Séquence interview : Annie Bitbol-Hespériès évoque René Descartes et la médecine (Partie II)

Fidèle lectrice de la BIU Santé Médecine, Annie Bitbol-Hespériès, docteure en philosophie, auteure de plusieurs ouvrages sur René Descartes (1596-1650), collabore à l’édition des Œuvres complètes de Descartes dans la collection Tel Gallimard.

Elle nous fait le plaisir de répondre à nos questions sur L’Homme, La Description du corps humain et autres écrits anatomiques et biologiques, ouvrage paru à l’automne 2023, dont elle a préparé présentation, appareil critique et traduction des inédits latins, sous la direction de Denis Kambouchner.

Dans cette interview foisonnante et passionnante on découvre entre autres un Descartes féru de médecine, particulièrement intéressé par la question de la circulation du sang, on s’interroge sur le plagiat médical au XVIIe siècle et l’on revient sur la question de la considération que portait le philosophe à l’esprit féminin. Enfin, Annie Bitbol-Hespériès partage ses promenades virtuelles préférées dans Medica, la bibliothèque numérique de la BIU Santé.

Vous retrouverez la première partie de cette interview ici.

Agnès Sandras (AS)

L’Homme de Descartes a-t-il été remarqué de ses contemporains ? A-t-il marqué les générations suivantes et pourquoi ?

Annie Bitbol-Hespériès (ABH)

Oui, L’Homme a été remarqué par ses contemporains, les rééditions des éditions posthumes le prouvent.

Mais ces publications posthumes, d’après des copies, recèlent un paradoxe. En effet, L’Homme est le premier texte de médecine que Descartes nous a laissé, mais il l’a abandonné après l’avoir modifié. Quand L’Homme est publié, d’abord dans la traduction latine de Florent Schuyl, le De Homine, à Leyde en 1662, avec de superbes illustrations, il n’est pas lu comme le premier texte de Descartes.

Schuyl (1619-1669), – docteur en philosophie de l’université d’Utrecht et professeur à Bois-le-Duc (Hertogenbosch), qui sera fait docteur en médecine de l’université de Leyde en 1664, et quelques mois plus tard, professeur de médecine dans cette université – a en tête les autres livres de Descartes, notamment le Discours de la méthode. Les magnifiques images qu’il a lui-même dessinées le prouvent, notamment celles du cœur, avec les volets mobiles découvrant les valvules dans une dissection soigneusement conduite. Deux éditeurs de Leyde ont publié cette traduction latine : P. Leffen et F. Moyard, (Renatus Des Cartes De Homine, figuris et latinitate donatus a Florentio Schuyl).

L’édition des OC II montre ces planches du cœur dans les deux éditions, celle conservée par la réserve de la BIU Santé et celle aussi de la bibliothèque de l’Académie de médecine. J’ai aussi souhaité faire figurer les images du cerveau, objet privilégié, avec les cœurs et les fœtus d’animaux, des dissections pratiquées par Descartes.

Le traité de L’Homme en latin est réédité en 1664 à Leyde, l’année où paraît à Paris, l’édition de L’Homme dans sa langue originale, le français, toujours d’après des copies. Cette édition parisienne par Claude Clerselier (1614-1684), offre aussi, à la suite de L’Homme, un « second traité » : La Description du corps humain, dont Clerselier a modifié le titre, qui devient Traité de la formation du fœtus.

Cette édition parisienne contient une longue préface de Clerselier, la traduction de la préface de Schyul, et les notes de Louis de La Forge (1632-1666), – qui exerçait la médecine à Saumur -, sur le traité de L’Homme uniquement, et avec des silences d’autant plus significatifs.

Clerselier n’a pas repris les illustrations de Schuyl, et l’édition française présente les illustrations des personnes que Clerselier avait choisies : Gérard van Gutschoven (1615-1668), de Louvain, « grand anatomiste et savant mathématicien », et Louis de La Forge, dont Clerselier dit n’avoir « jamais vu tant de diligence en une personne qu’en lui ».

Alors que les illustrations de Schuyl sont en conformité avec les sources anatomiques de Descartes, celles de Clerselier ont pris le parti de la schématisation.

