Les « stupéfiantes » drogues de nos médecins…

À l’occasion de sa nouvelle exposition temporaire « Le médecin face à la douleur 16e-18e siècles », le Musée d’Histoire de la Médecine a ressorti de ses réserves deux échantillons de « drogues » : l’opium et le quinquina. Sont-ils exposés ici comme « substances psychotropes » (comme le cannabis) ou comme « médicaments » (comme le Paracétamol) ?

Un peu de vocabulaire…

=> Si vous désirez en savoir plus sur les termes de « drogue » et de « stupéfiants » et sur l’évolution de leur signification, nous vous invitons à consulter les anciens dictionnaires en ligne de l’université.

Dans notre langage courant, le terme de « drogue » désigne une « Substance psychotrope naturelle ou synthétique, généralement nuisible pour la santé, susceptible de provoquer une toxicomanie, et consommée en dehors d’une prescription médicale. » (définition de l’actuel Dictionnaire Larousse). Des produits comme le cannabis mais aussi le tabac, le café ou même le cacao nous sont ainsi présentés comme des « drogues » : votre médecin ne vous a sans doute encore jamais prescrit un paquet de cigarettes ni même une tablette de chocolat !

Dans le cadre de la médecine et de la pharmacie, le mot « drogue » désigne plus généralement toute substance naturelle, d’origine animale ou végétale, ayant une influence sur le fonctionnement du corps humain. Selon la définition contemporaine de l’Académie de Pharmacie, ce mot renvoie à « tout produit ayant quelque propriété médicamenteuse, employé à l’état brut, tel qu’il existe dans la nature ou après des opérations matérielles qui n’exigent aucune connaissance pharmaceutique ». S’il peut aujourd’hui prêter à des confusions dans le domaine médical, le terme de « drogue » était encore défini comme la « matière première de tous les médicaments » par le Larousse médical illustré d’il y a un siècle…

Toujours selon l’Académie de Pharmacie, le terme de « stupéfiants » désigne quant à lui toute « substance, […] préparation ou […] plante, médicamenteuse ou non, susceptible d’induire des effets sur le système nerveux central, […] dont l’usage abusif provoque des perturbations physiques et mentales graves avec un état de dépendance et d’accoutumance conduisant le consommateur à augmenter les doses. » provoquant ainsi de la toxicomanie.

L’Opium

S’il peut être consommé de manière excessive et provoquer des effets indésirables, l’opium fut utilisé pendant plusieurs siècles comme médicament destiné à atténuer les souffrances du malade :

Le terme « opium » désigne le latex contenu dans les capsules de la plante « Pavot somnifère » (Papaver somniferum). Il est ensuite séché afin de pouvoir en extraire ses alcaloïdes1.

Planche représentant le pavot somnifère, dont est extrait l’opium, in Papaver Hortense, Les figures des plantes et animaux d’usage en médecine, décrits dans la Matière médicale de M.Geoffroy médecin dessinés d’après nature par M. de Garsault, gravés par Mrs Defehrt, Prevost, Duflos, Martinet &c. Niquet scrip., chez l’auteur rue St. Dominique Porte St. Jacques, Paris, 1764-1765, BIU Santé Pharmacie.

Capsule de pavot somnifère fendue, d’où coule l’opium. Cliché George Chernilevsky, Wikimedia Commons, CC.4.0. 

L’usage de l’opium semble remonter aux Sumériens, qui évoquaient déjà cette substance sur leurs tablettes, voire peut-être au Néolithique2. Il était déjà connu des Égyptiens, des Grecs3 et des Romains4 En Europe, son utilisation s’est poursuivie depuis le Moyen Âge jusqu’à la fin du XIXe siècle. Entre le XIIIe et le XVIIe siècle, les chirurgiens occidentaux utilisaient des éponges imprégnées d’opium (appliquées par voie cutanée) pour endormir leur patient avant son opération. Les guérisseurs et apothicaires l’utilisaient quant à eux dans la préparation de « teintures alcooliques »5.

À la suite de son usage abusif dans plusieurs pays d’Extrême Orient, notamment en Chine, et des tensions entraînées par son commerce6, son économie est encadrée depuis 1912 par la Convention internationale de l’opium7 : l’Inde est aujourd’hui considérée comme le seul producteur légal d’opium. Bien que sa vente libre soit aujourd’hui interdite en Europe, il est encore utilisé par nos industries pharmaceutiques pour en extraire des alcaloïdes, substances à base d’azote utilisées pour leurs effets antalgiques (cas de la morphine, la codéine, la thébaïne… contenues dans l’opium) ou antiparasitaires (cas de la quinine, contenue dans le quinquina).8.

Le Musée d’Histoire de la Médecine possède ainsi un échantillon d’opium brut, que vous pouvez actuellement voir dans la salle d’exposition. Université Paris Cité abrite également d’autres échantillons conservés dans les locaux de la faculté de pharmacie, dans la « Collection de Matière médicale »9.

Collections d’Opium du Musée de Matières médicales – François Tillequin (clichés Elisabeth Seguin et Séverine Tillequin)

Quinquinas et Quinine

Contrairement à l’opium, les quinquinas ne peuvent être qualifiés de « stupéfiants » : ils restent principalement exploités pour leurs propriétés thérapeutiques et alimentaires10.

Les quinquinas sont de petits arbres originaires d’Amérique du Sud (Pérou, Bolivie, Équateur…), découverts par les Européens durant la seconde moitié du XVIIe siècle. Il existe plusieurs espèces de quinquinas. Leurs alcaloïdes (quinine, quinidine, cinchonine, cinchonidine…) sont contenus dans son écorce et étaient utilisés pour soigner principalement les états grippaux comme la fièvre ou le manque d’appétit11.

