Les thèses de chirurgie à images du XVIIIe siècle (Partie I)

Tout juste restaurées, les thèses de chirurgie à images que conserve la BIU Santé Médecine sont depuis peu consultables dans Medica sous leur forme « rajeunie ». L’ensemble est particulièrement intéressant, car ces thèses, qui remontent au XVIIIe siècle « reviennent de loin » et ont bien failli ne pas nous parvenir ! Remarquées pour leur iconographie, elles avaient en effet été mises sous verre dès leur redécouverte au XIXe siècle sous le décanat d’Alfred Vulpian :

Quand monsieur Vulpian fut nommé Doyen, on prit soin de faire nettoyer les nombreux portraits abandonnés dans les greniers de le Faculté. On y découvrit alors de belles thèses à images qui furent mises sous verre, et qui ornent aujourd’hui les nouvelles salles d’examens pendant l’installation provisoire de l’École de médecine1.

En raison même de leur caractère spectaculaire, elles furent exposées en divers endroits de la Faculté et de la bibliothèque pendant plusieurs décennies, subissant graduellement les effets de la lumière, de la chaleur et de conditionnements successifs inadaptés. Toutes présentaient des dégradations identiques plus ou moins prononcées : forte coloration brune due à l’oxydation du papier d’œuvre, nombreux plis et déchirures, réintégrations de lacunes anciennes à l’esthétique discutable. Il aura fallu un travail de restauration minutieux et attentif pour se rapprocher de leurs couleurs initiales, réparer et consolider le papier déchiré, et amoindrir les manques sans les combler par un apport artificiel. Outre la volonté de leur redonner une unité esthétique et un maximum de lisibilité sans trahir les documents originels, l’autre enjeu primordial de ce travail était de les rendre de nouveau manipulables et communicables sans risque d’altération ultérieure.

Cette restauration nous fournit donc l’occasion de mettre en lumière un ensemble exceptionnel aussi bien par sa rareté que par la taille hors norme des documents et le luxe de leur iconographie, qui témoigne en outre d’un moment bien particulier dans l’histoire de la médecine, celui de la montée en puissance des chirurgiens au milieu du XVIIIe siècle. Elle nous donne aussi le plaisir de saluer le travail effectué par la restauratrice chargée de cette opération de sauvetage et de dévoiler quelques aspects d’un métier peu connu du grand public.

=> Pour mieux voir les images des galeries et leurs légendes, cliquez sur les images

Clichés 1 et 2. Thèse de Bonaventure Fournier, 1750 (BIU Santé Médecine, Cote : 316 – CISE 143) avant et après restauration (Copyright Clémentine Desmond).

Cliché 3. Exemple de déchirure (Copyright Clémentine Desmond).

Clichés 4 et 5. Retouches de lacunes (Copyright Clémentine Desmond).

Mais que recouvre exactement ce terme de « thèses à images » ? En quoi ces thèses intéressent-elles ? Que nous apprennent-elles ?

Un ensemble exceptionnel

Pour bien comprendre ce dont il s’agit, il faut commencer par situer ces documents dans le contexte académique de leur époque.

Nous parlons en effet d’un ensemble très spécifique de neuf thèses à images de chirurgie, soutenues et imprimées entre 1750 et 1763. Conservées sous les cotes CISE 143 à 151 à la BIU Santé Médecine, elles sont probablement entrées dans les collections de la Faculté de médecine à la faveur de la réunion des livres, objets d’art et collections des médecins et des chirurgiens, au moment de la création de l’École de santé en 1794. Celle-ci s’installe alors dans le bâtiment initialement construit pour l’Académie royale de chirurgie en 17742 après que ces deux corps rivaux supprimés ensemble à la Révolution comme toutes les corporations eurent été fondus en un seul3.

Cliché 6. Vue perspective des Écoles de chirurgie prise de la place de l’Observance (Jacques Gondoin, Description des écoles de chirurgie, Paris : Cellot et frères Gombert, 1780 ). BIU Santé Médecine, Medica.