Une particularité est à noter dans l’édition parisienne : l’absence de planche du cœur, d’autant plus remarquable que La Description du corps humain, retitrée Traité de la formation du fœtus, est publiée avec L’Homme.

Voici le titre de l’édition parisienne de 1664 : L’Homme de René Descartes, et un Traité de la Formation du fœtus du mesme autheur. Avec les Remarques de Louys de la Forge, Docteur en médecine, demeurant à La Flèche, sur le traitté de L’Homme de René Descartes, et sur les figures par luy inventées.

 

AS

En parcourant l’ouvrage, on apprend que Descartes trouve des raisons physiologiques à la supériorité des hommes sur les femmes. Comment explique-t-il cette soi-disant supériorité ? A-t-il conservé ce regard sur les femmes dans la suite de son œuvre ?

ABH

Je pense que vous faites allusion à un passage des fragments latins des Premières pensées sur la génération des animaux, ensuite rayé, qui expose que « Le fœtus, du fait de la sympathie de mouvement avec sa mère, forme le pénis en le faisant comme sortir du dos de sa mère ; c’est-à-dire que, puisque sa racine est vers le dos de sa mère, il se termine vers son nombril. De là se fait que si la tête de l’embryon est vers le nombril de la mère, tandis que les fesses sont vers l’épine dorsale, c’est un mâle et le pénis sort en dehors. Si, au contraire, la tête de l’embryon est vers l’épine dorsale et les fesses vers l’abdomen, c’est une femelle ; en effet, le pénis se recourbe vers le nombril de la mère, et vers les parties internes de l’embryon. De là l’on peut conjecturer pourquoi les mâles sont plus ingénieux [magis ingeniosi] : c’est que la partie la plus pure de la semence a pu se porter plus haut, et de ce fait avait plus de force. Et de même, pourquoi ils sont plus robustes : parce que l’épine du fœtus se nourrit près de l’épine de la femme. Et de même, pourquoi les femmes ont les parties postérieures plus amples : parce que près de l’abdomen de la mère, qui est plus mou que l’épine, elles peuvent s’étendre plus facilement ».

Descartes envisage la relation traditionnelle entre le sexe du fœtus et sa position dans le ventre maternel. Mais les explications mécanistes ont une portée considérable : la différence des sexes perd ici toute dimension ontologique. Il n’est plus question d’un caractère « imparfait », « mutilé », voire « monstrueux » de la femme, issu de la tradition aristotélicienne, toujours convoquée dans les traités de médecine et alors trop rarement discutée. Notons en outre la disparition du thème de l’infusion de l’âme pendant la formation des corps, et par conséquent de la différence des « temps de la formation des fils et des filles », questions disputées dans la tradition médico-philosophique, avec en arrière-fond Aristote, puis la théologie.

Descartes revendique ce style d’explication contre toutes sortes de préjugés : « Je m’attends à ce qu’on dise, avec le front plissé, qu’il est ridicule qu’une chose aussi importante que la procréation de l’homme découle de causes aussi légères. Mais en vérité, quelles causes plus graves peut-on vouloir que les lois éternelles de la nature ? Peut-être voudrait-on qu’elles soient l’œuvre de quelque Esprit ? Mais lequel ? Ou par une action immédiate de Dieu ? Pourquoi donc y aurait-il parfois des monstres ? ».

Selon Descartes, les mêmes « lois éternelles de la nature », établies par Dieu, et accessibles à l’entendement humain interviennent dans la procréation de l’homme et l’explication de la différence des sexes.

Contrairement à ce que prétendent des féministes australienne ou américaine Descartes n’a jamais méprisé les femmes : il dit avoir écrit le Discours de la méthode en français pour que « les femmes même » en « puissent entendre quelque chose » tout en s’adressant aussi aux plus subtils. Et il offre deux exemplaires du texte à son ami Constantin Huygens (1596-1687) pour sa femme Suzanne et sa sœur. Lorsqu’il avait été invité dans la famille Huygens, l’année précédente, Suzanne, qui comprenait bien le français, avait écouté « quelque chose des Météores » lu par Descartes, à la demande de la famille.

Chez Descartes, l’égalité de la raison vaut pour les hommes comme pour les femmes.

Baillet, dans sa biographie1, nous dit que Descartes a envoyé la traduction française des Méditations métaphysiques à ses trois nièces religieuses, qui ignoraient le latin.