Planches représentant différentes espèces de quinquina : Quinquina officinal (5a), quinquina peluda (5b) ; quinquina à grandes feuilles (5c) et quinquina piton (5d), in Chaumenton François Pierre, Flore médicinale / Vol. V, Paris, Panckoucke, Paris, 1818. BIU Santé Pharmacie.

L’apothicaire Robert Talbor participa à la diffusion de ce nouveau remède en Europe et l’utilisa pour la guérison des fièvres de Louis XIV, puis de son fils aîné, le « Grand Dauphin ». La première méthode d’extraction et d’utilisation fut publiée à la mort de Robert Talbor, sur ordre de Louis XIV12, avant d’être reprise et étudiée par plusieurs chercheurs comme Nicolas de Blegny13 ou Antoine-François Fourcroy. Une première méthode d’isolation de la quinine fut mise au point en 1820 par les chimistes Joseph Pelletier et Joseph Caventou.

Portrait de Joseph Pelletier, Salle des Actes de la Faculté de Pharmacie (Cliché Séverine Tillequin)

Elle fut ensuite utilisée tout au long des XIXe et XXe siècles pour la préparation de médicaments ainsi que de « boissons tonifiantes ».

Publicité pour le Byrrh, boisson tonifiante à base de quinine, 1910

Publicité pour le « Grand apéritif » Quinquina Mugnier, 1902

La quinine est aujourd’hui principalement utilisée comme médicament contre le paludisme14. L’extrait hydro-alcoolique d’écorce de quinquina est utilisé également dans la préparation de produits comme des shampoings, pour ses vertus astringentes et antiseptiques.

Le Musée d’Histoire de la Médecine possède dans ses collections un échantillon d’écorce de quinquina.

Collections de Quinquina et de quinine du Musée François Tillequin ; vitrines de présentation contenant des écorces et des extraits de Quinquina et flacons d’alcaloïdes extraits (Quinine et Sulfate de Cinchonidine) ; (Clichés Séverine Tillequin)

Liens utiles

Informations sur le Musée d’Histoire de la Médecine : https://u-paris.fr/musee-de-lhistoire-de-la-medecine/

Exposition « Le médecin face à la douleur, 16e-18e siècles » du 11 mars au 18 mai 2024 au Musée d’Histoire de la Médecine : https://u-paris.fr/bibliotheques/exposition-le-medecin-face-a-la-douleur/

Musée François Tillequin (Collections de Matière Médicale, Faculté de Pharmacie) : https://amismuseetillequin.fr/le-musee/

Anciens dictionnaires de Médecine mis en ligne par la BIUS : https://www.biusante.parisdescartes.fr/histoire/medica/dictionnaires.php

Dictionnaire de l’Académie de Pharmacie : https://dictionnaire.acadpharm.org/w/acp:Index

Blog Gallica – Page Quinine et Quinquina

Page « Des quinquinas à la quinine » de l’exposition virtuelle « Des quinquinas à la quinine », BIUP 2010 https://www.biusante.parisdescartes.fr/guibourt/exposition_guibourt_1.htm

Bibliographie complémentaire

Donald Wigal, La Mystique de l’opium – Dans l’histoire et l’art, Parkstone International, New York, 2004.

Remerciements

Sylvie Michel, Elisabeth Seguin et Thomas Gaslonde, responsables des collections de Matière Médicale du Musée François Tillequin.



Citer ce billet
Séverine Tillequin (2024, 3 mai). Les « stupéfiantes » drogues de nos médecins…. Panacée. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10su4

  1. Cf. Définition de l’ « Opium » donnée par le Dictionnaire de l’Académie de Pharmacie []
  2. Des traces de culture de pavot auraient été retrouvées à proximité d’anciens villages néolithiques, cf. Richard Denis, Senon Jean-Louis et Valleur Marc, Dictionnaire des drogues et des dépendances, Larousse, 2004. []
  3. Déjà connu par Hippocrate, l’opium était l’un des ingrédients du Thériaque, remède utilisé contre les morsures des bêtes sauvages dont la recette fut mise à l’écrit par Galien, cf. Galien Claude, [Œuvres] Tome X. Thériaque à Pamphilianos, Les Belles Lettres, Paris, 2021. []
  4. Cf. Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, traduction électronique, BIUM, Paris 2023. []
  5. Les « teintures alcooliques » sont des préparations liquides faites avec de l’alcool pour extraire les drogues animales ou végétales. On peut citer notamment le laudanum, obtenu par la macération d’opium dans le vin []
  6. Les rivalités concernant son commerce provoquèrent deux « Guerres à Opium » entre la Chine et le Royaume-Uni, la première de 1839 à 1842 et la seconde de 1856 à 1860. []
  7. Le texte de la Convention internationale de l’opium est consultable ici. []
  8. Cf. Définition des « Alcaloïdes » donnée par le Dictionnaire de l’Académie de Pharmacie []
  9. Le « Musée François Tillequin – Collection de Matière médicale » conserve la collection d’échantillons de la faculté de pharmacie ; conditions d’accès ici. []
  10. Le quinquina gris est utilisé dans la préparation de boissons « toniques » et « apéritifs ». []
  11. Cf. Définition du « Quinquina » donnée par le Dictionnaire de l’Académie de Pharmacie []
  12. Cf. De la Salle François, De la guérison des fièvres par le quinquina, R. Guignard, Paris, 1680. []
  13. Cf. De Blegny Nicolas, Le Remède anglois pour la guérison des fièvres… publié par ordre du Roy, avec les Observations de M. le premier médecin de Sa Majesté sur la composition, les vertus et l’usage de ce remède., Paris, 1682 []
  14. Définition de la « quinine » donnée par le Dictionnaire de l’Académie de Pharmacie []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search