Parfois également désignés par le terme de « thèses historiées », ces placards de très grands formats, pouvant dépasser un mètre de haut, ne sont pas propres au cursus médical ; on les rencontre également tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles dans les études de philosophie, de théologie et de droit. Ce type de document connut même une grande vogue, en particulier dans la seconde moitié du XVIIe siècle4.

Leur intérêt tient en partie au fait que les thèses de cette période n’étaient pas systématiquement illustrées, loin s’en faut, et à celui que les thèses de chirurgie conservées sont plus rares que celles de médecine. En effet, si la tradition de défendre une thèse remonte au Moyen Âge pour les médecins, en revanche, il faut attendre l’année 1749 pour que les chirurgiens présentent des thèses sous leur propre juridiction, donnant en outre lieu à une impression systématique. Avant cette date, les chirurgiens étaient contraints à soutenir leur thèse devant la Faculté de médecine de Paris, en présence d’un docteur régent. Leurs thèses n’étaient que rarement imprimées.

Pour éviter tout malentendu, il faut préciser en quoi consiste alors la soutenance ou « défense » d’une thèse, exercice bien différent de celui de nos actuels thésards. Sous l’Ancien Régime, les étudiants étaient amenés à subir en public une série d’exercices oratoires, dont chacun était appelé thèse, ou « proposition théorique qu’on avance avec l’intention de la défendre contre les objections éventuelles », pour obtenir successivement les grades de bachelier, licencié et docteur. Le cursus d’un étudiant en médecine parisien était jalonné de six ou sept de ces exercices qui ne laissaient pas tous de trace imprimée5. Bien éloignés de l’exposé d’un travail personnel (les textes étaient souvent écrits par les présidents, parfois repris plus tard par d’autres bacheliers sous une autre présidence), ils consistaient en un exercice de rhétorique au cours duquel l’impétrant était soumis pendant plusieurs heures aux questions et contradictions de sa communauté, constituée d’autres étudiants et de docteurs régents de la Faculté6.

À partir du XVIe siècle on prit l’habitude d’en faire imprimer les positions, c’est-à-dire le résumé des conclusions, sur un seul côté d’une grande feuille au format folio, plus ou moins richement illustrée, puis parallèlement au format quarto, sous forme de livrets beaucoup plus modestes excédant rarement une dizaine de pages. Leur aspect relativement austère présente une grande uniformité, due au réemploi des mêmes bois gravés pour les en-têtes. Les deux formats coexistèrent un temps avant que le format quarto supplante pour de bon les thèses de plus grandes dimensions, en 1725. La BIU Santé conserve les deux formats de ces précieuses collections rassemblées en grande partie au XVIIIe siècle à l’initiative de deux doyens de la Faculté de médecine, Hyacinthe Théodore Baron père et fils. Elle les a également numérisées (on peut les consulter ici).

(Copyright Clémentine Desmond)

Parmi les thèses de grand format se distinguent des exemplaires plus prestigieux, gravés en deux planches, se présentant sous forme d’affiches, hautes de 70 centimètres à 1 mètre et agrémentées d’armoiries plus ou moins historiées. Apparues au début du XVIIe siècle, ces illustrations prennent des dimensions considérables à partir des années 1625-1630, cédant la place à d’immenses gravures d’une richesse parfois extraordinaire. Les candidats peuvent ainsi dépenser une importante somme d’argent pour faire illustrer leurs thèses avec magnificence et les dédier à un grand personnage. Les plus fortunés font appel à des graveurs de talent pour créer les frontispices gravés illustrant leur dédicace. Ces gravures ornent presque toujours le haut de la page, ou occupent à elles seules une feuille entière, comme la thèse de Jean Poisson dédicacée à Louis XIV et soutenue à Paris en 1682 . Placardées à la porte des collèges et des universités pour inviter le public à assister à la soutenance, ces affiches étaient également destinées à être offertes aux amis et personnalités que le candidat entendait honorer mais aussi à décorer maisons et lieux publics, bref à attirer le regard du visiteur ou du passant. Tirées à un grand nombre d’exemplaires, leur diffusion couvrait toute la France et atteignait parfois l’étranger7.