Descartes a aussi rencontré plusieurs femmes exceptionnelles : il a apprécié que « l’étoile d’Utrecht », la très savante Anna Maria van Schurman (1607-1678), s’intéresse à sa philosophie. Elle assistait aux cours de Henricus Regius (1598-1679), disciple de Descartes, à l’université d’Utrecht, cachée derrière un rideau pour ne pas troubler ses condisciples masculins et elle permit à Descartes d’assister à une discussion de ses thèses présentées par le professeur d’Utrecht, ainsi caché. Mais Descartes déplore ensuite qu’elle ne s’occupe plus « qu’aux controverses de la théologie ».

Après avoir discuté, à la Haye, avec la princesse Élisabeth de Bohême (1618-1680), Descartes a entretenu avec elle une correspondance d’un intérêt exceptionnel, et c’est à elle qu’il a dédié les Principes de la philosophie (Principia philosophiae), reconnaissant « l’excellence de son esprit », aussi apte aux mathématiques qu’à la métaphysique et dont il dit qu’il n’a « jamais rencontré personne qui ait si généralement et si bien entendu tout ce qui est contenu dans [ses] écrits ». Élisabeth, qui a reçu l’éducation des filles de haute naissance et qui parle plusieurs langues, joue un rôle déterminant dans la rédaction des Passions de l’âme, notamment grâce à ses questions insistantes sur l’union de l’âme au corps. C’est pour Élisabeth que Descartes revient sur les maladies qui ôtent « le pouvoir de raisonner ». Élisabeth permet à Descartes de nuancer ses réflexions lorsqu’elle le choisit comme « meilleur médecin » pour soigner l’affection dont elle souffre, une affection emblématique de l’union de l’âme au corps, et qu’elle désigne sous le nom de « mélancolie ». C’est pour elle que Descartes commente Sénèque, et c’est à la demande de la princesse qu’il discute Machiavel. C’est à elle qu’il déconseille de prendre « les remèdes de la chimie ; on a beau avoir une longue expérience de leur vertu, le moindre petit changement qu’on fait en leur préparation, lors même qu’on pense mieux faire, peut entièrement changer leurs qualités et faire qu’au lieu de médecines ce soient des poisons ». Descartes lui déconseille aussi les « remèdes des empiriques » et de boire l’eau douce et de couleur blanche qui traverse des mines d’antimoine ou de mercure. Il approuve en revanche qu’elle boive les eaux de Spa. Il lui conseille également, dans la lettre de mai ou juin 1645, de « se délivrer l’esprit de toutes sortes de pensées tristes, et même aussi de toutes sortes de méditations sérieuses touchant les sciences, et ne s’occuper à imiter que ceux qui, en regardant la verdeur d’un bois, les couleurs d’une fleur, le vol d’un oiseau, et telles choses qui ne requièrent aucune attention, se persuadent qu’ils ne pensent à rien. Ce n’est pas perdre le temps mais le bien employer ; car on peut, cependant, se satisfaire par l’espérance que, par ce moyen, on recouvrera une parfaite santé, laquelle est le fondement de tous les autres biens qu’on peut avoir en cette vie”. Redoutant le retour au printemps des apostèmes aux mains de la princesse, Descartes lui conseille « une bonne diète, n’usant que de viandes [d’aliments solides] et de breuvages qui rafraîchissent le sang et qui purgent sans aucun effort ». C’est Élisabeth qui écrit de Berlin à Descartes le 21 février 1647, qu’un docteur en médecine, le Dr Weis, « fort savant », « lui a dit que Bacon [Francis Bacon] lui a premièrement rendu suspecte la philosophie d’Aristote, et que votre méthode la lui a fait entièrement rejeter et l’a convaincu de la circulation du sang, qui détruit tous les anciens principes de leur médecine ». C’est dans une lettre à Élisabeth que Descartes évoque son travail sur La Description du corps humain.

Descartes a aussi échangé des lettres avec la reine Christine de Suède (1626-1689), notamment sur le « souverain bien », avant de répondre, après bien des hésitations, à l’invitation à sa Cour.

