychiatre français Pierre Quercy (1886-1946) que Raoul Mourgue, comme les deux premiers d’ailleurs, connaissait et qu’il mentionne dans son maître-ouvrage Neurobiologie de l’hallucination, paru en 1932, auraient tout aussi bien pu être au centre de cette recherche ; ou encore le psychiatre suisse Hermann Rorschach (1884-1922) – que Mourgue ne mentionne pas – qui a consacré, en 1912 une thèse au phénomène hallucinatoire, comme ce sera également le cas un peu plus tard pour Mourgue à la Faculté de Médecine à Paris en 1919 – d’origine nîmoise, rappelons que Mourgue a d’abord fait ses études médicales à Montpellier.

Alors pourquoi lui plutôt qu’un autre ? C’est sûr que choisir un médecin tombé dans un relatif oubli – actuellement, Mourgue intéresse certains spécialistes de l’anthropologue Marcel Mauss (1872-1950) comme Bruno Karsenti, des philosophes spécialistes de Jean-Paul Sartre (1905-1980) ou spécialistes de la vie, du contexte culturel et de la pensée de Henri Bergson (1859-1941) – Mourgue ayant été l’un de ses auditeurs au Collège de France, et reprenant beaucoup des réflexions du célèbre philosophe à son compte, en le citant régulièrement dans ses propres écrits – cela peut être une motivation parmi d’autres possibles, mais rattachée finalement à quel but historique ?

C’est là que le fonds d’archives, objet de notre entretien, prend une consistance certaine du point de vue de la recherche en histoire. En effet, ce fonds a permis d’étayer une des hypothèses de la recherche en cours, permettant à cette enquête historique de prendre elle-même en retour de la consistance. La recherche de l’hallucination chez Mourgue est tributaire des conditions matérielles qu’il avait à sa disposition – on y revient ! – pour mener à bien des expériences selon des protocoles scientifiques, d’autant plus qu’il a toujours mis en avant la démarche objective comme une condition et le but de toute science, y compris relativement à un objet d’étude aussi volatile, si l’on peut dire, que l’hallucination. Constantin von Monakow (1853-1930), un neuroanatomiste russe, avec lequel Mourgue a collaboré à l’Institut d’anatomie de Zurich, estime que Mourgue est finalement plus un chercheur (qu’il oppose implicitement à médecin clinicien) dans la correspondance que les deux entretiennent, et conservées dans le fonds d’archives dont nous parlons.

Congrès des médecins aliénistes et neurologistes de France et des pays de langue française. XXXV° session.
Bâle-Zurich-Berne-Neuchätel (20-25 juillet 1936)

Sur le plan historique, nous avons donc avec Mourgue un médecin qui consacrera plus de quinze ans de sa vie à la recherche sur l’hallucination, soit à peu près entre 1915 et 1932. Il le dit textuellement dans l’introduction de sa Neurobiologie de l’hallucination (1932) préfacée par Bergson. Nous avons un médecin qui – les diverses correspondances l’attestent – ne trouve pas chaussure à son pied dans les diverses institutions psychiatriques dans lesquelles il est engagé. En pleine guerre mondiale, Mourgue travaille comme interne en 1915-1916 à Château-Picon à Bordeaux (actuellement, centre hospitalier Charles Perrens). Ensuite, entre fin 1921 et fin 1923, il enchaîne les postes à responsabilité en tant que médecin des Asiles – c’est nommément le titre conféré par le Ministre de la Santé aux médecins en charge de la gestion d’un hôpital psychiatrique – en divers lieux de France : Hôpital de Fains-les-Sources dans La Meuse, hôpital psychiatrique de Vauclaire en Dordogne, et l’asile départemental de l’Yonne à Auxerre. Par nécessité, Mourgue a travaillé comme médecin-conseil à la caisse générale de l’assurance sociale de Ville de Mulhouse où il s’installe et travaille à partir de 1929 jusqu’en 1934. Il a fallu en retracer l’itinéraire patiemment. Le fonds d’archives Mourgue déposé à la Bibliothèque universitaire de médecine à Paris a permis d’en recouper et confirmer, partiellement, les étapes. C’est grâce à la correspondance passive et aux adresses mentionnées sur les enveloppes des correspondants de Mourgue, que l’opération de recoupement des sources a été en partie possible.