C’est dans cette tradition que s’inscrivent nos thèses à images de chirurgie, porteuses d’une importante dimension symbolique, celle de l’affirmation du triomphe de la chirurgie… et des chirurgiens !

 

Dimension symbolique : affirmation de la puissance des chirurgiens

On pourrait s’étonner au premier abord que les neuf thèses à images qui nous sont parvenues, toutes soutenues dans le Collège des chirurgiens de Paris (qui n’avait longtemps été que la simple communauté de Saint-Côme, fondée au XIIIe siècle), portent une date d’impression comprise dans un intervalle très resserré, c’est-à-dire entre 1750 et 1763. Ce n’est pourtant pas le fait du hasard, non plus que leur luxe.

Elles témoignent en effet d’un moment particulier, qui consacre l’apothéose de la communauté des chirurgiens au terme de l’histoire longue, conflictuelle et particulièrement complexe qui l’opposait depuis cinq siècles à celle des médecins, rassemblée au sein de la puissante Faculté de médecine de Paris. Il est impossible d’en rendre compte ici dans les détails ; il faut retenir le schisme entre deux corporations séparées par l’art qu’elles pratiquent, l’un spéculatif et l’autre manuel, l’enseignement qu’elles reçoivent, l’un universitaire et l’autre pas, et la langue qu’elles utilisent, le latin et le français. Ainsi depuis toujours les chirurgiens sont assujettis aux médecins jaloux de leurs prérogatives et bien décidés à les empêcher de se constituer en Faculté au sein de l’Université parisienne. Cette longue période de domination est régulièrement traversée par les tentatives des chirurgiens pour secouer le joug de la Faculté et instituer un collège indépendant, doté d’examinateurs propres, et de l’autorité à conférer des grades8. Elle aboutit à l’émancipation progressive de l’enseignement chirurgical de la tutelle de la Faculté à partir du début du XVIIIe siècle, avec l’appui du pouvoir royal. Entre 1725 et 1743 la communauté des chirurgiens de Saint-Côme est dotée de cinq démonstrateurs royaux. En 1731 une Académie de chirurgie est autorisée, puis officiellement confirmée en 1748 par lettres patentes qui l’élèvent au rang d’Académie royale de chirurgie. Elle se dote d’un règlement, prend ses distances avec le corps des barbiers auquel elle a longtemps été mêlée et relève le niveau de formation exigé pour prétendre à l’obtention du titre de maître chirurgien à Paris.

Le 12 avril 1749, l’instauration de la thèse de chirurgie, acte public conférant la maîtrise en chirurgie, est ordonnée par arrêt du Conseil du roi. Le règlement de la même année prévoit que les thèses de chirurgie devront être imprimées au format in-4°. La bibliothèque en conserve une série de près de 240 livrets rassemblés en 9 volumes sous les cotes Ms 2338 à 2346. Chaque auteur était libre d’en faire tirer ensuite des exemplaires au format supérieur destinés à être offerts, encadrés, suspendus selon la coutume, dans un cadre illustré auquel on adaptait une gravure. C’est ainsi que le Collège des chirurgiens de Paris « arrivé à l’époque la plus brillante de son existence fit revivre pour lui la mode des thèses à images qui avait été en grande vogue depuis plus d’un siècle et qui commençait déjà à passer9 ». En effet, dans le courant du XVIIIe siècle, des critiques sur les dépenses somptuaires liées aux thèses et à la cérémonie de soutenance ont peu à peu fait décliner cette pratique.

Nous reviendrons dans le détail dans un deuxième billet sur ces objets, leur contenu, leur composition, leurs illustrations et leurs particularités. En attendant il est possible de les admirer tout à loisir ici dans la bibliothèque numérique Medica.

Une opération de sauvetage

Cette mise en ligne a été rendue possible par l’intervention de Clémentine Desmond, restauratrice diplômée de l’Institut national du patrimoine, spécialisée dans la restauration de documents graphiques, dont le travail s’est étalé sur un peu plus d’une année, entre 2022 et 2023.