Il revenait à un cartésien, François Poullain de La Barre (1647-1725), de faire publier anonymement à Paris, en 1673, De l’égalité des deux sexes, discours physique et moral où l’on voit l’importance de se défaire des préjugés, seconde éd. en 1679. C’est à lui que l’on doit la formule, devenue célèbre : « l’esprit n’a point de sexe ».

 

AS

Vous racontez que Descartes a été victime de plagiat, malgré des précautions multiples. Le plagiat était-il alors monnaie courante dans le domaine médical ?

ABH

Oui, Descartes a été victime de plagiat, notamment par celui qui fut d’abord son disciple, le médecin Henricus Regius, Hendrik de Roy ou le Roy, qui devint professeur de médecine à l’université d’Utrecht (récemment créée), grâce aux leçons privées qu’il donnait sur la circulation du sang, selon les principes du Discours de la méthode, publié un an avant avec les Essais.

Regius soumet ses cours à Descartes ainsi que les thèses qu’il rédige pour les faire défendre publiquement par ses étudiants. Descartes corrige les thèses de Regius, qu’il traite en disciple. Descartes est le co-auteur – qui souhaite rester anonyme – des thèses de 1641 réunies sous le nom de Physiologia, qui nourrissent les livres que Regius va ensuite rédiger. Regius ne s’inspire pas seulement du Discours de la méthode et de la Dioptrique, ainsi que des lettres de Descartes, il reprend, par exemple, au début des Fundamenta Physices (Fondements de la physique) publiés à Amsterdam en 1646, de larges extraits des Principia philosophiae (Principes de la philosophie) de Descartes publiés en 1644.

Dans l’édition française des Principes de la philosophie, de 1647, Descartes désavouera son ancien disciple. Le désaccord profond porte sur la métaphysique. À cet égard, il ne faut pas oublier, qu’avant la rupture entre les deux hommes, c’est à Regius que Descartes a rappelé qu’il n’y a pas « trois âmes dans l’homme », – allusion à la « triple âme » ou à la tripartition de l’âme dans les traités médicaux : végétative, sensitive, rationnelle -, mais qu’« il n’y a qu’une seule âme dans l’homme », autrement dit l’esprit, ou âme rationnelle, « que nous désignons, elle seule et de manière juste, par le nom d’âme ».

Par ailleurs, oui, le plagiat est alors largement répandu dans les traités de médecine, y compris pour les illustrations.

 

AS

Vous êtes une fidèle lectrice et une grande connaisseuse de nos collections physiques comme numériques. Quels sont les trois ouvrages en ligne dans Medica que vous recommanderiez tout particulièrement et pourquoi ? 

ABH

Il s’agit là d’un choix très difficile en raison même de l’exceptionnelle richesse de Medica. Mais en réfléchissant, je pense qu’il faut recommander la consultation des manuscrits exceptionnels conservés à la Réserve de la BIU Santé Médecine, après, bien sûr, les livres qui constituent les bases de la bibliothèque médicale de Descartes.

Oui, il faut aller voir sur Medica les extraordinaires planches que le peintre Gérard de Lairesse (né à Liège en 1640, et qui s’est ensuite établi à Amsterdam) a dessinées pour le traité d’Anatomie du corps humain, l’Anatomia humani corporis de Govard Bidloo (né en 1649 à Amsterdam ; mort en 1713). Bidloo a proposé à Gérard de Lairesse d’illustrer « un grand livre d’anatomie […] où l’homme apparaitrait dans toute sa nudité tragique et dans sa mort ». La première édition est parue en 1685 à Amsterdam2.

Et il faut aussi consulter, outre la numérisation de ce fameux Ms 26 [cote du manuscrit conservé par la BIU Santé Médecine], le dossier en ligne complémentaire qui montre, à côté des dessins originaux de Gérard de Lairesse, leur reproduction dans le traité anatomique de Bidloo, et sur, une troisième colonne, le plagiat des planches dans l’Anatomy de William Cooper (1666-1709), imprimée à Oxford pour la Royal Society de Londres en 1698.