B. Disertori, « L’opera scientifica di Raoul Mourgue », Rivista di neurologia, 22(4), 1952, pp. 563-615.

En dehors de sa collaboration avec von Monakow, il semble que Mourgue n’ait trouvé un semblant de satisfaction dans son travail qu’à deux reprises. À l’asile de Villejuif (actuellement, Groupe hospitalier Paul Guiraud à Paris) entre 1917 et 1921 où il a pu élaborer des expériences psycho-physiologiques en laboratoire sur la maladie de Huntington (le fameux patient anonymisé « M.B. »), et à l’hôpital Henri Rousselle (1925-1926), service phare, tenu par le non moins célèbre Édouard Toulouse (1865-1947), service dit ouvert s’inscrivant dans la démarche du mouvement international de l’hygiène mentale, soit une médecine psychiatrique préventive intervenant directement dans le milieu de vie des personnes le requérant par des mesures d’action sociale. La consultation des archives conservées à l’hôpital de Villejuif – actuellement sous la responsabilité de Madame Bellamy Claudine archiviste et de son collègue Monsieur Pascal Rat, ingénieur hospitalier, service sous la direction de Monsieur Daniel Chiche – a permis de préciser les activités cliniques de Mourgue durant la période qu’il a passée à Villejuif. Malheureusement, aucun protocole d’expérience rédigé de sa main, à ce jour, n’a été retrouvé. Seule exception notable : la reproduction ci-dessous (Partie II) des notes manuscrites de la main de Mourgue concernant le laboratoire de psychologie appliquée, tirées du fonds Mourgue. Ces notes sont d’une brûlante actualité. Leur rédaction est achevée le 3 septembre 1918 à Villejuif. Ces notes concernent l’application de la psychologie comportementale – grâce à la projection cinématographique – et l’étude des réactions des sujets qui y sont soumis. Ambitieux, le but scientifique recherché était l’appréciation objective de la valeur esthétique du film projeté.

[Agence Rol], « Le Dr Édouard Toulouse dans la cour de l’École de médecine, congrès européen d’hygiène mentale, 1er juin 1922 ».
BnF :
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53082468z?rk=85837;2

En dehors des moments de recherche (attestés par les publications scientifiques), Mourgue s’occupait à Villejuif de l’évaluation médicale des soldats et de leur réaffectation dans d’autres institutions de soin si nécessaire. De manière générale, Mourgue n’a laissé que peu de traces au cours de ses pérégrinations psychiatriques. Cas unique pour le moment, les archives départementales de la Dordogne sont en possession de son dossier administratif attestant de son entrée en fonction (5 février 1922) et de son rapide départ (le 22 avril 1922), nommé à cette date à Auxerre par le Ministre.

Pour la recherche, cet ensemble de données a permis de mettre en évidence un paradoxe intéressant. En publiant sa recherche neurobiologique sur l’hallucination en 1932, à cette période c’est au titre de médecin-conseil d’une assurance qu’il travaille. Son exposé neurobiologique n’a pour base clinique et expérimentale que de rares vignettes d’observation datant de son temps d’internat à Château-Picon entre 1915 et 1916. Les autres vignettes cliniques – soit la majorité – sur lesquelles il s’appuie proviennent d’observations médicales de confrères. Certaines datent de la fin du XIXe siècle. Autrement dit, pour un médecin qui récusait les abords méthodologiques propres à son temps, on se retrouve à lire l’étude d’un psychiatre qui n’a plus beaucoup exercé son métier de psychiatre depuis environ 9 ans ! La recherche historique se déporte ici ainsi d’une histoire de la médecine vers une histoire sociale. La théorie de l’hallucination laisse place aux conditions sociales de son étude, pour un médecin en particulier. Opérant ainsi une forme de recadrage, du théorique aux dimensions pratiques, sont interrogées de façon de plus en plus approfondie les pratiques relatives à la recherche sur l’hallucination et les aménagements institutionnels dans lesquels celles-là se sont déroulées.