Il a consisté en toute une série d’opérations visant à stabiliser les altérations existantes et à redonner un maintien structurel aux documents, tout en respectant leur intégrité matérielle et esthétique, notamment par l’utilisation de techniques et de matériaux entièrement réversibles. Le principe de la réversibilité en restauration est en effet essentiel : il vise à garantir la subsistance de l’œuvre dans le présent, mais aussi sa transmission dans le futur en assurant la possibilité d’interventions ultérieures, si elles s’avéraient nécessaires. Les compétences mises en œuvre combinent ainsi une grande habileté manuelle et une parfaite connaissance de la physique et de la chimie des matériaux – les uns anciens, ayant servi à la confection de l’œuvre et les autres, employés pour la restauration, à la pointe de la technologie et en constante évolution. Ce travail est l’occasion d’un dialogue très enrichissant entre professionnels de la restauration et bibliothécaires : il est en effet pour nous l’occasion de recueillir une foule de menues informations sur l’histoire de nos documents, leur fabrication et les circonstances de leurs transformations ou altérations au cours des siècles.

La première étape de ce travail a consisté à estimer les dommages subis par les documents et à établir un plan de travail : le diagnostic ne pouvait être effectué que sur place à la bibliothèque après un désencadrement des thèses. Cette opération délicate et non dépourvue de risques (bris de verre et clous récalcitrants !) révéla l’utilisation de papiers de doublage datant sans doute du début du XXe collés en plein sur l’ensemble des documents, ainsi que des « patchs » correspondant aux zones les plus dégradées.

Clichés de l’en cours de restauration (Copyright Clémentine Desmond).

Les thèses ont ensuite été transportées à l’atelier de la restauratrice pour y subir plusieurs phases de traitement, après un dépoussiérage global à l’aide d’outils spécifiques et non agressifs adaptés à la fragilité de l’encre et de l’impression, tels que la gomme-éponge ou le chiffon microfibre.

La phase la plus cruciale pour la conservation des thèses était de les ôter du support acide contre lequel elles étaient contrecollées afin de stopper l’oxydation de la cellulose menaçant la sauvegarde des documents. Un nettoyage aqueux par le verso a été privilégié par rapport à un bain, afin d’éviter un apport d’humidité prolongé sur des documents très fragiles. Grâce à une fibre capillaire spécifique, utilisée pour la restauration, le retrait des papiers de doublage ainsi que le drainage des produits d’oxydation ont pu être effectués dans un même temps. L’emploi de celle-ci a facilité le retrait mécanique des papiers de doublage, puis a permis d’absorber et de nettoyer les résidus de colle anciens ainsi que tous les produits de dégradation de la cellulose pouvant être solubilisés.

Clichés de l’en cours de restauration (Copyright Clémentine Desmond)

Il a ensuite fallu consolider les déchirures au papier japonais par le verso et vérifier la pérennité des anciennes réintégrations. Pour assurer la stabilité des œuvres, celles-ci ont alors été doublées en plein par deux couches de papier japonais en sens croisé, avant d’être « mises en tension » pour une phase de séchage d’environ trois semaines. Cette phase garantit la stabilité dimensionnelle des œuvres dans leur futur lieu de conservation.

Clichés de l’en cours de restauration (Copyright Clémentine Desmond).

Enfin les thèses ont été conditionnées une par une dans des chemises adaptées puis rassemblées dans une boîte en carton de conservation sur mesure. Ce conditionnement dans des matériaux neutres permet que les documents soient conservés et manipulés dans de bonnes conditions après leur retour à la bibliothèque. Et aussi qu’ils soient numérisés pour le plus grand bonheur des utilisateurs de Medica !