Le Ms 26 nous conduit tout naturellement, si j’ose dire, aux quatre grands albums de dessins qui ont rejoint les collections de la Bibliothèque annexés aux planches de Lairesse : il s’agit des quatre classeurs Ms 27, 28, 29 et 30, sortis des réserves en juin 2016. L’auteur de ces dessins sur la myologie du corps humain masculin a alors été identifié : il s’agit du peintre allemand Marten Sagemolen (né vers 1620, mort en 1669), qui a réalisé ces dessins, que l’on croyait perdus, pour Johannes Van Horne, né en 1621, professeur d’anatomie et de chirurgie à Leyde, qui projetait un grand atlas d’anatomie. Ces dessins du Siècle d’or hollandais ont été numérisés avant et après leur remarquable restauration pendant les confinements. Ils font l’objet d’une présentation sur le site de la BIU Santé et la plateforme éditoriale OPUS d’Université Paris Cité héberge les actes du colloque international Quatre atlas de myologie de Van Horne et Sagemolen, Approche pluridisciplinaire de dessins inédits du Siècle d’or néerlandais, organisé par Jean-François Vincent, responsable du service d’histoire de la santé de la BIU Santé Médecine et Isabelle Bonnard de la BnF.

« Myologie et ostéologie de l’homme : corps entier », dessin de Sagemolen, Marten, vers 1660. Medica.

 

Mon troisième choix se porte sur le recueil factice de planches anatomiques séparées et colorées de Jacques Fabien Gautier d’Agoty (1711-1785), sur les corps humains masculins et féminins.

Il faut joindre à cette fascinante visite virtuelle, par le même d’Agoty, la Collection des plantes usuelles, curieuses et étrangères, selon les systèmes de Mrs. Tournefort et Linnaeus, tirées du Jardin du Roi et de celui de MM. les Apothicaires de Paris : gravées & imprimées en couleur, & de leur forme naturelle, avec leurs fleurs, leurs fruits, leurs graines & leurs racines d’usage, publié à Paris en 1767. Le livre fait partie des collections de la BIU Santé Pharmacie.

Gautier d’Agoty, Jacques Fabien, « La pomme d’amour » in Collection des plantes usuelles, curieuses et etrangeres, selon les systemes de Mrs. Tournefort et Linnaeus, tirées du Jardin du Roi, & de celui de MM. les Apothicaires de Paris; gravées & imprimées en couleur, & de leur forme naturelle, avec leurs fleurs, leurs fruits, leurs graines & leurs racines d’usage, Paris : chez l’auteur & chez Boudet, 1767. Medica.

Bonne consultation de ces merveilleux trésors iconographiques et belle réflexion sur l’évolution de la connaissance et de la représentation du corps humain dans une perspective scientifique et artistique ! Le dernier livre témoigne aussi des liens existant entre la médecine et la botanique. Il faut en effet se souvenir qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles, les leçons d’anatomie qui utilisaient les dissections se déroulaient l’hiver (pour d’évidentes raisons liées à la conservation des corps), l’été étant consacré à la botanique, dans les jardins botaniques généralement liés aux universités.

Annexe : quelques données biographiques sur Descartes avant Le Monde et L’Homme.

René Descartes est né le 31 mars 1595 en Touraine, dans une ville qui porte maintenant son nom (Descartes, en Indre et Loire) et sa mère est décédée peu après. L’accouchement de Madame Descartes fut suivi, écrit Baillet, « d’une maladie qui l’empêcha de relever. Elle avait été travaillée dès le temps de sa grossesse d’un mal de poumon qui lui avait été causé par quelques déplaisirs qu’on ne nous a point expliqués. Son fils qui nous apprend cette particularité s’est contenté de nous dire
qu’elle mourut peu de jours après sa naissance ». Dans sa grande biographie, Baillet fait allusion à la confidence de Descartes à la princesse Élisabeth dans la lettre de mai ou juin 1645. Descartes a cru cela, mais nous savons que la réalité est différente, grâce à des documents retrouvés au dix-neuvième siècle.

La mère de Descartes, Jeanne Brochard est morte, non pas après la naissance de René, comme il l’a cru et la plupart des biographes après lui, mais un an après en donnant naissance à un autre fils qui est décédé à La Haye le 16 mai 1597, trois jours après la mort de la mère, à 32 ans. Un constat s’impose : la santé des jeunes accouchées, comme celle des nouveaux nés, est fragile au dix-septième siècle. La cause de la mort de la mère de Descartes n’est pas indiquée. C’est que la situation n’avait rien d’exceptionnel, c’est aussi que les causes de ces décès étaient ignorées. Nous savons maintenant que ces femmes ont succombé, après leur accouchement, à des douleurs et à des fièvres, à une maladie infectieuse redoutable, la fièvre puerpérale, due au manque d’hygiène, maladie souvent fatale en l’absence de tout traitement.