« Maison de santé de Château-Picon, Affections Mentales, Bordeaux », Terpereau, 1898
BnF : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5619650g?rk=21459;2

Un dernier point doit être évoqué. Le fonds Mourgue contient une liste bibliographique des articles originaux publiés par Mourgue et répertoriés par son fils, Maurice Mourgue. Bien que l’historien ait toujours envie de constituer un ensemble clos sur lequel travailler ensuite, il serait hâtif ou présomptueux d’affirmer que nous sommes bien dans ce cas de figure, relativement à ses productions écrites, avec Raoul Mourgue. Il a fallu donc compléter la liste en question. Mourgue était un grand lecteur et pratiquait la recension critique d’articles ou de livres dans différentes revues. Au vu de ses conditions de vie plutôt précaires, il n’est pas impossible qu’il ait cherché de cette manière aussi à compléter ses revenus. Dans tous les cas, il est assuré que sur la masse des travaux qu’il a publiés dès 1908 jusqu’à sa mort en 1950, actuellement répertoriés, peu d’entre eux finalement concernent au premier chef l’hallucination.

Si les observations cliniques – alors non publiées – relatives à la problématique hallucinatoire remontent à la période passée à Château-Picon entre 1915 et 1916, la période de publication concernant le sujet explicite de l’hallucination débute en 1917 par un article sur les pseudo-hallucinations. Pour le dire vite, cette catégorie sémiologique est celle qui comprend n’importe quelle hallucination ne répondant pas aux critères de définition stricte de l’hallucination, dite hallucination vraie. L’article de 1917 est rédigé à Villejuif en collaboration avec le psychiatre Henri Colin (1860-1930). Ensuite, travaillant encore à Villejuif, Mourgue publie sa thèse en 1919, consacrée à l’hallucination vraie. En 1920 (toujours à Villejuif et encore en collaboration avec le psychiatre Henri Colin) l’hallucination vraie est à nouveau le sujet d’un de leurs articles.

Thèse pour le doctorat en médecine par Raoul Mourgue, « Étude-critique sur L’Évolution des Idées relatives à la nature des hallucinations vraies », Paris, Imprimerie Jouve, 1919.
BIU Santé Médecine. Cliché : Isabelle Mette.

Cette période s’achève, après un dernier article sur le même sujet qui paraît en 1931, dont Mourgue est l’unique auteur, par la publication de son maître livre Neurobiologie de l’hallucination en 1932.

IM
L’interprétation du phénomène hallucinatoire a elle-même une longue histoire au fil des siècles : pourriez-vous nous le raconter brièvement ?

FS
Vous avez raison de dire que le phénomène hallucinatoire a lui-même une très longue histoire. Pour répondre à votre question, il faudrait essayer de faire une histoire comparée très minutieuse, dont les chercheurs en sciences humaines (ethnologie, anthropologie) sont plus coutumiers. Qu’est-ce que j’essaie d’affirmer ? D’abord, que l’hallucination est à inscrire dans des contextes et des périodes différentes qui en changent le sens et la portée. Le mot en français hallucination, si on consulte son usage et son histoire (étymologie), provient du latin, qui insisterait, dans sa définition du phénomène, sur la dimension de l’erreur. Par ailleurs, sans être germaniste professionnel, il faut savoir qu’en allemand, on peut employer au moins trois termes différents suivant ce sur quoi on veut insister : Halluzination (proche de Träumerei, la rêverie), Sinnestäuschung (insiste sur les sens et leur possible imposture, proche de l’illusion) tandis que Wahnvorstellung prend en charge au niveau sémantique la sphère de l’interprétation et des risques de mésinterprétation. L’hallucination telle que nous en parlons aujourd’hui est tributaire d’une définition médicale finalement assez récente, d’un point de vue historique évidemment. Elle remonte au début du XIXe siècle, à l’instigation de médecins qui tout particulièrement s’intéressaient « à la folie » en tant qu’objet d’un savoir médical. Eux-mêmes étaient appelés des aliénistes, les ancêtres, si l’on peut dire, des psychiatres actuels.