Nouvelle numérisation :

Ces thèses avaient fait l’objet d’une première campagne de photographies en haute définition en 2006 par un photographe professionnel, à un moment où la bibliothèque ne disposait ni du matériel nécessaire pour numériser des documents d’une aussi grande dimension, ni de moyens pour les désencadrer et les restaurer physiquement. Le choix avait été fait de les faire photographier à travers leur verre pour en préserver au moins l’image, en laissant toute liberté au photographe d’améliorer en les retouchant « ces grandes pages brûlées, parfois brisées, roussies, cachées derrière des vitres de médiocre qualité et profondément encrassées10. Cet essai de restauration numérique avait été mis en ligne. À la suite de la restauration des neuf thèses, une nouvelle numérisation a eu lieu à la fin de l’année 2023 et au début de 2024, grâce à un scanner de livres qui a permis d’obtenir un excellent résultat. Leur format hors norme a imposé des précautions de manipulation et mobilisé plusieurs collègues de la bibliothèque.

 

Ce sont donc les nouvelles images d’une restauration cette fois physique que l’on peut désormais feuilleter dans Medica.

Rendez-vous bientôt dans une seconde partie pour découvrir ces œuvres dans le détail !

Bibliographie

Loïc Capron, Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron, Paris, Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018.

Auguste Corlieu, L’ancienne faculté de médecine de Paris, Paris, A. Delahaye, 1877.

Solenne Coutagne, « Les thèses d’Ancien Régime sortent des combles », 26 juin 2018.

Noé Legrand, La collection des thèses de l’ancienne Faculté de médecine de Paris depuis 1539 et son catalogue inédit. Documents sur l’histoire de la Faculté pendant la Révolution, Paris, Honoré Champion, 1914.

Jeannine Livinec, Contribution à l’étude des thèses du Collège de chirurgie de Paris, 1749-1789 : travail des Laboratoires d’anatomie des Facultés de médecine de Rennes et de Paris et de la IVe section de l’École pratique des hautes études de la Sorbonne, 1968. Thèse d’exercice : Médecine : Rennes 1 : 1968.

Véronique Meyer, L’illustration des thèses à Paris dans la seconde moitié du XVIIe siècle : peintres, graveurs, éditeurs, Paris, Paris Musées, 2002.

Véronique Meyer, « Le commerce des illustrations de thèses dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Quelques documents inédits », Nouvelles de l’estampe, 1994, 134, pp.40-49.

Édouard Turner, « Quelques thèses à image exposées momentanément dans les salles d’examens de l’École de médecine de Paris », Paris, Impr. E. Martinet, 1879. Cote : 55092 (16). Extrait de la Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie,1879.



Citer ce billet
Stéphanie Charreaux (2024, 21 mars). Les thèses de chirurgie à images du XVIIIe siècle (Partie I). Panacée. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w291

  1. E.Turner, « Quelques thèses à image exposées momentanément dans les salles d’examens de l’École de médecine de Paris », Paris, Impr. E. Martinet, 1879. Extrait de la Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, 1879, p. 16. []
  2. Voir Jacques Gondoin, Jacques, Description des écoles de chirurgie dédiée à Monsieur de La Martinière, Paris, Cellot et frères Gombert, 1780. []
  3. E. Turner, op.cit., p. 158-159 []
  4. Voir Véronique Meyer, L’illustration des thèses à Paris dans la seconde moitié du XVIIe siècle : peintres, graveurs, éditeurs, Paris, Paris Musées, 2002. []
  5. Sur le cursus des études médicales sous l’Ancien Régime, la succession et le déroulement des examens, voir Loïc Capron, Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude I Belin, le 20 avril 1630, note 1. []
  6. Solenne Coutagne, « Les thèses d’Ancien Régime sortent des combles », 26 juin 2018. []
  7. Ce nombre pouvait aller jusqu’à 2000, V. Meyer, op. cit., p. 15-17. []
  8. A. Corlieu, L’ancienne faculté de médecine de Paris, Paris, A. Delahaye, 1877, p. 164 et suivantes. []
  9. E. Turner, op. cit., p. 155. []
  10. Jean-François Vincent, « Un essai de restauration numérique », Medica, 2 novembre 2007. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search