Descartes a été élevé dans sa ville natale, par sa grand-mère maternelle et une nourrice, à laquelle il a versé toute sa vie une pension. Il a ensuite reçu une excellente formation au collège des Jésuites de La Flèche, récemment fondé par le roi Henri IV. Il y a bénéficié d’un traitement de faveur, en raison de sa santé fragile et de ses dons. Après de brèves études de droit à Poitiers, en 1616, Descartes, qui hésite sur sa vocation, quitte la France, alors en proie à l’instabilité politique et aux conflits religieux. Comme d’autres jeunes gens de la petite noblesse de province, Descartes s’engage dans un des deux régiments français de l’armée de Maurice de Nassau, prince protestant, gouverneur des Pays-Bas, et grand stratège. Cette armée est connue en Europe pour la formation qu’y reçoivent les volontaires. Descartes s’intéresse notamment au dessin, à la perspective, à l’architecture militaire et au flamand.

En novembre 1618, il rencontre par hasard à Breda, Isaac Beckman, scientifique, qui devient son ami. Descartes discute avec Beeckman de questions mathématiques complexes, de physique, et de théorie de la musique, comme l’indique le Journal tenu par l’ami néerlandais. C’est à Beeckman que Descartes offre son premier ouvrage en latin, l’Abrégé de musique (Compendium musicae) en cadeau d’étrennes pour le 1er janvier 1619.

Descartes s’engage ensuite, toujours comme volontaire, dans l’armée du catholique Maximilien de Bavière. Il assiste à Francfort au couronnement de Ferdinand de Habsbourg, nouvel Empereur du Saint-Empire romain germanique. Dans le Discours de la méthode, Descartes évoque ce fait et il écrit que, dans sa jeunesse, il a voyagé, vu « des cours et des armées », « fréquenté des gens de diverses humeurs et conditions », recueilli « diverses expériences » et qu’il s’est « éprouvé [lui-même] dans les rencontres que la fortune [lui] proposait ».

Il n’évoque pas les fameux songes qu’il a eus dans la nuit du 10 au 11 novembre 1619, en Bavière, à Neuburg sur Danube, dans les environs d’Ulm, « dans la solitude de son poêle », autrement dit dans la pièce chauffée par un grand poêle et pas par une cheminée. Ces songes ont décidé de sa vocation. Il en a gardé toute sa vie le récit, qui nous est connu par son principal biographe, Adrien Baillet, dans sa Vie de Monsieur Descartes (Paris, 1691). Dans la journée, Descartes venait de découvrir « les fondements de la science admirable » puis, alors qu’il n’avait pas bu, en cette nuit de veille de la saint Martin, celle aussi du vin nouveau, « il eut trois songes consécutifs ». Dans le troisième songe, des livres apparaissent : un dictionnaire, puis un recueil de poésies, qu’il ouvre et tombe sur le vers latin :

Quod vitae sectabor iter / Quel chemin suivrai-je en la vie ?

Interrogation poursuivie dans un autre poème du même auteur latin Ausone :

Est et Non /Oui et Non.

Descartes fait « l’interprétation de ce songe avant que le sommeil » ne le quitte :

« Il jugea que le Dictionnaire ne voulait dire autre chose que toutes les Sciences ramassées ensemble et que le Recueil des Poésies, intitulé Corpus poetarum marquait en particulier, et d’une manière plus distincte, la Philosophie et la Sagesse jointes ensemble ». […] Par la pièce de vers intitulée Est et Non, qui est le Oui et le Non de Pythagore, il comprenait la vérité et la fausseté dans les connaissances humaines et les sciences profanes. […] Ce dernier songe marquait l’avenir selon lui ».

Dans les éléments biographiques du Discours de la méthode, Descartes insiste sur son « extrême désir d’apprendre à distinguer le vrai d’avec le faux, pour voir clair en [ses] actions et marcher avec assurance dans cette vie ».