Par ailleurs, pour faire une telle histoire comparée, il s’agirait d’analyser les intérêts et motivations des protagonistes en question. Ceux-ci sont loin d’être superposables d’une période à l’autre. Par exemple, pour ne pas reculer encore plus dans le temps et se rapprocher d’une période historique un peu plus près de la nôtre, le psychiatre français d’origine catalane Henri Ey (1900-1977), auteur d’un ouvrage de référence sur les hallucinations[i], faisait part en 1973 dans la préface de son traité en deux volumes, de sa fascination pour les phénomènes hallucinatoires. Mais il ne faisait pas que les mettre sous les projecteurs, disons, par goût personnel, mais en expliquant qu’ils représentaient le problème autour duquel s’ordonnait tout le savoir psychiatrique (désigné par lui du terme savant de psychopathologie), rien que cela !

[Anatomie. Psychiatrie. Enfants. Crânes (têtes)] XIXe siècle. Dessins illustrant
Observations on the deranged manifestations of the mind or insanity de Johann Caspar Spurzheim. Londres, Baldwin, 1817.

IM
Quel était précisément l’objet de la controverse sur cette question au début du XXe siècle ?

FS
Relativement à l’hallucination, l’objet de la controverse est d’abord une reprise du cadre d’un groupe de problématiques ayant fait l’objet de débats antérieurs remontant au XIXe siècle. Cette dernière affirmation est tirée directement du point de vue sur le débat lui-même mais élaborée ultérieurement par rapport à la période considérée, par l’un de ses acteurs. En effet, ce point de vue sur la controverse est formulé en 1941 par le philosophe et psychologue belge Jean Paulus (1908-1995) et contenu dans son ouvrage Le problème de l’hallucination et l’évolution de la psychologie d’Esquirol à Pierre Janet. Le fonds d’archives Mourgue contient, d’ailleurs, une lettre de Paulus à son adresse. Maintenant, sur l’objet de la controverse, je tiens à dire d’emblée que ce que je vais avancer reste approximatif. Pourquoi ? Je vais tenter d’expliciter une ou deux lignes qui traversent ce champ de forces que l’on appelle, à juste titre, débat sur l’hallucination.

Dans une perspective socio-historique, telle que celle que ma recherche propose et tente d’approfondir, cela permet d’indiquer en quoi ces théories qui s’opposent les unes aux autres travaillent à partir d’un cadre commun (image, sensation, délire, hallucination, etc.). Certains protagonistes empruntent à d’autres parfois des notions qu’une grande partie de leur théorie récuse pourtant. Mourgue ne fait pas exception, au contraire. Exemple : bien que ce dernier – en raison de sa méthode neurobiologique – compte pour nulles toutes les hypothèses partant de l’idée d’un psychisme humain, vous trouverez cependant, dans ses articles, à longueur de pages, des termes y renvoyant, comme : attitudes psychomotrices, hallucinations psychiques (autre terme, sans être non plus équivalent ou synonyme, pour désigner les pseudo-hallucinations). Régler la question en jugeant qu’il s’agit de contradictions grossières serait, à mon sens, passer à côté de l’essentiel : qui est la complexité du débat lui-même ! Mieux vaut tenter, dans la mesure du possible – ce n’est pas toujours facile – d’expliquer comment et pourquoi les protagonistes en viennent à user de pareils termes, explicitement en contradiction avec ce qu’ils tentent d’élaborer. D’un point de vue historique, il n’y a pas a priori de théories construites d’un bloc à partir de prémisses logiques précises. Même si certains acteurs peuvent le croire et le revendiquer – Mourgue n’est pas loin d’être l’un d’eux – l’historien doit le respecter et surtout l’expliciter.

[Catatonie pure chez un enfant de seize ans]
Annales médico-psychologiques, n°01. Paris,Masson, 1937.

Pour revenir maintenant aux termes de la controverse elle-même, celles-ci peuvent se décliner de la manière suivante (la liste n’est pas exhaustive !) : quelle origine (neurologique) à l’hallucination ? Cette formulation et cette problématique rencontreront encore un écho chez nos contemporains. A ce propos, il y a les tenants de l’origine sensorielle de tels phénomènes. S’il y a des hallucinations visuelles, c’est que le sens concerné et troublé est la vue. S’il y a des hallucinations gustatives, c’est que le sens concerné et troublé est le goût. Cette théorie – que Mourgue, parmi d’autres, récuse – trouve des prolongements dans une théorie du fonctionnement cérébral dit par localisation de fonction. Cette théorie cherche à établir une cartographie des fonctions (langage, perception, mémoire) en repérant des aires cérébrales particulières attachées spécifiquement à l’une d’entre elle à l’exclusion des autres : soit l’aire corticale du langage, l’aire corticale de la vue, celle propre à la mémoire. De manière souterraine au débat sur l’hallucination, il y en a donc un autre que livrent les tenants des localisations de fonction (localisationnisme) et ceux qui récusent une telle théorie (anti-localisationnisme). Mais comme déjà dit, cette problématique n’est pas nouvelle.

Sur un autre plan, mais relié au précédent, et peut-être moins compréhensible de nos jours, il y a tout un enjeu concernant le statut de l’hallucination, envisagée (ou non) comme une image. Mais le terme lui-même est trompeur, car il ne concerne pas seulement l’image comme on l’entend habituellement au sens d’image visuelle. Pour essayer d’y comprendre quelque chose, il faut imaginer l’image comme un terme désignant une organisation sous forme de répertoire (un répertoire d’images, si l’on tient absolument à une métaphore ou comparaison visuelle…). Par exemple, et très grossièrement dit, cette théorie, que personne n’a jamais énoncé sous cette forme mais qui est transverse et diffuse dans les débats d’alors, prend elle-même appui sur les théories élaborées pour la compréhension des aphasies (perte du langage – perte de la parole – ou perte de la compréhension). Elle postule que pour apprendre à parler, il s’agit de mobiliser un répertoire de sons, contenus en certains lieux spécifiques du cortex cérébral, sous formes d’images justement (de représentations sonores, en l’occurrence) que le locuteur va apprendre à manier et associer ensemble pour constituer des ensembles que l’on identifiera comme étant des séquences correspondant à des mots, par exemple. Dans le cadre des hallucinations, cette théorie est réinjectée pour trouver un semblant d’explication à l’origine de certaines hallucinations, comme celles désignées sous le terme d’hallucinations acoustico-verbales – quelqu’un qui entend des voix. L’halluciné auditif devient, pourrait-on dire, le jouet de ses propres images sonores emmagasinées. Au vu de l’explicitation donnée ici, on voit bien en quoi une pareille théorie jette immédiatement un soupçon d’abstraction sur son bien-fondé – pour les médecins du moins qui tiennent à garder une vision empiriste de leur travail – car justement très théorique.

R. Mourgue, Neurobiologie de l’hallucination, BIU Santé Médecine
Cliché : Isabelle Mette.

Consulter la deuxième partie de l’interview.

=> Pour aller plus loin : [Note de recherche] Édouard Toulouse et la Suisse



Citer ce billet
Isabelle Mette (2024, 10 mai). Séquence interview : Frédéric Schneeberger explore l’histoire de l’hallucination (Partie 1 : qu’est-ce qu’une hallucination ?). Panacée. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nro

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search