Descartes voyage en Europe, renonce au métier des armes, se rend en Italie et revient en France. Dans sa traversée des Alpes, il est témoin d’une avalanche près du mont Cenis, et fait des observations sur les flocons de neige, qui figurent, avec les comptes rendus de dissections dans les Extraits anatomiques publiés dans les OC II-2. Ces observations, et celles sur les nuées, viendront nourrir son traité des Météores.

Il retrouve sa famille en Bretagne, son père s’y étant établi après son remariage.

À Paris, où il se rend après les épidémies de peste, Descartes est reconnu pour ses talents en mathématiques et en optique. Il se lie d’amitié avec des mathématiciens, et avec le Père Mersenne, de l’ordre des Minimes, qui deviendra son principal correspondant, ainsi qu’avec un artisan tailleur de verres, Ferrier.

Descartes décide de s’établir aux Pays-Bas au printemps 1629, il a alors 33 ans. Il s’installe à Amsterdam, et se fait immatriculer comme étudiant à l’université de Franeker le 16 avril 1629, puis le 26 juin 1630 à l’université de Leyde, notamment pour profiter de la bibliothèque.

Descartes a en effet commencé à rédiger un important traité, en français et pas en latin, exposant les nouvelles théories cosmologiques, Le Monde ou traité de la lumière.

 

=> Pour aller plus loin, on peut lire et écouter entre autres :

– Sur la vie et les œuvres de Descartes, et le contexte historique, scientifique, philosophique :

Adrien Baillet, La vie de monsieur Descartes, introduction et annotation par Annie Bitbol-Hespériès, Paris, Les Belles Lettres, collection Encre marine, 2022, dirigée par Jacques Neyme. Édition critique de la grande édition de la biographie de Descartes en deux tomes, publiée en 1691 à Paris chez Daniel Horthemels.

– Sur les Œuvres de Descartes :

  • Geneviève Rodis-Lewis, L’Œuvre de Descartes, Paris, Vrin, 1971, réédition en collection de poche chez Vrin.
  • Denis Kambouchner, Descartes n’a pas dit, Paris, Les Belles Lettres, 2015, réédition 2023 ; et La question Descartes, Paris, Gallimard, Folio, 2023

Sur les œuvres de Descartes et leurs études, voir le Bulletin cartésien publié chaque année dans le premier numéro de la revue les Archives de Philosophie. Bulletin cartésien du Centre d’études cartésiennes de Sorbonne Université, dirigé par Vincent Carraud ; secrétaire scientifique du Bulletin : Dan Arbib.

Voir ici le site des Archives de Philosophie.

Le Bulletin cartésien est accessible en ligne sur le site Cartesius de l’université du Salento (Università del Salento).

 

=> Pour retrouver les œuvres de René Descartes dans le catalogue des bibliothèques d’Université Paris Cité, c’est ici.

On pourra également identifier des ouvrages portant sur René Descartes, sa philosophie, etc., présents dans les bibliothèques d’Université Paris Cité, en utilisant la recherche par sujets. Par exemple :

 

[Cite]

L’image qui se trouve en tête de ce billet est une partie du frontispice du Tractatus quatuor de Fabrice d’Acquapendente, 1624. Medica.

 

 

 

 

 

 

 

 



Citer ce billet
Agnès Sandras (2024, 2 février). Séquence interview : Annie Bitbol-Hespériès évoque René Descartes et la médecine (Partie II). Panacée. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1y7

  1. Adrien Baillet, La vie de Monsieur Descartes, Paris, D. Hortemels, 1691, édition critique par Annie Bitbol-Hespériès, collection Encre marine aux Belles Lettres, 2022. []
  2. Cf. Paule Dumaître, – Conservateur en chef honoraire de la Bibliothèque de l’Ancienne Faculté de Médecine de Paris, ancêtre de la BIUM, puis de la BIUS -, La curieuse destinée des planches de Gérard de Lairesse, Rodopi, Amsterdam, 1982 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28/02/2024

    […] ample connaissance avec la statue de la nature se dévoilant devant la science. Vous apprendrez que Descartes était un anatomiste passionné et que la bibliothèque Henri-Piéron recèle une extraordinaire testothèque historique et des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search